Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vertiges mortels & Le cri de l'ange

Publié le par Yv

Vertiges mortels, Neal Baer & Jonathan Greene, MA Éditions, 2012 (traduction par Pascal Aubin)

"Claire Waters est une jeune psychiatre spécialisée en médecine légale, passionnée par son métier. Hantée par un événement traumatisant de son enfance – le kidnapping de sa meilleure amie devant ses yeux à l'âge de huit ans – Claire a toujours été attirée par les patients dits incurables, ceux qui semblent n'avoir ni conscience ni peur. Elle accepte de rejoindre le programme mis en place par le célèbre docteur Paul Curtin au centre pénitencier de Rikers Island, l'une des plus grandes institutions psychiatriques des États-Unis. Dès son premier jour, et comme pour tester ses capacités, le docteur Curtin lui demande d'interroger un certain Todd Quimby afin de déterminer s'il est apte à retourner à la vie civile. Détenu à l'esprit dérangé, dont le beau visage enfantin dissimule une histoire sordide de dysfonctionnement et de mauvais traitements, Quimby réveille chez Claire quelque chose qu'elle préférerait ne pas affronter." (note de l'éditeur)

Que dire, que dire ? Si ce n'est que c'est du polar étasunien dans la forme et le fond. Rien qui ne soit original ! Tout est calibré, pesé et emballé pour plaire au plus grand nombre, comme ces séries policières télévisées qui envahissent nos écrans. Le parallèle est simple et évident puisque ce livre est vendu avec un bandeau "Par les scénaristes de la série télé New York Unité Spéciale", et qu'il est précisé en 4ème de couverture que Neal Baer "a été le premier médecin à participer à l'écriture d'une série télévisée (Urgences)". Deux séries que je ne connais point ; bon, je connais Urgences mais je ne l'ai jamais regardée -ben, oui, Madame Yv travaille dans le milieu médical et ne voulait pas avoir l'impression d'y retourner le soir après manger, et moi, je ne suis pas bien dans un bâtiment médical, déjà à la clinique pour la naissance des enfants, le personnel à cru que c'est moi qu'il devait garder. Heureusement que j'avais (et ai toujours, pratique du sport oblige, hum hum -qui tousse ?-) le ventre plat, sinon j'aurais pu craindre le pire. Par contre, je ne connais pas NYUS, l'autre série incriminée. Voyez mon inculture et surtout le fait que je ne suis pas le public pour ce genre de livres. Je l'ai commencé, puis ai passé des pages rapidement pour finalement l'abandonner et plonger dans un autre livre, de la même manière qu'il m'arrive régulièrement d'aller prendre un bon bouquin lorsque mes (grands) enfants -les petits sont au lit, bien entendu : ceux-là, c'est bien, je n'ai pas eu besoin de passer par la clinique. Ouf !- regardent une des innombrables séries policières étasuniennes qui ne m'intéressent pas. Pour être franc, il m'arrive d'en voir et même d'aimer cela. Mais bien souvent, au bout d'une dizaine d'épisodes ou de la seconde saison, je me lasse et je ne vois plus qu'un épisode au hasard d'une soirée "grosse flemme" ou "pas envie-de-faire-autre-chose" : eh oui, mesdames, même les mecs ont ce genre de soirs (sexisme primaire juste pour faire monter mon audimat, allez-y, huez-moi et faites passer le mot).

Regardant donc peu la télévision, je lis et après, je vous en fais profiter ici même. Finalement, ça a du bon ces séries qui se ressemblent toutes. Un livre à réserver aux amateurs du genre qui ne seront sûrement pas déçus.

 

 

Le cri de l'ange, C.E Lawrence, MA Éditions, 2012

"Une jeune fille est retrouvée sauvagement assassinée dans la chapelle d'un établissement scolaire réputé. Sur son corps a été gravé un verset du Notre Père. Lee Campbell – un psychologue devenu profiler – est appelé pour participer à l'enquête. En proie à ses propres démons, traumatisé par la disparition inexpliquée de sa sœur, Lee est constamment à la limite de l'effondrement. Malgré cela, il sent qu'il peut être utile et se lance à corps perdu dans cette enquête. Il fait rapidement le rapprochement avec un autre meurtre ayant eu lieu précédemment : tout porte à croire qu'il s'agirait alors d'un tueur en série. Son intuition se confirme lorsque d'autres victimes sont découvertes dans des églises, présentant le même type de traitement." (note de l'éditeur)

Dans le même genre de littérature, pour ceux qui aiment. J'aurais pu faire un copier/coller de mes lignes écrites un peu plus haut. Je vous fais grâce d'une répétition inutile. Je résume seulement : polar étasunien, avec des personnages caricaturaux. Du déjà-vu ou déjà-lu ou vice-versa. Ici c'est le profiler qui sort d'une dépression suite à la disparition de sa sœur. Pour amateurs également.

Un avantage cependant pour ces deux livres, c'est qu'ils font considérablement augmenter mon nombre de livres de la rentrée littéraire pour le challenge 1%.

challenge 1% thrillers

Commenter cet article

Lystig 01/10/2012 19:24

je regarde bcp de séries policières américaines car j'aime bien, surtout enregistrées... je m'endors très vite le soir ! (je me lève très tôt le matin !)

Yv 03/10/2012 13:07



J'en regarde aussi, mais pas tant que cela, je les trouve trop calibrées.



Alex-Mot-à-Mots 01/10/2012 17:13

Et donc on en déduit que tu n'es pas un amateur du genre.

Yv 03/10/2012 13:07



J'aime bien les polars, mais ceux-ci sont trop stéréotypés



Cécile 01/10/2012 08:44

Et bien Yv, qu'est-ce qu'il t'a pris ? En plus, tu cumules : 2!!!

Et que les hommes végétaient "eux aussi" parfois devant la tv, çà, je le savais déjà ! :))

Yv 01/10/2012 08:59



En fait, ce sont des envois en Service de Presse que je n'avais pas demandés ni souhaités. Pour ce qui est de végéter devant la télé, je suis surpris, je pe,sais que c'était les filles pendant
que les mecs faisaient la vaisselle...



Lystig 30/09/2012 14:22

c'est NY USV : Unité Spéciale des Victimes (viols et autres crimes du même style !)

Yv 01/10/2012 08:55



Alors là, je te fais entièrement confiance, je n'y connais pas grand chose



keisha 29/09/2012 13:15

Je sens que je me lasserais aussi...

Yv 29/09/2012 18:30



Je pense que tu as raison



Eliane 29/09/2012 12:32

Un aveu à te faire : j'aime les films policiers, mais... il est vrai que la ficelle des scénarios de séries est tellement grosse qu'on se lasse très vite. D'après tes commentaires, j'en déduis
que... ceux qui sont chargés des enquêtes ont autant de problèmes sinon plus que ceux qu'ils sont chargés de pourchasser ! Intéressant... et effrayant !

Yv 29/09/2012 15:37



Salut Éliane, j'aime aussi les films et les livres policiers, mais lorsqu'aucune surprise ne vient, je me lasse vite.