Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Simon, Anna, les lunes et les soleils

simon - copieSimon, Anna, les lunes et les soleils, Verena Hanf, Le castor astral, 2014...,

Simon est désespéré, sa compagne vient de le quitter, comme ça, sans explication. Pour éviter de sombrer totalement, il part une semaine en Alsace, dans la vallée de Munster, dans un village qu'il a découvert enfant avec ses parents et qui lui a laissé un souvenir de bonheur et de quiétude. L'hôtel a bien changé, et la maîtresse des lieux aussi : une jeune femme charmante a repris l'affaire. En plein hiver, l'hôtel est presque vide, l'autre cliente est une femme, Anna, avec qui Simon se lie bientôt. Anna raconte son histoire douloureuse, qui fait écho à des pendants de la vie de Simon. 

Verena Hanf est une auteure germano-égypto-libanaise qui écrit en français, j'ai lu et apprécié son premier roman, Tango tranquille. Le roman dont je vous parle aujourd'hui est un de ces livres dont on se dit en avançant qu'on a déjà lu ce genre d'histoire, qu'il n'apporte rien de nouveau mais qu'on ne réussit pas à poser, parce que les personnages sont sympathiques, parce que l'écriture est bien agréable et que le ton s'il n'est pas à l'humour est ... comment dire ? optimiste, voilà c'est cela, optimiste ! Verena Hanf met de la légèreté dans son écriture alors que le thème est plutôt sombre, au départ au moins. Anna est la fille d'une mère-célibataire allemande. Son père, le grand-père d'Anna donc, a fait la guerre, sans croire au national-socialisme : "Le père, un homme sec et maigre, ancien employé de poste, cultivait une rancune sans issue. Il se sentait injustement traité par la vie, durement puni pour pas grand-chose : non, il n'avait pas été un vrai, un méchant nazi. Non, il n'avait pas eu de sympathie pour Hitler, non, il n'avait pas commis d'horreurs. Non, il n'avait pas dénoncé de juifs, de toute façon il n'en avait pas connu beaucoup et ceux-là le laissaient indifférent. [...] Il avait été envoyé au front, il y avait perdu trois doigts et son dernier petit reste de joie. Les Américains l'avaient détenu avant de le transférer dans un camp de prisonniers de guerre en France. Libéré en 1947, il était rentré en Allemagne -maigre, malade et misanthrope. Lui qui n'avait jamais été capable de sentiments trop passionnés, nourrissait depuis cette époque-là une haine profonde contre la France, contre tout ce qui était français." (p. 57/58)

Verena Hanf place ses personnages en Alsace, tout un symbole que cette région qui a plusieurs fois changé de pays de tutelle, et en plus, elle a raison, c'est une région superbe ! Anna, franco-allemande y a vécu son enfance -y vit toujours, mais à Strasbourg-, et revenir à Munster est pour elle nécessaire pour se confronter à ce que furent ses premières années. Elle trouve en Simon une oreille attentive, c'est parfois plus facile de se confier à un étranger dit-il à un moment. On pourrait reprocher à l'auteure un manque de profondeur des protagonistes, mais je pense que c'est plutôt le ton résolument optimiste comme je l'écrivais plus haut qui peut donner cette sensation. De fait, en posant le livre et en réfléchissant à la manière d'écrire mon article, je me suis aperçu que mine de rien, sans qu'on s'en rende vraiment compte, Verena Hanf nous en apprend pas mal sur eux. Elle aborde subtilement les questions de l'identité, de la nationalité, de la filiation, de l'amour, de la fidélité ; certes, rapidement, mais son dessein n'était pas de faire un essai sur chaque thème.

Anna et Simon sont deux personnes qu'on quitte à regret, un peu comme des amis avec qui on a passé une bonne soirée, auxquels on ne veut et on ne souhaite que du bien, des amis avec qui l'on se sent bien, réconfortants, apaisants, malgré leurs fêlures, leurs faiblesses et leurs doutes dont on pourrait écouter les confessions et vice-versa. Une certaine filiation avec les personnages des livres de Francis Dannemark, qui est le directeur de la collection "Escales des lettres" qui publie Verena Hanf. Juste un rapprochement, les personnages de Verena Hanf ont leur originalité, leurs propres vies et leurs personnalités.

 

rentrée 2014 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le Merydien 30/09/2014 21:00

Pas sur de le lire ni même de le noter mais rien qu'un billet parlant d'optimisme réveille ma joie. A défaut, je suis déjà content. Merci.

Yv 01/10/2014 08:17



C'est un peu le but aussi, un avant goût qui peut suffire ou déclencher l'envie d'aller chercher encore plus d'optimisme



zazy 29/09/2014 22:23

Je l'ai déjà noté et j'espère le lire

Yv 30/09/2014 07:36



Eh bien bonne lecture future



keisha 28/09/2014 13:38

Tu as reçu le Corine Jamar aussi?

Yv 29/09/2014 15:20



Oui, mais je ne l'ai pas encore lu



keisha 27/09/2014 17:27

Aïe, oui, je l'ai reçu aussi, je veux le lire (petit éditeur, et donner leur chance à des livres dont on parle moins!)mais le temps passe, les biblis ont reçu les nouveautés... Cependant je
n'oublie pas et ce que tu en dis me donne envie... Pas sûr que je saurai en parler aussi joliment que toi!

Yv 28/09/2014 08:58



Un moment d'optimisme entre deux lectures parfois plombantes, ça va vite et ça fait un bien fou... et puis, pour ton billet, je ne m'inquiète pas trop, tu as toujours le sens de la formule