Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roca Pelada

Publié le par Yv

Roca Pelada, Eduardo Fernando Varela, Métailié, 2023 (traduit par François Gaudry)

Au col de Roca Pelada, il y a un poste frontière, indéniablement le plus haut du monde. Là-bas, rien ne pousse, quasiment rien ne vit. Mais poste frontière il y a : d'un côté les carabiniers de la Ronde des Confins menés par le lieutenant Gaitán et de l'autre, la Garde-Frontière dirigée par le lieutenant Ricardo Costa et son second, le sergent Quipildor. Les tensions entre les deux pays sont assez vives, et il est beaucoup question de la frontière, marquée par des traces de chaux, qui se déplacerait d'un côté ou de l'autre, des météorites qui disparaissent au profit des musées... Un jour, à la surprise générale, Gaitán est remplacé, il a envie de vivre au nord du pays, près des plages, au soleil, pas dans ce coin ou l'été et l'hiver se succèdent dans une journée.

"Le détachement militaire du col de Roca Pelada était perché au-dessus de toutes les villes de la planète et de presque toutes les espèces vivantes, à deux mille mètres à peine sous la ligne de survie, et pour y accéder il était plus facile de descendre d'un nuage que de grimper la cordillère. Un peu plus haut commençait la zone de la mort où ne pouvait subsister longtemps aucun organisme, la nature n'y permettait que de brèves escapades à condition de se contenter de planter rapidement un drapeau sur un sommet, d'enterrer un parchemin pour mémoire, ou de placer une borne frontalière et de redescendre immédiatement." (p.11) Le roman débute ainsi, le décor est planté.

Vous prenez Le désert des Tartares ou Le rivage des Syrtes, ces grands romans dans des lieux isolés et désolés dans lesquels il ne se passe pas grand chose et dans lesquels l'attente est érigée en principe, vous y injectez une bonne dose de décalage et d'humour, et vous obtenez un autre grand roman, ce Roca Pelada. L'humour et le décalage proviennent pour beaucoup des subordonnés de Costa, des hommes du nord du pays, de la mer, du farniente, qui se retrouvent dans un milieu hostile et qui développent toutes sortes de maladies, allergies... Imaginez un groupe de hippies des années 70 censés surveiller une frontière et vous avez la bonne image en tête. Il naît aussi de la confrontation entre les deux pays et leurs représentants, cherchant par tous les moyens à se duper.

Roca Pelada est un roman qui pourrait paraître long, qui demande un peu de temps, mais qui ne lasse jamais, qui se lit jusqu'au bout avec plaisir. C'est formidablement écrit. Les dialogues sont surréalistes, très drôles. Il y est question de la nature, de la futilité des frontières et des règles face à elle, du devoir des hommes, de leur faiblesse aussi, des traditions de ceux qui vivaient là avant la colonisation. Dans ce coin du monde totalement reculé, à part, les questions existentielles se posent : la vie, la mort, l'amour, le libre-arbitre... vaut-il mieux paraître ou vivre pleinement sa vie ?, qu'est-ce qu'une vie réussie ?... Et les grandes questions de société sur la nature, sa préservation, les pouvoirs autoritaires, la soumission des peuples et notamment celle des peuples colonisés et le pillage de leurs œuvres...

Bref, un très bon roman, le second d'Eduardo Fernando Varela, après Patagonie route 203 qui fut un succès critique et public mais que je n'ai pas lu, le premier donc si vous suivez bien ma longue phrase, écrit à 60 ans. Preuve que le talent n'est pas lié à l'âge.

Voir les commentaires

Zao, un mari

Publié le par Yv

Zao, un mari, Myriam Dao, Des femmes-Antoinette Fouque, 2023

En Indochine, dans les années 40, une jeune femme française, lycéenne, fréquente un indigène, plus âgé qu'elle, riche. Elle est enceinte. Leurs parents les marient et les envoient à Paris pour que la honte d'une telle mésalliance qui ne prend pas la même forme des deux côtés, ne rejaillisse par sur eux.

