Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Syngué sabour, Pierre de patience

syngue.jpgSyngué sabour, Pierre de patience, Atiq Rahimi, Éd. P.O.L, 2008

Afghanistan ("ou ailleurs" est-il noté en phrase liminaire), une femme s'occupe seule de son mari, allongé, qui respire encore mais n'a aucun autre signe de vie. Elle le soigne, le lave, récite les prières du Coran parce que, selon le mollah, les prières doivent sauver son mari. Petit à petit, fatiguée, elle commence à raconter à cet homme sa vie intime, ses pensées.

J'ai reculé longtemps le moment de lire ce roman pour je ne sais quelles raisons. Il m'a fait de l'oeil plusieurs fois sans que je n'aille plus loin. Pareil pour le film que je n'ai pas vu alors que j'étais tenté. Puis, dans le cadre du club de lecture de la bibliothèque, pour septembre, chacun doit présenter un livre qu'il a aimé. La liste est hétérogène, j'avoue ne pas être attiré par beaucoup d'ouvrages. Lorsque l'on m'a présenté ce Syngué sabour, je l'ai pris d'abord parce qu'il me tournait autour depuis longtemps et ensuite parce que contrairement à ce que je croyais, c'est un livre peu épais. 

C'est un bouquin pas banal : cet homme couché, blessé, aux bons soins et à la merci de sa femme. Dans la vie quotidienne, c'est évidemment l'exact contraire, la femme est à la merci des besoins, désirs de l'homme fussent-ils brutaux ou violents. Cette femme qui patiemment change la perfusion, lave et protège son mari tout en lui racontant sa vie intime et secrète malgré elle.

""Mais... mais pourquoi je lui raconte tout ça ?" Accablée par ses souvenirs, elle se lève lourdement. "Je n'ai jamais voulu que quelqu'un le sache. Jamais ! même pas mes soeurs !" Contrariée, elle quitte la pièce. Ses craintes résonnent dans le couloir ! "Il me rend folle ! il me rend faible ! il me pousse à parler ! à avouer mes fautes, mes erreurs ! Il m'écoute ! il m'entend ! c'est sûr ! il cherche à m'atteindre... à me détruire !"" (p.69)

C'est évidemment un récit très lent, sans action vu de la petite pièce de la maison dans laquelle le corps de l'homme est allongé. Cette pièce est en quelque sorte la narratrice : dès que la femme ou les quelques autres intervenants, dont ses deux enfants ou le jeune combattant bègue en sortent, le lecteur ne sait plus ce qu'ils disent ou ce qu'ils font. La femme doit le raconter à son mari pour que nous le sachions. Les mouches, fourmis et araignées apparaissent et vivent dans cette chambre qui nous décrit leurs faits et gestes. Le roman, malgré cette lenteur est écrit en phrases courtes, parfois nominales censées en théorie accélérer le rythme. C'est l'écriture d'Atiq Rahimi, originale, sèche, qui va à l'essentiel qui envoûte le lecteur. Avec un autre style, l'histoire pourrait paraître longue. Or, il n'en est rien : j'ai dévoré ce bouquin de 138 pages dans sa version folio sans pouvoir m'arrêter. J'aurais pu axer ma chronique sur les confidences de la femme, sur ses conditions de vie et celles plus générales des femmes afghanes, surtout celles des combattants ; j'aurais pu parler de ces hommes qui méprisent les femmes libres parce qu'ils ne peuvent les dominer, qui préfèrent profiter des femmes soumises ou en soumettre d'autres par la violence physique, sexuelle (le combat est toujours plus aisé contre un plus faible), tout, tout y est dans ce court livre et beaucoup mieux écrit qu'ici. Si vous ne l'avez pas encore lu, faites-le.

La fin m'a un peu déçu, mais pouvait-il en être autrement ? Mais revenons au tout début, les premières phrases qui m'ont aspiré dans ce roman :

"La chambre est petite. Rectangulaire. Elle est étouffante malgré ses murs clairs, couleur cyan, et ses deux rideaux aux motifs d'oiseaux migrateurs figés dans leur élan sur un ciel jaune et bleu. Troués çà et là, ils laissent pénétrer les rayons du soleil pour finir sur les rayures éteintes d'un kilim. Au fond de la chambre, il y a un autre rideau. Vert. Sans motif aucun. Il cache une porte condamnée. Ou un débarras." (p.15)

Babelio recense un grand nombre de critiques assez élogieuses dans l'ensemble.

