Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Petit guide des transports à l'usage du trentenaire amoureux

petit guide des transports a l usage du trentenaire amoureuPetit guide des transports à l'usage du trentenaire amoureux, Manu Causse, Ed. D'un noir si bleu, 2011

Recueil de nouvelles qui toutes parlent d'amour. De rencontres qui augurent de beaux jours et de séparations, parfois définitives et tragiques. Il y est beaucoup question de très belles femmes venant de Hollande et d'hommes, qui pas très glorieusement envisagent de quitter leurs femmes pour elles.

Je me dois de dire, pour être totalement honnête et donc ressembler à "Fred le Fidèle" ou "Fred l'Honnête" voire à "T'aurais-mieux-fait-de-fermer-ta-gueule Fred" (p.133) que lorsque j'ai reçu ce livre non demandé, (merci Davina) je me suis dit : "Encore un livre sur des trentenaires qui ne veulent pas grandir, qui hésitent à s'engager. Pas pour moi !" Et puis, je l'ai ouvert, et l'ai commencé. Eh bien, vous me croirez si vous voulez, mais je me suis bien fait avoir. Certes, on y trouve des trentenaires comme sus-décrits, mais pas que ! On y trouve un papy touchant, attachant qui oubliant un peu son quotidien, raconte son passé, dans la nouvelle Promenade, qui est celle que j'ai préférée. Cet homme fait le bilan de sa vie et entre autre, se remémore tout ce qu'il n'a jamais pu et su dire :

"Maintenant, je vais mourir. Je ne veux pas mourir. Même si mon corps est à bout, même si mes pensées sont inertes, je ne veux pas renoncer. J'aimerais vous dire que je n'ai plus peur, mais ce n'est pas vrai. Je crève de trouille.

Et pourtant, ce n'est pas grave. Parce que je n'avais rien, rien que ce putain d'amour à vous donner. Et même si je n'y ai pas toujours cru, si je n'ai pas toujours eu la force, je vous ai offert tout ce que je pouvais.

Pardon, mes amours." (p.98/99)

La nouvelle qui suit, La Fête à Fred, est une autre de mes préférées : un homme se saoule dans une fête de famille : "Ce soir, je finis en planche !" annonce-t-il. Tout cela pour cacher une nouvelle qu'il craint d'annoncer aux siens, lui dont je reproduisais plus haut les surnoms "Fred le fidèle" ou Fred l'Honnête" ne peut s'empêcher de dire ce qu'il pense, ce qu'il va ou veut faire au risque de mettre en péril son couple, sa vie, ...

Écrites dans des styles différents, en fonction du narrateur ces histoires savent attirer et retenir le lecteur. Par exemple, là où, Promenade est écrite classiquement, pleine de tendresse pour ce vieil homme, La Fête à Fred est plus actuelle et plus directe dans le langage ; elle débute comme ceci :

"Dans une fête, c'est toujours au moment où tu pisses que tu te rends compte à quel point tu es bourré.

Tu t'es éloigné du bruit, de la musique, du bar et des discussions de fin de soirée. Et là, tu te retrouves tout seul, face à toi-même, avec les jambes plus ou moins assurées, en train de pisser sur un sapin, ou sur la fontaine, ou derrière un mur, ou sur une voiture... En suivant ce qui te passe par la tête, tu sais où tu en es. Si tu tiens la grande forme, ou si tu as déjà basculé du côté grave. Ou, des fois, s'il ne te reste plus qu'à te pencher en espérant ne pas te vomir dessus" (p.105)

D'autres nouvelles souffrent peut-être, en première lecture, d'un peu de longueurs, mais Manu Causse sait ménager ses effets, et à chaque fois les chutes les closent de manière inattendue. A chaque fois, lorsque je me disais que cette histoire était un peu longuette, un peu rallongée inutilement, délayée, à chaque fois disais-je donc, la chute est venue me cueillir et me faire réviser mon jugement, puisqu'alors les propos tenus prenaient une autre dimension, une autre signification.

Donc, en résumé, ne vous fiez pas à une première éventuelle mauvaise impression (ne faites pas comme moi, ne soyez pas énervés par ces trentenaires. Ou jaloux. Jaloux, moi ? Non, bien sûr que non, même si j'ai passé allègrement la trentaine, mais je dispose encore de quelques années pour commencer et finir le Petit guide pour les quarantenaires, s'il est écrit quelque part !) et laissez-vous tenter par cette lecture à la fois rafraîchissante, actuelle et loin d'être superficielle, Manu Causse nous présentant des personnages en proie aux doutes, aux interrogations et pour certains totalement perdus.

Petit éditeur, donc livre qui entre dans le challenge des Agents Littéraires

 

 

challenge-rentrée-littéraire-2011

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

clara 02/12/2011 15:55

Mais, ton billet était déjà paru, non? ohlala, j'ai des hallucinations!

Yv 02/12/2011 18:36



peut-être par inadvertance, lorsque j'ai tenté de le programmer