A Paris, Zao, le mari, est confronté au racisme qui augmente encore au moment de la guerre d'indépendance de la colonie française. Et sa jeune femme qui pensait mener une vie libre et socialement reconnue, se retrouve bloquée à domicile, à élever leur fille, en proie à la misogynie de Zao. Le couple va mal.

Très court texte de Myriam Dao qui réussit l'exploit dans ces très belles 145 pages de parler du racisme, de la misogynie, d'un couple qui s'étiole, de la différence de classe sociale, de la difficulté d'être une femme dans les années 50 lorsqu'on ne peut travailler et dépenser de l'argent qu'avec l'accord de son mari, du lien marital difficile à rompre, de la difficulté d'être un immigré qualifié lorsque les Français ne voient que l'immigré donc nécessairement un tâcheron. "A mesure que Zao traçait sa misérable trajectoire, assujetti, pour ne pas dire aliéné, à des industries automobiles ou textiles ayant grassement tiré bénéfice du colonialisme par la production de caoutchouc ou du coton, son pays écrivait une nouvelle page d'histoire, celle de l'indépendance. L'ironie de la situation lui laissait un goût amer. Se retrouver larbin dans des usines qui avaient exploité sa terre natale." (p.57)

Myriam Dao va au plus court, au plus direct sans s'étendre sur des détails superflus. A coups d'anecdotes, de faits, de mots que les époux s'écrivent après une dispute, de descriptions de photos au fil des années, le lecteur reconstruit la vie du couple et bientôt de la famille, le lent effritement, puis l’inexorable éloignement des deux conjoints voire la détestation. Et tour à tour, on peut trouver la femme injuste quand elle ne soutient pas son mari attaqué pour ses origines ethniques et penser que Zao est dur, misogyne lorsqu'il l'empêche de sortir. Aucun des deux n'est blanc ou noir.

Myriam Dao élague, épure son texte duquel émane une poésie et une grâce certaines. Un premier roman très réussi, très beau, très juste.

Voir les commentaires

Vinyle, face B

Publié le par Yv

Vinyle, face B, Françoise Moreau, Diabase, 2015

Début des années 1960, Robertine Davy, onze ans entre au pensionnat des sœurs avec l'objectif de décrocher le bac. Comme beaucoup de jeunes filles de familles modestes -ou de jeunes garçons qui se dirigeaient eux, vers le séminaire-, la communauté religieuse paie une partie des études contre la promesse d'enseigner dix ans dans les écoles de la congrégation.

Elle va devoir avec ses camarades se confronter à la discipline, la rigueur et la morale. Mais les filles trouveront des astuces pour les contourner voire les contester, dans ces années où à l'extérieur, le monde change.

"Ma-Chère-Sœur pousse contrat et stylo-encre vers "notre grande fille". Sous la mention Fait à..., le 23 Septembre 1963, Robertine Davy, onze ans, signe avec application, un engagement de dix-sept années. Dont sept de réclusion ferme." (p.13) La suite du livre, c'est l'oppression ressentie à la fermeture des grandes grilles, entourée de hauts murs hérissés de tessons de bouteilles. Puis la découverte de la chambre et des filles qui la partagent. Puis les sept années d'enseignement strict, de surveillance renforcée -même le courrier est lu par la responsable du pensionnat, officiellement Ma-Chère-Sœur et officieusement La colonelle. Mais ce sont aussi des amitiés qui se créent, des liens forts et nécessaires pour supporter.

