Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Regarde les lumières mon amour

regarde.jpgRegarde les lumières mon amour, Annie Ernaux, Seuil, 2014....

Annie Ernaux fréquente depuis longtemps le centre commercial des Trois-Fontaines de Cergy. Pendant une année, elle décide de tenir le journal de ses visites. On découvre alors un autre visage de la grande surface, celui des rencontres humaines au-delà des actes de consommations quotidiens. 

 

Ce n'est pas un guide pour savoir se conduire dans une grande surface, ni un reportage à l'intérieur d'un grand magasin pour en découvrir les arcanes. Aucune remarque sur les pratiques marchandes parfois douteuses de la profession. En tant que tel, on ne lit rien de vraiment nouveau pour peu qu'on fréquente les hypermarchés. Annie Ernaux écrit son journal comme chacun d'entre nous consommateur pourrait le faire, mais elle se focalise sur l'humain, sur la clientèle, sa manière de se mouvoir, de se saisir d'un objet, de se parler, de rester dubitatif devant une offre commerciale ou un trop grand choix de denrées. Le centre commercial des Trois-Fontaines est le plus grand du Val-d'Oise, très fréquenté, on peut y accéder par quasiment tous les moyens de transport possibles (RER, à pieds, par l'autoroute, ....), il offre également une amplitude horaire d'ouverture très large, tout cela facilitant une forte fréquentation.

Annie Ernaux décrit ses visites au Trois-Fontaines, on frise le quotidien, le banal, mais toujours une réflexion ressort qui élève la stricte description de la liste des courses. C'est par exemple le questionnement sur le fait d'écrire "Une femme noire en longue robe à fleurs...", est-ce important de préciser la couleur de sa peau ou juste le fait qu'elle soit femme : "Je suis devant un choix qui, singulièrement aujourd'hui, engage la lecture qui sera faite de ce journal." (p.21) ; ou alors cette autre réflexion lorsque l'auteure se retrouve à faire ses courses un soir après 20 heures et que les allées du centre commercial sont fréquentées par des étudiants ou des "femmes en longues robes et voiles amples toujours accompagnées d'un homme.", des gens chics que l'on ne voit pas en journée se mélanger aux 130 nationalités que compte Cergy, alors Annie Ernaux conclut son paragraphe : "Depuis quinze ans, ce n'est pas la présence des "minorités visibles" que je remarque dans un lieu, c'est leur absence." (p.38) Dire que c'est l'absence des différences qui marque me plaît particulièrement surtout en ces moments ou la peur et la haine des autres montent un peu partout dans le monde ; on ne s'enrichit que dans le métissage et dans la connaissance d'autrui.  

J'avais lu ici ou là pas mal d'articles sur ce livre, parfois enthousiastes, parfois beaucoup moins : babeliolibfly, je rajoute donc mon grain de sel, très favorable (j'ai toujours un a priori positif pour les livres d'Annie Ernaux) et je conclus en comblant le souhait de l'auteure qui, sortant du rayon culturel pour se diriger vers les caisses se pose la question de l'achat du livre en grande surface : "Après tout, déposer un livre sur le tapis de la caisse me gêne toujours, comme un sacrilège. Je serais pourtant heureuse d'y voir un des miens, extirpé d'un caddie, glisser entre une plaquette de beurre et des collants." (p. 62) ; je ne peux confirmer pour les collants, mais le beurre et Regarde les lumières mon amour étaient bien, il y a quelques mois sur le tapis de la caisse du Super U que je visite régulièrement (le beurre est fini depuis longtemps, heureusement, le livre tout juste il y a quelques jours, mais il n'a pas de date de péremption...)

NB : achat effectué avant que la nouvelle librairie de ma commune n'ouvre, maintenant, j'achète mes livres uniquement dans ce petit commerce.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jostein 15/06/2015 07:25

Sans trouver La place, lu avant ton blog, je survole les avis sur les livres d'Annie Ernaux. Celui-ci est davantage le regard de la sociologue. Même si il est très bien écrit, je n'y ai trouvé qu'une analyse assez banale ( mais quand on doit se rendre au centre commercial une fois par semaine pour les courses, on a déjà plus ou moins ressenti tout ça)

Yv 15/06/2015 08:49

Oui, j'ai lu La place il y a longtemps, pour Regarde les lumières, c'est vrai qu'on a tous ressenti cela en faisant nos courses, mais on n prend sûrement plus le temps de regarder les autres et même si on l'a vécu, après le mettre en phrases est un autre travail, pas évident, sauf pour Annie Ernaux

keisha 07/01/2015 10:55

Lu mais pas de billet (paresse) OK avec ton billet, merci Yv! ^_^
Tu as de la chance d'avoir une petite librairie proche, chez moi c'est le désert...

