Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Price

Publié le par Yv

Price, Steve Tesich, Monsieur Toussaint Louverture, 2014 (traduit par Jeanine Hérisson)..

Daniel Price est un ado en fin d'études qui vit dans une petite ville industrielle non loin de Chicago. Toujours flanqué de ses deux copains, Larry et Billy, il rêve de filles, ne pense pas trop à son avenir sans doute pas très folichon, coincé dans cette ville. Puis, il rencontre Rachel et en tombe amoureux. Mais son père est hospitalisé pour un cancer. Débute alors un été pas comme les autres, celui de la fin de l'enfance.

Je vais me mettre à dos tous ceux qui ont lu ce livre tant je lis d'éloges dessus : une note de plus de 4/5 sur Babelio pour presque 50 votes ! Moins de notes mais 4,9 pour Libfly. Faites-vous plaisir, agonissez-moi d'invectives. Faites-moi souffrir comme dit M. Mais que voulez-vous on ne se refait pas, je ne suis pas fait pour les livres qui font l'unanimité (je dois préciser ici que je n'ai regardé les avis postés sur ces sites qu'après avoir été déçu par le bouquin, ils n'ont donc pas influencé ma lecture vers une posture anti-livre-dit-culte). Il est vrai que je ne suis pas a priori fan du genre roman initiatique dont le héros est un adolescent, ni même de littérature étasunienne, mais lorsqu'on m'a conseillé de le lire, je l'ai fait surtout parce que l'objet est très beau : couverture cartonnée, sobre, écrite en rouge et en relief, "imprimé[e] en offset , puis cogné[e] typographiquement pour lui apprendre un peu la vie" (p.544) jusque sur la tranche, et aussi parce que depuis longtemps, j'avais envie de lire un livre de cet éditeur.

Si le contenant me sied, le contenu me déçoit assez vite : style très oral, très dialogué -pas forcément ce que je préfère les dialogues à profusion, parfois, ça allège le propos, d'autre fois ça masque un manque de style ou de profondeur-, bref rien de très original, déjà lu cent fois par d'autres auteurs étasuniens en particulier, histoire qui n'avance pas, personnages un brin palots... Alors on pourra m'objecter que ce roman est justement celui de la normalité, des émois et des amours adolescents, qu'il touche juste et que chacun pourra se reconnaître ou du moins se rappeler sa période ado en le lisant. Mmouais, je ne suis pas convaincu, je reste vraiment sur ma faim. Disons que j'ai déjà lu des textes ressemblants qui ne m'ont pas emballé plus que ça non plus. On pourra alors me dire -décidément,"on" intervient beaucoup dans cette chronique, ça ne me plaît point trop, c'est quand même mon blog, non mais...-que celui-ci a été écrit avant (en 1982). Certes, mais moi, je ne le lis que maintenant et je ne trouve pas qu'il apporte du nouveau à la littérature. Néanmoins, dans ma grande bonté, je veux bien reconnaître que ce livre peut plaire à beaucoup de lecteurs qui s'y reconnaîtront, qui s'identifieront à Daniel et qui auront du plaisir à aller au bout des -longues et lentes- 537 pages.

Commenter cet article
Z
Je vais suivre ton avis car ce n'est pas le genre de livre que j'aime découvrir
Répondre
Y
Et en plus, celui-ci est gros...
P
Bouh ! Que je suis triste de lire tous ces commentaires négatifs ! Je fais partie de ceux qui ont adoré ce roman et son héros. Et Keisha a raison : il y a plein de pépites chez ce petit éditeur.
Répondre
Y
Pour l'éditeur, je suis d'accord avec Keisha et toi, pour le livre, eh bien, j'apprends avec bonheur que je ne suis pas seul
N
ben zut alors... Il continue de me tenter malgré tout mais bon, rien ne presse...
Répondre
Y
Il a aussi ses défenseurs, des lecteurs qui ont adoré
P
Les romans sur l'adolescence se ressemblent un peu tous, c'est vrai... Cependant, je trouve qu'il y a dans Price un ton, une ambiance assez uniques. Vincent est au commencement de sa vie, il fait ses premières grandes expériences, mais en parallèle il est confronté à la mort, et à l'absence totale de perspective (cf son copain Misiora, qui est je trouve un très beau personnage - moins falot que Price).
Ca peut faire penser à l'Attrape-Coeurs, mais en plus fouillé me semble-t-il (et tellement mieux écrit que cette daube surestimée !)