Dans une écriture épurée, poétique, Françoise Moreau raconte la vie des ces jeunes filles éloignées des tumultes du monde extérieur, qui verront cependant les conditions s'alléger un peu après Mai 68. De onze à dix-huit ans, elles vont découvrir la puberté, les premiers émois amoureux pour tel ou tel garçon entrevu. Le roman est rythmé par les chansons des années 60, essentiellement celles des artistes français : Brassens ou Léo Ferré (pas vraiment conseillées par les sœurs), Brel (ça dépend des chansons), et bien sûr les jeunes qui débutent, le rock, les yéyés... Cela donne un petit air de nostalgie et de légèreté, renforcée par un ton parfois acide, ironique sur les préceptes du pensionnat, les attitudes distantes des sœurs enseignantes.

Les connaisseurs de la région nantaise, région dans laquelle vit l'autrice -et moi aussi- reconnaîtront des noms de famille des coreligionnaires de Robertine empruntés à des communes proches. Bref, un très beau court roman.

Voir les commentaires

Un coup de tête

Publié le par Yv

Un coup de tête, Sigrún Pálsdóttir, Métailié, 2023 (traduit par Eric Boury)

Islande, toute fin du XIXe siècle, Sigurlina est une jeune femme qui aide son père, un veuf excentrique à cataloguer ses recherches archéologiques. Elle fait également du travail de secrétariat, traduit en anglais, tient la maison et brode avec un talent certain.

Un soir, sur un coup de tête, sûre qu'elle n'a plus rien à vivre d'exaltant à Reykjavík, elle prend le bateau direction New York, avec dans ses bagages un objet unique, une découverte importante pour son pays. Là-bas, elle propose à un riche amateur et collectionneur d'art de travailler pour lui.

Le roman de Sigrún Pálsdóttir est basé sur des faits réels et notamment sur la découverte de l'Amérique, bien avant Christophe Colomb, par les Vikings. Et dans les bateaux des Vikings qui accostèrent sur ces terres nouvelles, il y avait Gudridur Thorbjarnardóttir, véritable héroïne islandaise qui vécut donc en Amérique aux alentours de l'an mille et y donna naissance à son fils, Snorri Thorfinnsson, le premier enfant blanc né sur ces terres appelées en viking Vinland. Deux livres fondateurs sont régulièrement mentionnés dans le roman : La saga des Groenlandais et La saga d'Erik le Rouge.

Nonobstant les sources très anciennes et la période à laquelle vit Sigurlina, le roman de Sigrún Pálsdóttir est très moderne. Elle aurait pu faire des aventures de Sigurlina un roman fleuve en décrivant par le menu tout ce qu'elle voit, ce qu'elle vit et s'apitoyer sur son sort, car son héroïne va de mésaventures en mésaventures pour ne pas dire de drames en drames. Mais foin de tout cela, l'autrice ne s’appesantit pas. Elle décrit, énumère et surtout laisse le lecteur faire les liens. Ce qui n'est pas écrit clairement l'est entre les lignes. J'aime lorsqu'une écrivaine parie sur l'intelligence et l'imagination de ses lecteurs. J'aime cela parce que plutôt qu'un pavé indigeste de plus de 400 ou 500 pages, elle écrit un court roman d'à peine 200 pages, vif, dynamique, sans temps mort. Tout y est juste, rien n'est en trop et rien ne manque. Pourquoi, par exemple, infliger des pages de descriptions de l'aménagement et du fonctionnement d'une maison lorsque tout peut être dit comme ceci : "Sans qu'on sache comment, la maison avait fini par s'emplir de meubles. Sans qu'on sache comment, Sigurlina avait fini par se retrouver à la cuisine, s'affairant aux fourneaux, ils avaient fini par s'asseoir tous les trois à table pour prendre leurs repas." (p.25)

Sigurlina est une héroïne charmante, un peu naïve sans doute, qui devra lutter, tomber pour mieux se relever, s'affirmer, se défendre, tout cela pour acquérir sa liberté, ce qui n'était pas évident il y a plus d'un siècle. Le roman est également passionnant parce qu'il traite de l'histoire de l'Islande, de l'héritage culturel et la réflexion est intéressante lorsque de nos jours, beaucoup de pays pillés réclament le retour des œuvres.

