Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Pas d'inquiétude

giraudPas d'inquiétude, Brigitte Giraud, Stock, 2011

"Mehdi est tombé malade quand nous avons emménagé dans la nouvelle maison. C'est moi qui avais relevé la boîte aux lettres ce jour-là, c'était un samedi matin. J'avais entre les mains l'enveloppe blanche petit format qui contenait des résultas d'analyses que nous ne saurions pas interpréter et qui allaient changer notre vie." (p.9)

C'est par ces mots que commence le roman de Brigitte Giraud. La suite, eh bien, elle est de la même qualité. Un texte magnifique qui décrit non pas la maladie de Mehdi, petit garçon de 11 ans, mais le déchirement de ses parents, leur confrontation à une situation qu'ils n'avaient pas envisagée. Et comme nous les comprenons, nous lecteurs et lectrices ! Comment envisager, lorsqu'aucun signe n'apparaît qu'un de nos enfants ait une maladie extrêmement grave ?

"Ce fut donc un début en douceur, sans la violence des mots, une auscultation tout en retenue, et en rentrant tournait dans ma tête la dernière phrase prononcée par le médecin. Plus je remâchais ce pas d’inquiétude, plus ma gorge se serrait. Pas d’inquiétude n’était pas compatible avec sans tarder, le médecin se contredisait, et en même temps je me rassurais, non, rien de plus normal, il voulait juste qu’un spécialiste prenne le relais, son sérieux était réconfortant, il valait mieux envisager les choses à temps." (p.16)

Ce texte est la vie quotidienne de cette famille, le père qui arrête son travail pour s'occuper de Mehdi, la mère engluée dans une situation professionnelle chronophage, difficile et culpabilisante et leur fille, Lisa, lycéenne qu'ils négligent par la force des choses, absorbés qu'ils sont par Mehdi, sa pathologie et tous les rendez-vous inhérents à celle-ci. C’est donc leur quotidien, l’usuel, la préparation des repas, la question de qui fait quoi, mais aussi les questionnements profonds, les réflexions sur l’utilité de se sacrifier pour accéder à la propriété d’une maison alors que tout allait bien dans leur appartement. Oh, certes, il était en banlieue, il n’était pas présentable aux amis, aux connaissances qu’ils n’invitaient plus, mais au moins à ce moment-là, Mehdi allait bien !

C’est aussi l’éloignement des êtres entre eux et l’éloignement des corps :

"Nous étions, ma femme et moi, devenus deux blocs distincts qui, le soir venu, affrontaient la nuit comme la dernière étape de la journée, l’ultime épreuve à franchir, avant de s’en remettre à l’oubli, deux masses de chair qui ne palpitaient plus mais espéraient se perdre dans l’opacité du sommeil. Nous n’étions plus des corps mais des amas de chair triste, d’étranges végétaux aux troncs calcinés par la foudre." (p.82)

Vous l’avez compris le contexte n’est pas drôle. Ni le texte. Néanmoins, il n’est pas plombant, insurmontable. Pudeur et retenue sont plutôt de mise. D'aucuns qui ont eu à lutter contre la maladie de leurs enfants trouveront peut-être que ce père passe son temps à geindre putôt qu'à profiter des moments avec son fils. Mais je pense qu'il fait les deux : il joue et profite de Mehdi, mais seul, il ne peut s'empêcher de se questionner sur son avenir, sur leur futur familial, sur la vie avec un enfant malade et sur la vie sans lui.

L’écriture aux phrases longues, travaillées mais au vocabulaire simple est directe, franche sans pourtant jamais nommer la maladie et en ne dévoilant les uns et les autres que par petites touches successives.

Néanmoins, malgré tous mes compliments, je dois bien avouer que j’aurais préféré un roman plus court, plus ramassé. 264 pages, c’est un peu longuet ! Certes, les personnages avancent au long des lignes, mais il y a aussi beaucoup de répétitions de situations, de questionnements qui, évitées, auraient pu alléger un peu le livre.

Une très belle sélection pour le Prix du roman France Télévision 2011.

