Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pope-corn

Publié le par Yv

Pope-corn, Gabriel Boccara, La table ronde, 2010
"Pope-corn est un divertissement orthographique. Le principe du jeu ? Inclure en totalité ou en partie un mot dans un autre pour en former un troisième, exclusivement homophone ou homographe du terme hôte.
Exemples :
Roturier + hauturier = rhauturier (homophone)
frimousse + mousse = frimousse (homographe)"

Voilà pour l'explication donnée par Gabriel Boccara en première page de ce recueil qui a pour sous-titre "Petits éclats de mots.".
C'est un vrai plaisir et un vrai exercice (pour tous) que de lire ce livre. On suit l'ordre alphabétique, ou on prend les mots au hasard. A chaque fois, la définition fait mouche. Elle est drôle, ou fine ou plus grave. Parfois tout en même temps.
Exemples pour vous donner envie :
"Euthanazie (n.f.) : Purification ethnique
Présidanse (n.f.) : Valse des dirigeants
Pissine (n.f.) : Grand bassin dans lequel il est d'usage d'uriner discrètement en nageant
Seinthétique (adj.) : Se dit d'une poitrine qui a reçu des implants mammaires"

Ce petit livre contient 130 définitions comme celles-ci . A garder près de soi, pour piocher un ou plusieurs mots, de temps en temps.
Merci aux éditions de la Table ronde.

Voir les commentaires

Ballon mort

Publié le par Yv

Ballon  mort, Marc Villard, Le castor astral, 2008
Stéphane Miller, enquêteur pour les assurances les Mutuelles réunies doit retourner dans sa ville natale pour tenter d'élucider la disparition d'un ami d'enfance, gloire du football. Ce qu'il ne sait pas c'est qu'il va devoir partir avec son fils et loger chez son père. Ce qu'il sait, par contre, c'est qu'il va revoir toute la bande de ses anciens copains et remuer des affaires sordides.
Roman policier de Marc Villard dont on m'a conseillé la lecture ; je reste sur ma faim. Certes, je ne m'attendais pas à un roman anglo-saxon avec un rebondissements prévisibles toutes les 3 pages, mais là, c'est franchement assez mou, prévisible et un peu ennuyeux. Tous les clichés sur les notables de Province sont écrits, mais ce sont des choses que l'on a déjà lues ou vues. Pas assez incisif. Le livre démarre quand même vers la page 100 (sur 168 !). Heureusement que Villard possède une écriture qui retient, parce que sinon, j'aurais refermé ce livre presque sitôt ouvert. Ajoutez à cela que je m'attendais à une bonne dose d'humour noir et décalé comme on peut le trouver dans des romans noirs français et que rien n'arrive. Vous comprendrez alors ma déception. Pas mal, sans plus !

Voir les commentaires

Le cri du peuple

Publié le par Yv

Le cri du peuple, Jean Vautrin, Jacques Tardi, Casterman
Je continue sur ma lancée pour parler de ce dessinateur de bande dessinée que j'aime beaucoup : Tardi. Cette fois-ci, il a collaboré avec Jean Vautrin et adapté à la bande dessinée le roman de ce dernier. Tout se passe dans le Paris de La Commune de 1870. On suit les aventures de différents personnages pris dans la tourmente des événements : le Capitaine Tarpagnan, passé du côté communard et amoureux de la belle CafConc', Grondin, ancien bagnard à la recherche de celui qu'il pense être le meurtrier de sa fille, Hippolyte Barthélémy, policier avide d'avancement tentant de résoudre son enquête.

Contrairement à Adèle Blanc-sec, le dessin est en noir et blanc. La ville des Paris, ses rues, ses bâtiments sont toujours aussi présents. On croise dans ce recueil aussi bien Jules Vallès que Gustave Courbet. Tardi dessine des personnages reconnaissables, de vraies "tronches", pour la majorité, abîmées, mais aussi quelques belles "gueules" : Tarpagnan ou CafConc'. Pour moi, jusqu'à présent, c'est la BD de l'auteur que je préfère et probablement la BD que je préfère tout simplement. Ce pur moment de félicité (j'exagère à peine !) existe en 4 volumes, mais il existe aussi en une seule pièce de 312 pages que j'ai le plaisir d'avoir dans ma bibliothèque personnelle.

