Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

SOS flemmards

SOS-Flemmards.jpgSos flemmards, Sandra Ganneval, auto-édition, 2011

J'ai reçu, il y a peu ce mail (là, ce n'est qu'un extrait) : "Je suis l’auteur de « SOS FLEMMARDS », un roman que j’ai choisi d’autoéditer. Oui, je sais, le mot fait souvent tiquer car il serait synonyme d'ouvrages illisibles bourrés de fautes d'orthographe. Pour moi, il symbolise surtout une certaine liberté. Je cherche à faire connaître mon roman et il semble que les blogs de lecteurs puissent offrir cette possibilité. Je sais aussi que souvent ceux qui ont une certaine renommée ne sont pas intéressés par les livres autoédités. Mais qui ne tente rien…
Mon livre parle de métissage, d’amitié, d’amour et de bien d’autres choses encore avec un humour un peu cru mais jamais gratuit. Tout cela avec en toile de fond la dure réalité du monde du travail, si, si, si… mais promis, personne ne cède au burn out et ne se suicide. Le ton se veut léger et distrayant..."

Comment résister à ce titre, moi qui n'aime pas vraiment le travail et à la description qui suit ? Eh, bien, étant d'une nature très faible (je peux ajouter vénale, corruptible, ...), j'ai cédé et j'ai reçu ce livre. Un résumé plus personnel : ce roman s'attache à deux garçons sympathiques, Joseph et Martial, copains d'enfance, qui vont entrer dans la vie active, dans la vie amoureuse avec un certain détachement, beaucoup d'humour  et beaucoup de joie de vivre. C'est dire si, en ces temps de morosité ambiante sa lecture est bienvenue.

Passons maintenant à ma critique, je vois déjà l'auteure qui tremble (c'est une façon de parler puisque nous ne nous connaissons pas, donc, je devrais écrire plus exactement : j'imagine déjà l'auteure qui tremble). Ne craignez rien chère Sandra, si j'ai bien quelques points qui me gênent ma lecture a été très agréable et j'ai beaucoup aimé faire un bout de chemin avec Joseph et Martial. Evacuons alors mes réserves :

- d'abord et essentiellement, le livre part un peu dans tous les sens et aborde énormément de sujets annexes sans jamais les approfondir. Peut-être eut-il été plus judicieux de se concentrer sur les quelques domaines bien triturés, disséqués et bien appropriés par l'auteure, comme par exemple la vie des employés de l'ex-ANPE avec leurs doutes, leurs convictions, leurs envies de bien faire pour les chômeurs ou au contraire leurs démissions devant les tâches insurmontables, comme aussi la difficulté pour Joseph et Martial de franchir le petit pas qui les propulsera vers le monde adulte ; eux ne rêvent que de continuer à vivre au jour le jour, sans se prendre trop le chou : "Exercer le métier qu'il avait choisi revêtait dans son esprit un aspect ludique. Il faisait partie de cette génération qui ambitionnait de travailler aussi pour le plaisir.[...] Travailler, c'est une contrainte, une contrainte ne peut pas être épanouissante." (p.13/17) (J'opine, j'acquiesce et je frappe des deux mains pour montrer là mon assentiment !)

- ensuite, et c'est lié, le roman est copieux par ce fait de vouloir aborder trop de sujets divers, comme si l'auteure avait voulu tout mettre dans son livre ; je me suis laissé dire que c'était souvent les erreurs d'un premier roman. Donc, gageons que le deuxième sera plus resserré.

Maintenant passons aux bonnes choses :

- d'abord, et Sandra le dit très bien, son livre (l'objet) est bien fait, de qualité : point de fautes, une mise en page dense, mais lisible, un format poche très pratique.

- ensuite, lorsqu'elle s'attèle à un sujet et qu'elle le développe l'auteure en fait le tour et nous intéresse ; je l'ai dit, le chômage vu des deux côtés de la barrière, mais aussi la difficulté d'être noir et de réussir professionnellement (parce que je ne l'ai pas dit exprès au début, mais les héros sont noirs, Antillais, Guadeloupéens, mâtinés de Sénégalais ou de plein d'autres origines pas toutes forcément noires : vive les mélanges !) Sandra Ganneval a des réflexions sur le sujet, très justes, jamais pleurnicheuses toujours positives, enlevées, amusantes (malheureusement, je n'ai pas noté les pages) qui me touchent car, dans le cadre de mon travail j'accueille chez moi deux petits garçons noirs (enfin marron, comme ils disent eux-mêmes) et je me souviens de la réaction étonnée de certaines personnes lorsqu'ils les ont vus la première fois : non pas du racisme mais de l'étonnement parce que je n'avais pas précisé la couleur de peau, comme si le blanc était la couleur normale et le noir, celle qu'il faut indiquer.

- puis, l'auteure, dans un langage direct envoie quelques belles et très drôles saillies -si je puis me permettre ce terme, surtout quand vous lirez l'extrait suivant :

"Bien sûr, toi, tout ce que tu recherches chez une fille, c'est une belle plastique.

- Faux !

- Attends, les nanas avec lesquelles tu es resté le plus longtemps avaient leur QI autour de leur poitrine.

- Si haut ? demanda Joseph" (p.101)

Beaucoup de réparties du genre, pas toujours sur le même sujet, même si c'est une préoccupation de tous les instants pour Martial le timide et Joseph le dragueur. Deux garçons très attachants, modernes, bien dans leur époque dans un roman drôle et peut-être un peu copieux mais bourré de qualités.