Très belle découverte que ce roman foisonnant, passionnant. Sigrún Pálsdóttir use d'une langue fluide, agréable qui ravira le plus grand nombre pour cette tragi-comédie qui emballe du début à la toute fin.

Voir les commentaires

Le vétéran

Publié le par Yv

Le vétéran, Franck Giroud, Gilles Mezzomo, Glénat, 2017

Le capitaine Maxime Danjou, blessé à Waterloo et souffrant depuis de troubles de la mémoire se retrouve au Val de Grâce après une rixe dans une taverne pour défendre l'honneur des soldats impériaux, ce qui est assez mal vu par l'occupant.

Maxime est secouru par Mathilde Brunoy, jolie jeune femme qui soutient qu'il est son mari Théodore Brunoy, colonel de l'armée impériale. Malgré ses troubles, Maxime sait qui il est et qui il n'est pas, mais les indices et les faits des semaines suivant son arrivée à Rouen dans la demeure des Brunoy, le font douter. Tout va dans le sens de Théodore Brunoy. Certains, même dans la rue le reconnaissent comme tel.

Bande dessinée historique en deux volumes qui aurait pu tomber dans la facilité de l'amnésie et de tout ce qui peut tourner autour, mais qui, finement raconte une histoire de machination diabolique. Franck Giroud, le scénariste prend les codes du polar et de l'histoire pour construire une bande dessinée historique passionnante dans laquelle les gentils et les méchants ne le sont peut-être pas autant qu'on le penserait, même si certains sont quand même prêts à tuer... C'est vraiment bien, on se balade dans une époque troublée, juste après la défaite de Napoléon, les bonapartistes sont mal vus, les royalistes refont surface. Le petit peuple s'en moque, qui souffre toujours autant.

J'aime bien le dessin de Gilles Mezzomo, très coloré, vif, rapide comme un film de cape et d'épée. La bataille de Waterloo fait trois pages de grandes cases avec moult détails (point trop de sang, je rassure les âmes sensibles).

Très bon diptyque qui ravira les amateurs du genre bande dessinée de polar historique et les autres aussi.

Ci-dessous les couvertures des deux tomes

Le vétéran
Le vétéran

Voir les commentaires

La clef de Sid'

Publié le par Yv

La clef de Sid', Frédéric Claverie, Guillaume Tenaud, Mosquito, 2020

Hippolyte est octogénaire, veuf. Il vit seul dans sa maison et reçoit tous les jours à 8H tapantes, Mme Dumontet, une aide à domicile. Et avec Hippolyte, l'heure c'est l'heure. Ancien horloger, il est précis, ponctuel et très ritualisé. Aussi lorsque Mme Dumontet est malade et que c'est Sidonie, 25 ans, qui la remplace, les habitude d'Hippolyte vont changer. Car Sidonie n'est pas la reine de la ponctualité, mais elle fait souffler un vent de fraîcheur auprès du vieil homme.

Bande dessinée en noir et blanc qui raconte cette rencontre improbable. Sans le travail Sidonie et Hippolyte n'auraient jamais fait connaissance et c'eût été dommage pour chacun d'eux. Car, comme prévu, chacun va apporter à l'autre ce qui lui manque : de la fraîcheur, dela spontanéité ou au contraire un peu de ponctualité et d'expérience.

Très bel album sur la vieillesse, sur un homme qui quitte la vie alors qu'une jeune femme ose enfin vivre la sienne grâce à lui. L'histoire est belle et très joliment dessinée, attendue sans doute, mais pourquoi ne pas se laisser faire lorsqu'une histoire sans réelle surprise est aussi bien racontée ?

