Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Topologie de l'amour

topologie.jpgTopologie de l'amour, Emmanuel Arnaud, Métailié, 2014....

 

Lorsque Laurent Kropst qui vient d'intégrer Polytechnique se balade au parc du Luxembourg, il reconnaît, assis là, seul, Thomas Arville, un ancien du Lycée Louis Le Grand, promis à un avenir brillant, probable successeur de Cédric Villani à la médaille Fields. Laurent s'assied à ses côtés, l'interroge et apprend que Thomas est professeur de maths dans un lycée de banlieue classé en zone sensible. Qu'a-t-il bien pu arriver pour que ce génie des mathématiques qui ne pouvait que devenir un chercheur de renom, qui devait côtoyer les plus grands et les plus illustres scientifiques avant d'intégrer lui-même ce cercle très fermé ne se retrouve à enseigner dans un lycée défavorisé ? Son séjour au Japon et son retour en France après Fukushima avec une compagne japonaise auraient-ils changé la donne ?

 

Revoilà Laurent Kropst déjà rencontré dans Le théorème de Kropst il y a un peu plus de deux ans. Cette fois-ci, il est le faire-valoir de Thomas Arville, celui qui recueille son histoire et par son intermédiaire, nous permet de la recevoir nous aussi. Alors merci Laurent Kropst, parce que cette histoire est vraiment très bonne et comme la précédente, elle réconcilie mathématiques et littérature. Vous savez que je suis aussi bon en mathématiques que C. Angot l'est pour faire des phrases compréhensibles, c'est dire si je ne capte rien à la chose. Et bien, malgré mon handicap, je me suis plu à lire les pages consacrées à la topologie des maths, cette "partie la plus conceptuelle des mathématiques [...]. Il n'y a dans cette section des mathématiques pour ainsi dire aucun calcul à effectuer. Il s'agit uniquement de réfléchir à des formes, ou des systèmes de formes, ou des interactions de systèmes de formes, en prenant appui sur l'ensemble des exemples connus accumulés par l'histoire et la pratique des toutes les autres branches des mathématiques. La topologie s'intéresse à des espaces, à des lieux, dans le sens le plus général du terme, et à leurs propriétés, quelles qu'elles soient. [...] C'est une théorie très unificatrice, qui explique avec extrêmement peu d'axiomes un grand nombre de phénomènes." (p.34). La philosophie des maths en quelque sorte ! D'autres pages qui expliquent la méthode de travail de Thomas pour comprendre Fukushima dans tous ses aspects et sa grande capacité à assimiler et synthétiser les informations sont elles aussi excellentes.

Thomas est un homme pur qui ne supporte pas la compromission, le mensonge et cette philosophie de vie le guide très longtemps, ce qui en fait une sorte d'extra-terrestre dans son monde de compétition extrême et dans le monde en général. Seul son esprit le sauve. "Est-ce que la pureté visée par l'adolescence est une erreur, ou est-ce la vie réelle qui d'ordinaire la contredit sèchement dès l'âge de douze ans, un état qu'il convient de fuir, si on en a comme Thomas, à cause d'un don quelconque, la rare opportunité ?" (p.112) Il raconte son histoire d'amour pour les maths bien sûr, mais aussi pour Ayako son épouse japonaise, sa loyauté envers elle et sa tristesse de ne pas la voir épanouie lorsqu'ils rentrent en France. 

Emmanuel Arnaud écrit là un très beau roman (court, 139 pages) avec un personnage hors norme, très attachant. Une vraie belle histoire d'amour à trois personnages, Thomas, Ayako et les maths. Qui Thomas doit-il sacrifier pour vivre ? Il ne peut vivre sans les maths, mais sans Ayako la vie lui est impossible. E. Arnaud décrit la vie d'un homme promis à un bel avenir qui peut se retrouver au plus mal lorsque ses réseaux ne fonctionnent plus, la descente inéluctable lorsque le chemin pris ne convient pas au standing social auquel on se destine. Le monde des élites est impitoyable pour qui ne se plie pas aux mondanités qu'il implique.  

Extrêmement bien écrit, Emmanuel Arnaud prouve là son talent déjà plus qu'aperçu avec son roman précédent. Que ceux qui comme moi, n'entravent rien aux maths ne se laissent point décourager, ils rateraient un très bon roman.

 

 

rentrée 2014

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

praline 01/10/2014 00:04

Me voilà rassurée !

Yv 01/10/2014 08:18



Chouette !



praline 29/09/2014 16:44

Croisé, feuilleté et reposé samedi en librairie. Tu vas me le faire regretter !

Yv 29/09/2014 16:53



C'est un très bon roman, qui peut peut être attendre une sortie en bibliothèque ou en poche



zazy 13/09/2014 21:31

Quand ça parle maths, je fuis à grandes enjambées

Yv 14/09/2014 09:30



Les maths sont la base de la rencontre et de l'histoire, mais c'est avant tout l'histoire de cet homme, on peut lire sans aimer les maths



Noukette 11/09/2014 22:20

Chic, je l'ai ! Et autant dire qu'il n'y a pas plus quiche que moi en maths ! Même pas peur ! ;-)

Yv 12/09/2014 15:32



Ne pas aimer ou ne rien comprendre aux maths n'est pas rédhibitoire, j'en suis la preuve vivante



dasola 11/09/2014 08:19

Bonjour Yv, merci du conseil, ton billet m'a donné envie. Je ne connais pas du tout cet écrivain. Bonne journée.

Yv 11/09/2014 11:02



Bonjour Dasola


Son premier roman était très bien également


A bientôt



keisha 11/09/2014 07:25

Dois je vraiment ajouter que j'ai étudié un poil de topologie à la fac? (tout oublié, bien sûr)

Yv 11/09/2014 11:02



Dois-je avouer que j'ignorais totalement la topologie ?



keisha 11/09/2014 07:24

J'avais fortement apprécié son premier roman et hésitais à demander ce dernier (non par manque d'affinité, tu parles, les maths et moi, une histoire d'amour)mais par manque de temps(le Padura!)

Yv 11/09/2014 11:01



Je vais me laisser un peu de temps avant d'ouvrir le Padura, m'avancer dans des lectures plus courtes