 

litterature-francophone-d-ailleurs-1 WOTCKMJU

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Didi 31/08/2013 16:26

J'ai vu le film j'ai lu le livre (dans ce ordre là) et je n'ai pas compris tu as vu le film finalement ?
Bizarrement pour moi la fin du livre est ouverte et plutôt positive ...Et je n'arrive plus à me souvenir de la toute fin du film (peut être parce que je veux l'occulter mais il me semble qu'elle
est identique à ce que j'en avais fait à la fin du livre...)
En bref pour moi les deux : film et livre sont bons et à lire et à voir !

Yv 01/09/2013 09:05



Toujours pas vu le film, mais un jour peut-être... mais je ne suis pas certain que la fin du livre soit ouverte



zazy 25/08/2013 20:59

commandé à la bibliothèque

Yv 26/08/2013 08:24



C'est plus sûr...



zazy 25/08/2013 20:53

Tu me donnes encore plus envie de le lire. Je l'avais noté dans un coin de ma tête, mais oublié de faire un noeud au mouchoir !

Yv 26/08/2013 08:24



Un peu comme moi et franchement, je ne regrette pas d'avoir été sollicité par la bibliothèque



Plaisir des mots 21/08/2013 21:57

Lu il y a quelques mois, bien avant l'ouverture de mon blog. Donc, non chroniqué... Mais j'en garde un merveilleux souvenir : écriture fascinante,incantatoire. Et puis il y a la fin du roman,
limite grand-guignol, hermétique en tout cas, qui a gâché mon plaisir. J'aurais voulu voir le film, mais il semble qu'il ait été très mal distribué chez nous : je ne pense pas qu'il y ait eu dix
projections... Peut-être d'ici quelques années à la TV ?

Yv 22/08/2013 08:18



Oui, la fin est décevante, mais me reste néanmoins la sensation d'avoir lu un très bon bouquin, une belle écriture, une histoire peu banale. Quant au film, j'attendari comme toi une hypothétique
diffusion télé. peut-être ARTE ?



Aifelle 20/08/2013 13:26

Il est dans ma PAL depuis sa sortie, je n'arrivais pas à me décider à le lire, peur que ce soit trop dur. Par contre, e suis allée voir le film qui m'a beaucoup plu, du coup je me sens capable de
me lancer dans le livre dès que j'aurais un creux.

Yv 21/08/2013 14:07



C'est un petit livre qui se lit très vite, idéal entre deux plus gros romans...



Noukette 20/08/2013 00:14

Lu à sa sortie... Curieusement, il ne m'en reste aucun souvenir...

Yv 20/08/2013 11:45



Ah ? Je suis étonné, car c'est un récit particulier et fort



cathe 19/08/2013 10:25

Un souvenir de lecture très fort quand je l'avais lu à sa sortie. En revanche je ne me souviens pas de la fin...

Yv 19/08/2013 17:06



Je ne te la raconterai pas ici, par égard envers les futurs lecteurs



Alex-Mot-à-Mots 19/08/2013 10:11

Un roman dur, tout de même.

Yv 19/08/2013 17:05



Certes, mais vraiment captivant



Sibylline 18/08/2013 08:41

Regroupement de commentaires aussi sur Lecture/Ecriture
http://www.lecture-ecriture.com/2976-Syngué-sabour-(Pierre-de-patience)-Atiq-Rahimi

Yv 18/08/2013 09:13



Précision importante. merci



Bonheur du Jour 18/08/2013 07:09

Vous en parlez très bien mais je ne sais pas si j'aurais le courage de le lire. Cela rappelle trop de souvenirs difficiles.
Bon dimanche.

Yv 18/08/2013 09:12



 A un autre moment peut-être ?


Bon dimanche également



In Cold Blog 17/08/2013 15:29

Si la fin du roman t'a déçu, essaie de regarder le film qui en a été tiré. Rahimi en a profité pour modifier la fin, justement (je ne pourrais te dire en quel sens puisque je ne l'ai pas encore vu)

Yv 17/08/2013 16:07



Merci di conseil, je ne savais pas que la fin était modofiée et j'étais déjà très tenté de le visionner.



Hélène 16/08/2013 13:25

Une vraie claque que ce livre ! Je n'ai pas eu envie de voir le film par la suite... J'ai rencontré l'auteur en librairie, un grand monsieur !

Yv 16/08/2013 13:44



J'avais très envie de voir le film et je n'ai pas dit mon dernier mot



Emma 16/08/2013 10:36

Pas plus tentée que ça même si tu en parles très bien...

Yv 16/08/2013 13:44



Très bien pourtant et j'étais un peu comme toi avant de le lire



keisha 16/08/2013 08:58

Pas lu, ce n'est pas faute d'en avoir entendu du bien, ou de l'avoir vu à la bibli...

Yv 16/08/2013 13:44



C'était mon cas jusqu'à ce qu'une occasion de le lire se présente