Voir les commentaires

Bashung plus immortels que nous

Publié le par Yv

Bashung plus immortels que nous, Cyrille Pac, Franck Verrecchia, Christopher, Ekaterina Bauman, Christian Galli, Ignifero, Rachid Nhaoua, Margaux Obajdin, Kyungeun Park, Pierre Radice, Riccado Randazzo, Anne Royant, Piero Ruggeri, Vittorio Santi, Carlos Valdeira, Valette, Petit à petit, 2022

Presque 14 ans après le décès du chanteur, cette bande dessinée biographique paraît aux éditions Petit à petit. Un scénariste Cyrille Pac et de nombreux dessinateurs se relaient pour les chapitres de la vie d'Alain Bashung : sa naissance de père inconnu, son enfance en Alsace chez ses grands-parents, son arrivée en région parisienne chez sa mère et son père adoptif qui lui donne son nom, Baschung -il lui suffira d'ôter le "c" pour trouver son nom de scène-, sa découverte de la musique, du rock en particulier et ses débuts dans l'industrie musicale, son travail avec Dick Rivers et ses premiers albums solo qui ne rencontrent pas le succès (malheureusement, le premier Roman-photos est introuvable en CD, c'est le seul qu'il me manque). Plusieurs fois, il lui faudra jouer son avenir dans la musique sur un seul titre qui doit absolument marcher. Ce sera Gaby, oh Gaby, puis Vertige de l'amour ou encore SOS Amor...

Si Alain Bashung signe les musiques, Boris Bergman et Jean Fauque écrivent les textes les plus emblématiques de l'artiste, lui-même n'hésitant pas à puiser dans différentes pages de leurs carnets pour faire coller des phrases qui n'étaient pas faites pour aller ensemble. Le tout donne des chansons très personnelles, une discographie incroyable, pas toujours simple d'abord tant Alain Bashung a aimé brouiller les pistes, se renouveler et ne jamais faire la même chose.

Il est dans mon Panthéon évidemment, sans doute même en première place, depuis Novice en 1989 (découvert dans un bar de Nantes que je fréquentais pas mal et dans lequel le patron passait ses disques et ceux des clients).

Excellent album qui doit son titre à une chanson Immortels, tirée de l'album posthume, En amont, écrite et composée par Dominique A, qui donne envie de tout réécouter Bashung. A défaut, ci-dessous ma chanson préférée, difficile à choisir tant j'aime quasiment tout : Aucun express (de l'album Fantaisie militaire):

Voir les commentaires

Un chagrin d'amour avec le monde entier

Publié le par Yv

Un chagrin d'amour avec le monde entier, Eric Pessan, Sylvie Sauvageon, Les éditions du chemin de fer, 2017

Une enveloppe reçue au courrier. Aucune mention de l'expéditeur ni à l'extérieur ni à l'intérieur. Seul un DVD la remplit. L'homme qui la reçoit attend avant de le visionner craignant quelque arnaque ou mauvaise surprise. Le lendemain seulement, il l'insère dans le lecteur de son ordinateur. C'est Elle. La femme avec laquelle il a vécu une histoire quelques années auparavant. Elle se raconte en diverses séquences. Le DVD débute par une phrase inscrite, un titre : "J'ai un chagrin d'amour avec le monde entier."

Eric Pessan écrit et Sylvie Sauvageon dessine des portraits d'une même femme avec différentes expressions, parfois un côté masqué par la fumée de cigarette, parfois sourainte, parfois plus grave. C'est elle que l'on imagine sur la vidéo racontant ses histoires. Ses histoires d'amour avec des hommes qu'elle a aimés et qui l'ont peut-être aimée en retour. Pas toujours. Et toujours elle revient à lui, au destinataire du courrier. Son rapprochement timide. Leurs échanges, leurs rendez-vous.

C'est très beau, intime, très profond. Cette femme se livre comme elle ne l'a jamais fait. En vidéo, sans crainte d'être interrompue par quiconque sauf elle-même. Avec le doute d'être regardée, écoutée.  Elle dit la rencontre, les moments de doute, de gêne, les débuts :

"Il me raconte des histoires : les siennes, celles des gens qu'il connaît, celles qu'il lit dans les livres. Certains hommes cachent leur silence derrière le bavardage. Je sais qu'il a peur de ce qui adviendrait si on laissait le silence s'installer entre nous.

