Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Paraphilia

paraphilia_01.jpgParaphilia, Saffina Desforges, MA Éditions, 2012

Le corps d'une fillette de dix ans, Rebecca, est découvert dans une rivière. Rapidement, l'enquête menée par un flic proche de la retraite, ne peut qu'amener sur la piste d'un tueur en série. Un meurtrier ne s'en prenant qu'aux fillettes de cet âge et qui signe ses crimes du nom d'oncle Paul. Claire, la maman de Rebecca et son ami, Matt, journaliste décident de mener leur propre enquête. Ils découvrent alors ce qu'est la paraphilie, terme qui désigne les troubles psychosexuels de manière large, dont la pédophilie fait partie.

Thriller anglais assez lourd à tous points de vue. Primo, par son poids : 520 pages plutôt denses, heureusement découpées en tout petits chapitres, permettant une lecture aisée, rapide et de se reposer de temps en temps, de sortir de l'atmosphère pesante qui fait l'objet mon deuxio. Deuxio donc, et surtout, par le thème principal qu'il aborde : les crimes sexuels concernant des enfants. Dire que l'on ne ressent rien en lisant ce livre est absolument impossible. Les auteurs -puisque Saffina Desforges est un duo d'auteurs anglais- nous plongent totalement dans le monde de la paraphilie et plus précisément dans celui de la pédophilie. Il y a un discours très dérangeant qui est celui de certains pédophiles voulant faire de leur attirance sexuelle pour les enfants un simple comportement sexuel différent. Certains, dans les années 70, aux États-Unis demandaient même que soit reconnu ce droit à ce qu'ils nomment une sexualité différente, argumentant du fait que dans certaines sociétés, les enfants sont sexués ou qu'il y a longtemps, les gens vivaient tous dans une seule et même pièce et que donc les enfants assistaient aux ébats de leurs parents, entre autres arguments spécieux. Que c'est la société actuelle, moderne qui n'accepte plus la sexualité des enfants, pudibonde qu'elle est devenue. Si le propos est à la limite de ce qu'on peut supporter, ce bouquin a le mérite de faire connaître cette opinion, sans la défendre, en l'exposant telle quelle. Alors, vous dire que l'on se sent mal à l'aise en lisant de tels propos est un doux euphémisme. C'est extrêmement dérangeant, comme rarement je l'ai ressenti dans un livre. Mais d'un autre côté, je me dis que des gens existant réellement ont tenu et tiennent encore sûrement ce genre de propos, et qu'il n'est pas totalement absurde de le savoir pour pouvoir les contredire. L'objectif des auteurs n'est évidemment pas de faire l'apologie des paraphilies quelles qu'elles soient, mais d'exposer les arguments des uns et des autres. Se mettre dans la tête d'un pédophile pour tenter de comprendre ce qu'il ressent et pourquoi il peut passer à l'acte. Pas évident, je l'avoue, parfois abject, jamais rassurant. Bon, je vais arrêter là sur ce thème, parce qu'on pourrait en discuter des heures, mais sachez que les auteurs ont fait le tour de la question assez largement et qu'il n'est pas inintéressant de s'y pencher, même si cela est parfois difficile à entendre, ou en l'occurrence à lire. "Mais vue d'un oeil froid et clinique, la pédophilie ne diffère en rien des autres comportements sexuels s'écartant du modèle visant à la reproduction. Ce n'est qu'une variante de plus du désir sexuel de base, causée par des facteurs génétiques, pathologiques ou socio-environnementaux ; probablement une combinaison des trois. Ce n'est pas pour autant que c'est bien ou mal. Le bien et le mal relèvent de la moralité sociale, pas de la biologie. De l'éthique, pas de la science. Les troubles sexuels sont un domaine de la nature humaine qu'on commence à peine à comprendre." (p.300)

Pour le reste, eh bien, la révélation de l'intrigue n'est pas vraiment une surprise, mais le chemin pour y parvenir est suffisamment tortueux et semé d'embûches pour tenir en haleine le lecteur jusqu'au bout, malgré de longs passages inutiles en milieu de bouquin. Quelques grosses caricatures de méchants flics qui tabassent, de vilaines travailleuses sociales qui n'aiment pas les enfants ternissent un peu le tableau. Ce thriller est noir très noir, violent pas forcément dans des scènes hémoglobineuses, mais dans des scènes d'arrachements d'enfants et encore une fois dans des propos difficiles. Âmes sensibles s'abstenir !

Merci Pauline de chez Gilles Paris.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Géraldine 18/06/2012 23:09

L'âme sensible que je suis va s'abstenir... Par contre, j'ai appris un nouveau mot !

Yv 19/06/2012 08:59



Je ne connaissais pas ce mot non plus : merci les livres.



Le Papou 18/06/2012 21:54

C'est Oncl'Paul qui ne va pas apprécier sur son blog.

Le Papou

Yv 19/06/2012 08:58



Il s'est totalement désolidarisé des agissements de son homonyme ! Ouf !



Aliénor 17/06/2012 09:47

Je ne crois pas être particulièrement sensible, mais je vais m'abstenir quand même.

Yv 17/06/2012 18:46



Aurais-je dégoûté de potentiels lecteurs ??? Ce n'était pourtant pas mon but, au contraire



Gwenaëlle 15/06/2012 18:04

Comme mes camarades, je suis plutôt du genre à fuir ce thème...

Yv 15/06/2012 19:22



Ah, je vois que je ne fais pas recette...



Mango 15/06/2012 17:08

Décidément, pas pour moi non plus: trop perturbant.

Yv 15/06/2012 17:47



Ça l'est, effectivement !



Oncle Paul 15/06/2012 15:12

Bonjour
Je jure que ce n'est pas moi ! Peut-être mon double ?
Amitiés

Yv 15/06/2012 16:38



Un souci de sosie usurpateur ?



zazy 15/06/2012 14:29

Ton commentaire est tentant, mais je n'irai pas plus loin car je sais que je ne pourrai le lire

Yv 15/06/2012 16:35



la lecture est éprouvante, mais pas inintéressante. A toi de voir



Ys 15/06/2012 11:37

Je n'ai pas eu envie de lire "Le chuchoteur" en raison du thème, les meurtres d'enfants, alors celui-ci ne risque pas de finir entre mes mains, quelle fascination macabre et perverse...

Yv 15/06/2012 16:34



Je  comprends aisément qu'on puisse passer son tour en raison du thème. J'avoue que je croyais le bouquin un peu moins dur qu'il n'est en réalité



Lystig 15/06/2012 06:23

un livre dur mais bon ?

Yv 15/06/2012 10:00



Exact, tu résumes bien