Enfin, quoiqu'il en soit, tu ne peux pas faire l'impasse sur Karoo qui est un pur chef d'oeuvre, l'Oedipe Roi et l'Odyssée de notre temps (oui, rien que ça, et non, je n'exagère jamais) !
Répondre
Y
Non, bien sûr, je vois que sais rester sobre et totalement détaché des livres que tu aimes. Je n'ai pas lu Salinger et n'en ai pas envie ; pour Karoo, j'attends, peut-être un jour... ?
A
Il faut bien des avis divergents, sinon on s'ennuierai.
Répondre
Y
Je suis là pour ça
K
Ha bon... Karoo, j'ai laissé tomber, pas tenté Price, et figure toi que le Salinger initiatique, pareil, laissé tomber. Ce doit être le thème
En revanche, chez l'éditeur tu as les géniaux Mailman et Et j'ai comme une grande idée ... Tente l'aventure!
Répondre
Y
Le roman initiatique, c'est vraiment pas mon truc... Je verrai pour Mailman. Merci du conseil.
I
PS : tu as trouvé un côté thriller / polar dans ce roman ?
Répondre
Y
Euh, non, on va dire que c'est une erreur d'aiguillage que je vais rectifier tout de suite. Merci de ton observation fine
I
C'est très généreux à toi de laisser aux autres le loisir d'apprécier ce livre... ;-) lol
Bon, pour ce qui me concerne, s'il y avait beaucoup de choses susceptibles de m'intéresser, j'avoue que les longueurs ont fini par me démobiliser. Les relations entre les personnages ne m'ont pas non plus parues très réalistes. Néanmoins, il y a sûrement des choses que j'ai dû aimer parce que mon billet a donné envie à Virginie, des Miscellanées, de lire ce roman. Comme quoi...
Quitte à parler d'adolescence à l'américaine, je préfère la vision de J.D. Salinger, elle me correspond mieux. A+
Répondre
Y
Je n'ai pas lu Salinger, mais franchement, ce n'est pas mon truc cette littérature... J'ai fait un effort -pas trop long- mais je crois que j'éviterai de retomber dans les mêmes thèmes désormais.
M
Moi aussi, il m'a ennuyé... au point que je l'ai lancé au bout de mes bras après une centaine de pages. Même expérience avec Karoo. Décidément, je n'ai aucune affinités avec Steve Tesich... Je me sens moins seule après avoir lu ton billet! Merci!
Répondre
Y
Chouette on est au moins trois à ne pas avoir aimé.... pour ma part, je n'ai fait que le poser, parce que ce n'était pas mon livre
H
C'est marrant je l'ai commencé samedi soir, abandonné dimanche après avoir lu une centaine de pages ! Ca n'avance pas effectivement, je n'ia pas saisi son charme ... j'ai encore "karoo" dans ma pal, je tenterai quand même...
Répondre
Y
AH, merci Hélène, quelle joie de savoir que je ne suis pas seul... Karoo m'avait été proposé et j'avais refusé, je ne pouvais pas toujours renâcler devant l'obstacle Steve Tesich.
G
Moui... les longues et lentes pages, ce n'est définitivement pas pour moi. Et il est vrai que dans la série roman initiatique, on a eu de quoi faire ces dernières années...
Répondre
Y
Oui, je ne suis pas certain qu'il apporte quelque chose de nouveau, mais bon, dans le groupe de lecture, j'étais un peu seul, le sentiment général était plutôt inverse au mien
C
ce livre m'a émue !
Répondre
Y
Moi, il m'a ennuyé...