Ci-après le lien vers le site de l'auteure sur lequel vous pouvez commander, lire les premières pages, ... : ici !

PS : ce livre peut voyager vers chez vous si vous le demandez gentiment (chacun ses critères ).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Géraldine 16/12/2011 21:19

Bien tentant bien sûr. Mais pour l'instant, j'ai un programme de lecture chargé, lié normalement à un programme d'interviews tout aussi chargé. Donc je reste concentrée et je prends juste la
température !

Yv 17/12/2011 13:25



Tu as raison, prends des titres ne note, pour des moments plus calmes.



Métaphore 14/12/2011 23:41

J'ai été contacté aussi mais j'ai tellement de livres à lire, j'ai décidé de faire un petit effort après la lecture de ton billet!!

Yv 15/12/2011 07:45



J'espère que l'effort ne te sera pas trop dur et que le livre te plaira



Asphodèle 04/12/2011 19:23

Je vois que le thème a facilement déteint sur ta nature déjà flegmatique c'est ça ? Pour répondre à Alex je ne sais pas si "c'est trop de la chance" d'être contacté par les auteurs ! Faire le
billet est parfois difficile après...

Yv 05/12/2011 08:07



Ça peut parfois être plus dur, surtout s'il s'agit d'un livre auto-édité ou d'un petit éditeur. On essaie d'être moins mordant, mais ce n'est pas toujours facile.



Alex-Mot-à-Mots 04/12/2011 16:59

Trop de la chnace, tu es contacté personnellement, s'il vous plait.

Yv 05/12/2011 08:05



Ça arrive, mais pas toujours d'aussi belle manière. Parfois, je refuse, même si ça m'est difficile de refuser un livre



Saint-Luc 04/12/2011 14:14

Attends, les nanas avec lesquelles tu es resté le plus longtemps avaient leur QI autour de leur poitrine.
- Si haut ? demanda Joseph" (p.101)

Ca, j'adore !

Yv 05/12/2011 08:01



Il y en a quelques unes comme celle-ci



keisha 04/12/2011 10:33

J'ai reçu la proposition de l'auteur , un mail fort urbain et attirant, et suis allée visiter son site; tiens, ajoute dans ton billet, STP, qu'il y a un site de présentation du roman qui est très
bien fait.
Manque de temps, peur de ne pas accrocher aux aventures de deux jeunes messieurs (mon exact opposé),etc... j'ai décliné l'offre. Mais ton billet argumenté est très bien.
Quant à la couleur des gens... Il m'est arrivé de décrire une personne sans préciser sa couleur, d'où une incompréhension de mon interlocuteur qui croyait que je parlais d'un blanc.

Yv 05/12/2011 08:01



Je ne réponds pas à toutes les sollicitations, mais là, j'ai trouvé le mail fort bien troussé ce qui augurait d'un livre pas mal. Bonne pioche



Ys 04/12/2011 09:51

On va te recruter comme conseiller littéraire ! Et, si moi non plus je n'aime pas trop le travail, celui-ci est quand même intéressant ;-)

Yv 04/12/2011 10:28



Intéressant comme proposition : un travail qui n'en serait pas vraiment un parce que totalement lié à une passion ? Si on me propose j'étudie très attentivement, et je t'en parle alors ?



Hélène Choco 04/12/2011 09:30

J'ai beaucoup ri à la lecture du dernier petit extrait, si le livre est émaillé de ce genre de répartie on doit passer un bon moment!!

Yv 04/12/2011 10:27



je confirme, on psse un bon moment



Sandra Ganneval 03/12/2011 22:19

Bonjour !

Si cet article vous donne envie de lire mon livre mais que vous aimeriez avoir d'autres avis de lecteurs, il a également été chroniqué sur les blogs "La grotte des livres" et "Le bouquinovore
modéré".

http://lagrottedeslivres.over-blog.com/article-sos-flemmards-sandra-ganneval-87678467-comments.html#anchorComment

http://bouquinovore.blogspot.com/2011/11/sos-flemmards-sandra-ganneval.html?spref=fb

Merci de votre attention.
Cordialement.

Yv 04/12/2011 10:26



Mais vous avez raison, ou ai-je la tête ? Bien sûr, allez voir les autres articles, d'habitude je mets les liens dans mon billet, mais là, la flemme sans doute...



Sandra Ganneval 23/11/2011 11:58

Bonjour, YV !
"...l'auteur tremble" (rire), un peu, c'est vrai. Un exercice difficile que de se soumettre à la critique mais qui fouette le sang. Pourtant, qu'il est agréable d'avoir des lecteurs et si ces
lecteurs prennent le temps de faire un retour de ce genre, l'effort d'écriture et de promotion vaut vraiment le détour. Cela me permet aussi de prendre de la distance vis-à-vis de mon travail et de
le voir d'un autre point de vue. C'est très enrichissant. Peut-être que ce premier livre est comme un coffre et j'y ai mis sans doute plus que je ne l'imagine. Vous me parlez de défauts mais aussi
de qualités, alors, encore une fois, merci d'avoir pris le temps de me lire. Et tant mieux si mon livre vous a amusé, c'est bien l'objectif visé. A bientôt. Très cordialement.

Yv 24/11/2011 08:24



Quelques défauts (selon moi) contre beaucoup de qualités la balance est très nettement en faveur de votre livre que je recommande pour attraper des sourires.