Il faut se taire pour oser un geste.

Il faut se taire pour qu'une main frôle une main.

Il faut se désemplir la bouche des mots pour y recevoir la langue de l'autre." (p.15)

C'est un livre de grandes beautés : celle du texte, celle des dessins et celle de l'objet-livre, couvertures et rabats et mise en page. De ceux que l'on trouve dans les bonnes librairies, pas toujours mis en évidence, ce qui est fort dommage ; de ceux que l'on a plaisir à acheter, à ouvrir et à lire et à offrir ensuite tant on est sûr de faire plaisir.

Voir les commentaires

Saisons des feux

Publié le par Yv

Saisons des feux, Naná Howton, Des femmes-Antoinette Fouque, 2023 (traduit par Isadora Matz)

Dans cette petite ville brésilienne, au mitan des années 70, en pleine dictature militaire, les champs de canne à sucre sont brûlés pour faciliter les récoltes, et les habitants vivent avec des cendres  qui tombent du ciel en permanence. Smiley, seize ans et Porcelaine, sa petite sœur de douze ans quittent l'orphelinat pour retrouver leur mère, prostituée et alcoolique. Celle-ci les néglige et les deux sœurs décident de partir en stop chercher leur père. Le voyage est risqué, les rencontres pas toujours amicales. Les deux jeunes filles ne peuvent compter que sur elles-mêmes et sur leur lien pour se sortir des situations compliquées.

Divine surprise que ce premier roman publié en France d'une autrice d'origine brésilienne. Ses deux héroïnes ont vécu tellement longtemps dans l'orphelinat, protégées du monde extérieur, Porcelaine, petite et insouciante et Smiley concentrée sur la protection de sa sœur, qu'elle n'en ont aucune connaissance. Puis, petit à petit, Smiley se souvient : la violence de son père envers sa mère, la fuite de celle-ci avec ses deux filles...

Roman social et d'initiation puisque les deux jeunes filles, Smiley surtout, celle qui est présente à toutes les pages, vont découvrir le monde, comme si elles naissaient adolescentes. La violence ambiante, celle du pouvoir qui réprime toute forme de protestation, les harcèlements et agressions des hommes envers les femmes, la haine et le mépris des hommes envers les prostituées qu'ils fréquentent pourtant assidûment dans des bordels sordides, envers les homosexuels, envers tous ceux qui ne sont pas comme eux, le travail harassant et mal payé, la pauvreté, la grande différence entre riches et pauvres... Tout cela dans une petite ville pour s'éveiller à la vie en douceur, car il en serait différent à São Paulo par exemple où tout est exacerbé mais aussi où il est plus facile de vivre incognito.

Smiley avance pendant les quelques mois racontés par Naná Howton : elle fait le point sur sa vie, tente de comprendre les raisons de ses difficultés : "La vie de Smiley était devenue un flot constant d'amertume. Elle était bien consciente que c'était aussi de sa faute, parce qu'elle se refusait à exprimer de l'amour, le plus effrayant de tous les sentiments. C'était trop dur parce que s'il y avait le moindre risque de ne pas être aimée en retour, elle n'aurait plus qu'à aller mâcher une feuille d'une de ces plantes toxiques qui poussaient sous le figuier et se laisser mourir." (p.194/195)

Smiley et Porcelaine sont attachantes, fortes, elles subissent, se relèvent, luttent. Naná Howton décrit des jeunes filles réalistes et son roman assez conséquent est passionnant de bout en bout. Pas une seule ligne en trop. Fort bien écrit, donc fort bien traduit, il sera bien difficile à un lecteur de le poser pour passer à autre chose.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>