Antigone aussi l'a lu

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Henri Dorin 05/01/2012 17:56

Je lis peu... mais comme ce livre était un cadeau, je m'y suis mis et ne l'ai pas regretté. Belle écriture qui, malgré l'approche rébarbative de pages emplies de longs paragraphes peu aérés et
parfois composés d'une seule phrase, demeure pourtant d'une accessibilité parfaite. Les mots glissent et se succèdent avec bonheur.
J'ai du mal à comprendre comment une femme peu se mettre dans la peau et la pensée d'un homme, mais c'est réussi. Et une question : pourquoi ce titre plein d'apaisement pour un sujet si inquiétant
?
Très beau style. Merci.

Yv 05/01/2012 18:38



Je suis d'accord avec vous sur l'écriture qui coule malgré le sujet lourd. "Pas d'inquiétude" fait référence au médecin qui répète ces mots à l'envi pour que parents de l'enfant malade



Canel 19/11/2011 21:58

Je regarde début et fin du billet, je vois de l'enthousiasme, je note. Merci.
J'aime bcp cette auteur, avons particulièrement apprécié, Mr et moi, 'Une année étrangère' (dispo en poche depuis peu, ne surtout pas lire la 4e de couv), 'Nico', 'Marée noire'.

Yv 20/11/2011 11:05



En fait le livre n'est pas mal, un peu long quand même, mais bien



Géraldine 04/11/2011 23:50


Pas forcément envie de lire encore autour de la maladie, mais par contre de découvrir l'auteur, oui, absolument. Je l'ai vu la semaine dernière (où celle d'avant encore ???) à la grande librairie
et je l'ai trouvé charmante et délicate. Elle m'a vraiment donné envie d'aller vers sa plume. En fait, je fonctionne beaucoup au capital sympathie dans la découverte de certains auteurs, et dans
l'ignorance d'autres d'ailleurs qui me semblent dépourvus de cette qualité.


Yv 05/11/2011 09:53



Parfois le choix d'un livre obéit à des critères étranges : la couverture, le titre, le fait d'avoir entendu parler l'auteur ou d'avoir, comme toi de la sympathie pour lui ou elle, on même
parfois la mise en page, claire aérée,...



BORY CHRISTINE 04/11/2011 00:30


C'est vrai mon budget s'éclate par moment mais j'adore ! et puis on s'approche de Noël, et je fais ma liste ! je peux encore un peu me déplacer alors certains j'arrive à aller les acheter avec mon
mari, il en profite aussi lui c'est plus des livres politiques, chacun ses goûts, mes nos tas de livres s'amoncellent, sinon je gagne des livres j'ai gagné le dernier de Harlan Corban Remède Mortel
(c'est mortel !). A bientôt pour de nouvelle lecture.


Yv 04/11/2011 09:16



Bon, j'ai moins de scrupules alors. Bonne journée



CHRISTINE BORY 02/11/2011 20:35


C'est pas l'histoire où les collègues du père ont donné des heures de RTT non ?
Un livre où les parents doivent se remettre en question ! pas facile non plus, dur dur !! mais dans une situation comme celle-ci les questions doivent fuser dans tous les sens, on doit en perdre
son latin je pense !
Je vais me l'acheter ce livre. J'aime bien votre résumé.
Au bientôt et au plaisir de vous lire.


Yv 03/11/2011 20:17



C'est exactement cette histoire quis ert de base au roman.


Pour le reste, je suis désolé de faire exploser votre budget livres



antigone 31/10/2011 19:01


Effectivement, c'est une écriture qui prend son temps... ;) C'est un très beau roman, très masculin aussi, non ?


Yv 01/11/2011 19:26



C'est vrai que le fait que l'écrivain soit une femme mais que son roman soit à la première personne et que ce soit un homme qui s'exprime m'a perturbé au début.



Hélène 31/10/2011 11:34


oui ben moi ça m'inquiète donc je passe mon tour !


Yv 31/10/2011 18:30



C'est vrai que ce n'est pas gai, un rien angoissant lorsqu'on est parent