Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vent printanier

Publié le par Yv

Vent printanier, Hubert Haddad, Ed. Zulma, 2010

"La rafle du Vel' d’hiv' des 16 et 17 juillet 1942 avait pour nom de code « Opération Vent printanier ». Sur ordre du gouvernement de Vichy, policiers et gendarmes français arrêtèrent à leur domicile quelques treize mille hommes, femmes et enfants, dès les premières heures de l’aube. Internés au vélodrome d’hiver et au camp de Drancy, ils furent tous déportés à Auschwitz-Birkenau dans les jours ou les semaines qui suivirent, puis en majorité exterminés et brûlés. De retour sur les lieux de l'impensable, Hubert Haddad a écrit ces quatre histoires vraies de tout leurs poids d'imaginaire, vraies des milliers de fois, hier à Drancy ou partout en Europe, et aujourd'hui comme en filigrane, à chaque coin de rue, dans les regards effrayés que portent les exclus et les laissés-pour-compte sur un monde en lente perte d'humanité" (p.5, en exergue du livre)

C'est par de courtes nouvelles que l'auteur parle de cet événement terrible et honteux qu'est la rafle du Vel d'hiv'. Quatre nouvelles aussi poignantes les unes que les autres, avec une mention spéciale pour la seconde qui donne son titre au livre. Mention spéciale, parce qu'elle est reliée de manière directe à l'actualité. Michaï, vieux musicien rescapé des camps, le seul de sa famille à avoir échappé cependant à cette rafle, rencontre Nicolaï, jeune musicien tzigane, qui lui, a évité le démantèlement du camp dans lequel il vivait. Ce camp a été détruit deux jours avant la commémoration de la rafle du Vel d'hiv'. L'auteur rappelle fort justement que les tziganes furent aussi les victimes des nazis et qu'ils furent déportés, reconnaissables au triangle marron qu'ils arboraient en lieu et place de l'étoile jaune. "L'expulsion avait dû être expéditive. C'était presque toujours ainsi : les autorités locales chassaient les descendants des martyrs pour honorer ceux-ci en paix." (p.21). D'un côté on rassure l'électeur, mais de l'autre on n'oublie pas d'honorer les morts de la guerre, déportés pour la seule faute d'une religion, d'une origine géographique, d'idées politiques ou d'une préférence sexuelle (puisque les homosexuels ont aussi été déportés)

A notre époque où il est courant et quasi "normal" de démanteler des camps de Roms, de renvoyer les étrangers en situation irrégulière, sans s'occuper de savoir ce que deviendront tous ces gens, il m'apparaît sain que des écrivains prennent leurs plumes et écrivent sur les pires heures de notre histoire. La finesse d'Hubert Haddad est de lier les événements vécus par ses personnages à des époques différentes. Sa finesse est aussi à trouver dans son écriture, toujours très soignée aux mots choisis et pesés. Point d'envolées lyriques, mais des propos justes et précis. Néanmoins le texte ne manque pas de poésie, dans les descriptions, dans les rêves et pensées des personnages.

D'Hubert Haddad, je connaissais déjà -et j'avais beaucoup aimé- Palestine et son dernier roman -mais là, je n'ai pas réussi à aller au bout- Opium Poppy, toujours chez Zulma.

Un petit livre pour un grand message normalement universel : "Ce qui mûrit le mieux au monde, ce sont les rencontres." (p.34). Encore faut-il qu'on veuille rencontrer autrui, me permettrais-je d'ajouter.

Une nouvelle fois les éditions Zulma éditent un incontournable et cette-fois-ci en plus de l'être il est également court et lisible par tous et accessible puisque seulement à 4.50 €. Donc aucune raison de passer à côté.

D'autres avis : Aifelle, Clara, Dominique

Merci à la librairie Dialogues.

 

dialogues croisés

Commenter cet article

Hélène 13/12/2011 09:11

je l'avais repéré, tu en rajoutes une couche, je vais devoir le trouver maintenant !

Yv 13/12/2011 09:32



Désolé de te mettre dans l'embarras :)



keisha 08/12/2011 18:17

J'ai Palestine sur mes étagères, mais je sens que je dois m'intéresser aussi à ce titre!

Yv 08/12/2011 21:58



J'ai beaucoup aimé Palestine aussi



Aifelle 08/12/2011 13:10

J'avais beaucoup apprécié ces nouvelles, et l'écriture de Hubert Haddad que je découvrais. Et quand on pense à l'actualité récente, çà fait mal ..

Yv 08/12/2011 21:57



Belle écriture en effet et l'auteur aborde des thèmes forts



Emma 08/12/2011 10:20

Je n'ai jamais rien lu de cet auteur, je note aussi.

Yv 08/12/2011 21:57



Palestine est très bien aussi, par contre, j'ai eu du mal avec Opium Poppy



Alex-Mot-à-Mots 08/12/2011 09:29

En effet, pourquoi passer à côté. Je note.

Yv 08/12/2011 21:56



D'autant plus qu'il est court



clara 08/12/2011 08:49

Un petit livre exceptionnel !

Yv 08/12/2011 21:56



Je ne suis donc pas le seul à le dire