Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Moi René Tardi Prisonnier de guerre au Stalag IIB. Mon retour en France

rene.jpgMoi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag IIB. Mon retour en France, Tardi, Casterman, 2014.....

 

Dans les années 80, Jacques Tardi interroge son père sur ses années de captivité en Allemagne pendant la guerre. René, le père écrit alors dans des carnets sa détention que Jacques mettra en cases dans le premier tome de la BD, Moi René Tardi Prisonnier de guerre au Stalag IIB. Ce deuxième tome est la suite, lorsque le camp est évacué en janvier 1945. Les détenus se retrouvent sur les routes de Poméranie (région côtière au sud de la Mer Baltique) surveillés par des gardes nazis ; ils souffrent de la faim, de maladies, de maux de pieds (ils enchaînent des marches quotidiennes de plus de 20 km).

 

 

J'avais aimé le premier tome, j'ai aimé le deuxième, même si parfois on peut se perdre dans l'évocation des villes et villages traversés. Jacques Tardi s'appuie sur les carnets de son père, se met en scène, petit garçon posant des questions à René, notamment sur les inexactitudes de ses notes, sur les erreurs manifestes ou les oublis. Dessin classique pour Tardi, trois grandes cases par page, peu de gros plans, souvent des plan larges, du noir et blanc -sauf la fin. Une bande dessinée extrêmement pédagogique qui reprend les grands moments de la guerre, l'avancée des Russes et des Américains et des Anglais, qui redit une fois encore -mais qui n'est pas une fois de trop- l'horreur des camps de concentration, la solution finale, tout cette haine et cette folie imaginées par des hommes pour détruire d'autres hommes. Le temps passant, la liste des rescapés s'amenuise, il est bon que des récits, des témoignages gravent dans le marbre ou le papier ce qu'ont enduré les gens vivant à cette époque, les juifs bien sûr mais aussi les tziganes, les homosexuels, les handicapés, les prisonniers de guerre. Travailler sur différents supports, les livres, les films, les bandes dessinées, est une excellente idée qui peut élargir le public touché.

Cette BD est d'un abord aisé, elle est le reflet du discours d'un simple soldat français : elle raconte son quotidien, les marches forcées, le froid : "Ces uniformes, que nous avions sur le dos depuis cinq ans, usés et élimés jusqu'à la corde, sans cesse rapiécés tant bien que mal, nous protégeaient à peine du froid. Je portais sur moi plusieurs couches de hardes, tout ce que j'avais pu trouver au camp pour avoir moins froid. J'avais même coupé des bandes dans la longueur d'une couverture et les avais enroulées autour de mon torse et de mon bide sous ma vareuse, en guise de coupe-vent." (p.9). Froid dont parle Michel Butor également encore adolescents au moment de la guerre : "J'ai l'impression d'avoir toujours eu froid pendant les années de la guerre. Même les étés me semble-t-il étaient froids." (In Improvisations sur Michel Butor).

Tardi sait se faire également pédagogue lorsqu'il parle des Lebensborn : "Des femmes mariées ou des filles-mères certifiées conformes pouvaient y accoucher en grand secret, à condition de refiler le môme à la SS. Les lebensborn étaient aussi des lieux de rencontre où des "Aryennes" pouvaient se faire engrosser par des SS..." (p.23), mais aussi de la fin de la guerre et du partage de l'Europe entre les Alliés.

Une série à lire d'urgence.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Violette 28/12/2014 12:52

tu as raison, Yv, faut que je m'y mette :-)

Yv 28/12/2014 19:44



Mais j'ai toujours raison ;)



dasola 25/12/2014 15:11

Bonjour Yv, lu le premier tome avec grand plaisir et je dois lire ce second tome dès que possible. Je sais que cela va me plaire (je suis très fan de Tardi). Mon ami qui l'a lu à une vitesse
supersonique l'a bien apprécié et il attend la suite. Bonne après-midi de Noël et bonnes fêtes de fin d'année.

Yv 26/12/2014 09:17



Bonjour Dasola, alors fan de Tardi tu vas aimer même si on peut reprocher une certaine logueur dans les énumérations de villes et villages traversés, mais la marche des prisonniers était longue,
c'est sans doute cela qu'a voulu reproduire Tardi.


A bientôt



Violette 24/12/2014 12:36

tu modifies mon opinion initiale, à savoir que je ne voulais pas tellement les lire... pourquoi? je n'en sais rien !! Passe de belles fêtes de Noël !

Yv 26/12/2014 09:14



Qoui ? Ne pas lire Tardi ? Mais quelle erreur Violette !  A lire (au moins feuillette les en librairie ou en bibliothèque, tu devrais succomber)