Yv 08/01/2015 11:14

Je les soutiens activement, ma liste au Père Noël pour les enfants et les parents est passée par là, mais d'autres visites également pour des naissances, ... Pour le look, je m'adapte à la nouvelle version overblog et à mon âge qui avance et ma vue qui recule... D'abord penser à soir et à son confort, les visiteurs ne s'en sentiront que mieux ;)

keisha 08/01/2015 11:07

J'espère que tu les "soutiendras".
Dis donc, ton blog a changé de look! j'adore le vert. (et, hum, c'est drôlement plus lisible pour mes p'tits yeux fatigués ^_^)

Yv 07/01/2015 13:44



6 mois d'existence, j'espère que ça durera longtemps



Alex-Mot-à-Mots 06/01/2015 11:40

J'en ai entendu des extraits sur France Culture, mais cela ne m'avait pas convaincu.

Yv 08/01/2015 11:12

En l'espèce le livre entier vaut mieux que quelques extraits

clara 06/01/2015 10:30

Pas son meilleur mais ça y est, tu as enfin lu Annie Ernaux ! Yes!!!! Maintenant il faut continuer:)

Yv 06/01/2015 10:36



Ah que je suis déçu Clara ;(, je croyais que tu me lisais plus régulièrement, j'ai lu déjà Annie Ernaux et toujours avec bonheur, j'ai commencé par La place et j'ai continué, mais ceci c'était
avant le blog, depuis j'en ai lu deux ou trois qui doivent être dans mes archives...


Bon, je suis beau joueur, je ne t'en veux pas pour cette fois-ci ;)



Moka 06/01/2015 09:37

J'ai toujours aimé Annie Ernaux mais en lisant ton article je me rends compte que je ne l'ai pas lue depuis longtemps.

Yv 06/01/2015 10:34



Elle fait aprtie des écrivains que je lis régulièrement, pas souvent mais je prends un de ses livres de temps en temps, toujours avec plaisir



Asphodèle 05/01/2015 19:51

T'es trop fort, t'as réussi à faire ouvrir une librairie dans ta commune, j'admire!!! ^^ Moi aussi il m'arrive d'en acheter à la même enseigne que toi d'ailleurs mais le mois dernier ils ne
l'avaient pas ! Pour Annie Ernaux, je suis fan moi aussi !

Yv 06/01/2015 08:57



T'asvu ça, à moi toutseul ;) Bon heureusement pour les filles qui la tiennent, je ne suis aps le seul client, même si j'y vais souvent... Mais c'est vraiment une très bonne nouvelle pour nous,
pour la commune. je leur souhaite bonne chance 



cathe 05/01/2015 11:53

Tout pareil que ma camarade Aifelle :-)

Yv 05/01/2015 13:22



Et bien, pareil pour moi aussi, prière de te reporter à ma réponse précédente ;)



Aifelle 05/01/2015 11:22

J'ai beaucoup aimé ce petit livre, mais je suis comme toi, j'ai un a priori favorable quand il s'agit d'Annie Ernaux.

Yv 05/01/2015 13:21



On a sans doute de l'indulgence, mais ça reste un très bon livre



Pr. Platypus 05/01/2015 10:27

Et dire que je n'ai toujours rien lu d'Annie Ernaux ! Le dispositif de celui semble original, et je crois que ça ne me déplairait pas....

Yv 05/01/2015 11:09



C'est un départ de livre intéressant puisqu'hyper quotidien, le talent de l'écrivain fait le reste. Je te conseille vivement la lecture d'Annie Ernaux, La place, L'événement, .... 



Gwenaelle 05/01/2015 09:39

Ah, je vois, Monsieur est un adepte du rasoir électrique... ;-)

Yv 05/01/2015 09:47



même pas, adepte de la barbe que je taille... et cela depuis pfff... le temps passe vite



Gwenaelle 05/01/2015 09:14

Ouf, tu te rattrapes à la dernière ligne... Pour un peu, tu aurais participé à la désacralisation du livre! Entre la mousse à raser et les yaourts... non, franchement... Yv, m'enfin!!!

Yv 05/01/2015 09:34



Les yaourts d'accord, mais la mousse à raser, je ne m'en sers pas... ;)



Emma 05/01/2015 08:52

Pour une fois que j'ai lu un livre que tu chroniques ;-), j'avais beaucoup aimé cette vision des "courses".

Yv 05/01/2015 09:33



Là où la corvée devient matière à littérature, pas mal comme idée...