Voir les commentaires

Adèle Blanc-sec

Publié le par Yv

Adèle Blanc-sec, Jacques Tardi, Casterman
Adèle Blanc-sec est une feuilletoniste des années 1910/1920 qui raconte dans les journaux parisiens de l'époque, ses propres aventures. Elle est aventurière, fréquente des savants fous, des gens de la pègre, malfrats et autres escrocs et d'autres personnages ou créatures tout droit sortis de l'imagination de Tardi. Les monstres cotoient les mutilés de la grande guerre (période fétiche de l'auteur), les mafieux et les flics véreux ou incompétents. Dans cette bande dessinée  (dessin et scénario de Tardi), les rues et les bâtiments du Paris des années vingt sont très présents ; l'invraisemblance tutoie la réalité pour mon plus grand plaisir. La série complète comprend 9 tomes (Adèle et la bête, Le démon de la tour Eiffel, Le savant fou, Momies en folie, Le secret de la salamandre, Le noyé a deux têtes, Tous des monstres, Le mystère des profondeurs, Le labyrinthe infernal).
Je me suis laissé dire que Luc Besson avait adapté Adèle Blanc-sec au cinéma pour une sortie prévue prochainement (avril 2010, je crois) : j'ai hâte de voir ce que ça peut donner.

Voir les commentaires

La petite Française

Publié le par Yv

La petite Française, Eric Neuhoff, Albin Michel, 1997
Le narrateur, un écrivain tout juste trentenaire, en mal d'inspiration, débute une vie de vieux, en restant chez lui, ne regardant plus que Le mépris de Godard. Survient alors dans sa vie sa jolie voisine, Bébé, âgée d'une vingtaine d'années. Elle est l'inverse de lui. Toujours en mouvements, un peu folle et toujours pleine de vie et d'envies. Ils commencent une histoire d'amour dont on sent dès le début qu'elle se finira mal ou qu'elle finira, tout simplement.
Le roman est à la fois agaçant et plaisant. Agaçant, parce que la petite vie parisienne des gens en vue : journalistes, comédiens, peintres à la mode, ... est très (trop !) présente et vraiment inintéressante. On pourrait avoir parfois l'impression de lire Gala ou Voici. Agaçant aussi, parce qu'on ne sait pas où Neuhoff veut nous emmener. Les tergiversations de l'un ou de l'autre sont répétitives et longuettes.
Plaisant, parce que l'histoire d'amour que le narrateur vit avec Bébé n'est pas banale, qu'elle bouscule le narrateur. On sent aussi qu'elle prendra fin, mais on ne sait pas où et comment, ni pourquoi, ce qui maintient un léger suspense. Plaisant encore, parce que le style de l'auteur est rapide : petites phrases, vocabulaire simple qui donnent du rythme à cette histoire, le rythme que Bébé donne à leur histoire. Un livre pas inoubliable, mais pas désagréable. Prix Interallié 1997.

Voir les commentaires

Droit du sol

Publié le par Yv

Droit du sol, Charles Masson, Casterman écritures, 2009
Dans cette bande dessinée, Charles Masson (médecin à la Réunion, et qui fait des remplacements à Mayotte) a recueilli le témoignage des habitants de Mayotte : migrants, prostituées, médecins, métropolitains cherchant dépaysement, aventure ou vie tranquille. Le constat est sordide et effrayant. Dans cette île, une majorité des habitants est clandestine, vient se faire soigner gratuitement et espère en des jours meilleurs pour ses enfants qu'elle peut scolariser. Jusqu'à très récemment, tout se passait plutôt bien, seulement, les lois de reconduite des sans papiers et de quotas d'expulsions menées par le (très ? trop ?) zélé Brice Hortefeux cassent tout cela.
Charles Masson, dans une interview instructive que vous trouverez ici, dit : "Brice Hortefeux et ses quotas d’expulsions sont arrivés. C’est à Mayotte que les expulsions coûtent le moins cher car l’île d’Anjouan, de l’archipel des Comores, n’est qu’à quelques kilomètres. Et comme les migrants arrivent tous les jours dans des barques appelées kwassas, il est facile de faire du chiffre. C’est une vaste escroquerie."
C'est un livre né de la colère et du dégoût de ce que peut faire la France dans ses territoires éloignés de la métropole. Je l'ai lu en oscillant entre dégoût et colère moi aussi, entre honte de ce que fait la France et de ce que je ne fais pas, entre compassion, compréhension et admiration pour ceux qui vivent là-bas : habitants de Mayotte décrits plus hauts, mais aussi les médecins et personnels hospitaliers qui se battent pour soigner convenablement tous ses habitants quels qu'ils soient. 
Surtout, si vous trouvez cette BD, ne passez pas votre chemin sans l'ouvrir ; on y croise aussi des gens "normaux" avec leur petites lâchetés et faiblesses, des gens heureux de rendre service et d'autres, heureux de vivre tout simplement ! 

Voir les commentaires

J'aurais voulu être un type bien

Publié le par Yv

J'aurais voulu être un type bien, Marc Villard, Ed. L'Atalante, 1995
J'ai choisi ce livre à la BM, au hasard d'une carte blanche faite aux éditions nantaises L'atalante, voisines de mon lieu d'habitation. C'est un recueil de "nouvelles à caractère autobiographique", même si au fil de la lecture, on se rend compte que, si certaines peuvent être autobiographiques, toutes ne le sont pas : certains personnages morts ou séparés dans une nouvelle, réapparaissent ou vivent encore ensemble dans la suivante. Cela n'enlève rien à la qualité du livre de Marc Villard, connu surtout pour ses polars. Les nouvelles sont inégales, mais se dégage de ce livre une atmosphère de vécu. On a l'impression d'un narrateur qui raconterait ses petites mésaventures, ses rêves. Cette écriture du quotidien peut décontenancer, irriter ou mettre mal à l'aise. Certes, ce n'est pas très dépaysant, mais j'avoue aimer le style et le genre. Ce n'est pas très gai non plus, malgré de grosses touches d'humour, du détachement et de l'ironie de la part de Marc Villard. Et puis, son écriture d'auteur de polar est bien présente et donne un ton "noir" général au livre.

Voir les commentaires

Un (grand) cri de souris

Publié le par Yv

Un (grand) cri de souris, Isabelle Bauer, Laura Nillni, Ed. Philomèle, 2009
Lucie est une petite souris qui mange les lettres "i" de tous les livres. Ceux-ci, privés d'une grande partie de leurs lettres cherchent à faire comprendre à Lucie qu'elle leur pose un gros problème.
J'ai lu ce très joli livre pour enfants grâce au partenariat de B.O.B et des éditions Philomèle. Bien que non spécialiste de cette littérature, j'ai apprécié le texte qui fait appel aux jeux de mots et qui raconte une histoire originale. C'est une histoire que je me vois bien raconter aux petits avant de s'endormir. Les illustrations sont très colorées et l'humanisation des livres est plutôt bien vue.
Et comme il parait que la vérité sort de la bouche des enfants, je laisse le petit garçon de 7 ans destinataire de ce livre et partenaire d'un jour sur ce blog, conclure ce billet  :" J'ai bien aimé le livre, parce que les images sont belles et parce que l'histoire finit bien. J'aime bien le titre, l'histoire est marrante, bien dessinée. Les dessins sont drôles : les livres qui rigolent, qui font des mauvaises têtes ou qui sont étonnés."
NB : je me permets en outre, d'ajouter que ce jeune garçon a bien aimé les dédicaces, écrite pour Isabelle Bauer et dessinée pour Laura Nillni. Qu'elles en soient remerciées !

Voir les commentaires

Le Beau Revoir

Publié le par Yv

Le Beau Revoir, Guy de la Valdène, Le cherche midi, 2003 (édité au Livre de poche)
Dans les années 1960, Vincent, élevé au château du comte de Costebelle, neveu et aide du garde-chasse de la propriété est ami avec Ragondin, braconnier et fils de braconnier. Au rythme des saisons, la vie s'écoule assez paisiblement jusqu'à l'assassinat sauvage de l'oncle de Vincent. Celui-ci, aidé de Ragondin, va alors tout mettre en oeuvre pour retrouver les meurtriers.
Très beau roman, lent, qui décrit admirablement la nature normande : on pourrait se croire parfois au début du 20ème siècle, voire à la fin du siècle précédent dans l'évocation de la campagne et des gens qui l'y habitent. Il est vrai que dans les années 1960, la France est encore rurale et héritière des vieilles coutumes villageoises, notamment dans la hiérarchie sociale : le comte de Costebelle est encore celui qui fait vivre quasiment tout le village qui environne son château.
La nature (faune et flore) est donc particulièrement bien représentée dans ce livre, mais les personnages ne sont pas en reste. Ragondin ou la vie facile de celui qui avance sans trop se poser de questions. Vincent, lui, est tout l'inverse : chaque action doit être pensée et mûrement réfléchie. En outre, il ne parvient pas à trouver sa place au milieu des villageois, balançant entre son éducation commune avec les enfants du châtelain, Roland et Nicole -et la complicité qui s'installe entre eux- et sa naissance d'une femme seule et pauvre, qui deviendra femme de chambre de la châtelaine. Nombre de ses concitoyens lui rappellent d'ailleurs qu'il est né comme eux, paysan et qu'il le restera toute sa vie.
Guy de la Valdène, qui, comme son nom ne l'indique pas est né à New-York, se partage entre les Etats-Unis et la Normandie. Il dit  pratiquer assidûment chasse et pêche avec son ami Jim Harrison, ce que je crois bien volontiers, tellement ses descriptions des scènes de chasse et de pêche sont fines et réalistes (et pourtant, je suis très très loin de ce monde). On peut voir d'ailleurs dans ce livre un pendant des romans naturalistes d'Harrison, mais transposé en France et avec le talent et les particularités de Guy de la Valdène.
Il est dans ce roman tout de même une certaine tension due à l'assassinat du garde-chasse et à l'enquête menée par Vincent et Ragondin, mais je ne peux m'empêcher d'en garder un souvenir et une sensation de grande bouffée d'air peu et frais.
Un très grand merci à B.O.B et au Livre de poche pour cette jolie découverte.

Voir les commentaires