Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag IIB

tardi.jpgMoi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag IIB, Jacques Tardi, Casterman, 2012

Au début des années 80, Tardi interroge son père, René sur ses années de prisonnier de guerre. Déjà affaibli, René se met au travail et remplit 3 carnets d'une petite écriture racontant ses presque 5 années de captivité. Beaucoup plus tard, Jacques Tardi met en images les mots de son père. Une bande dessinée dans laquelle il se met en scène en tant que jeune garçon posant des questions à son père. On voit donc Jacques en jeune garçon présent dans presque toutes les cases (3 par page de taille identique) qui voit et entend la vie de son père, cette vie peu connue, parce pas glorieuse. Pas facile de dire à son père qu'on a été prisonnier, lui qui a combattu pendant 14/18, ni à son fils qui lui pose comme un leitmotiv la question sur une possible évasion. 

Fan de Tardi, je n'étonnerai personne si je dis que cette BD est excellente. Elle est un témoignage simple de la vie dans les camps de prisonnier, de la guerre vue par un soldat. Cette guerre qui a de moins en moins de témoins directs ne doit pas devenir une simple évocation : l'horreur que les nazis ont fait vivre aux juifs, aux tziganes, aux homosexuels, aux prisonniers de guerre et plus largement à l'Europe entière et à une grande partie du monde ne peut pas être effacée. Dans des moments ou beaucoup se renferment sur une communauté qu'elle soit religieuse, politique, ethnique ou régionale, il est bon de dire et redire qu'il faut vivre tous ensemble, dans le respect des uns et des autres, et de ne pas oublier ce qu'a pu engendrer le repli sur soi et la haine de l'autre. 

Après cet emballement, revenons à l'objet premier de ce billet : le livre de Tardi. Il raconte la drôle de guerre, celle de René dans son char. Totalement isolé de son unité, à la recherche d'un "contact" avec les panzers allemands pour les détruire, il est finalement capturé après un baroud d'honneur et envoyé dans un camp en Poméranie. La vie s'écoule pas paisible : "Qu'on m'ait arraché une dent sans anesthésie au prétexte que leurs produits anesthésiants étaient réservés à la Wehrmacht, je m'en suis remis, mais il y eut bien pire... Le IIB n'était pas un camp de vacances. Les Anglais qui eux, continuaient la guerre, ont salement morflé dans leur enclos... Je t'ai parlé des Polonais et des Russes... Sadisme, humiliations, coups de crosse et de gummi, exécutions sommaires... Souviens-toi de Chardonnet, assassiné comme tant d'autres sans raison. La sauvagerie au quotidien. Voilà ce qu'était le Stalag IIB." (p.179)

Je ne vais pas m'appesantir sur cette BD dans laquelle on retrouve les dessins noir et blanc de Tardi avec quelques touches de rouge. Ma grande fille a commencé à le feuilleter, et puis prise d'intérêt a marqué la page et continue sa lecture. Une lecture indispensable pour les jeunes et moins jeunes. Un premier tome -j'attends la suite avec impatience- qui s'arrête au tout début de 1945 au moment où le Stalag est évacué : "J'ai franchi la porte du Stalag sans me retourner. Je venais de passer quatre ans et huit mois -1680 jours !- dans ce cul-de-basse-fosse poméranien et j'en voulais à la terre entière... à nos chefs, à l'Armée, à la France ! J'avais des envies de meurtre !" (p.188)

Pour enfoncer le clou, lisez donc l'article de mon ami Éric (ici). Et pour finir un merci à Juan Luis Fajardo de Price Minister pour son envoi dans le cadre de l'opération La BD fait son festival.

Et puisqu'il faut mettre une note sur 20, étant donné mon enthousiasme, je conclus en mettant 20/20 ! Mérité !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 03/06/2013 17:55

Bonsoir Yv, j'ai mis ton billet en lien.
Bonne soirée.

Yv 04/06/2013 13:05



Merci à bientôt



alain 13/04/2013 18:23

Je partage le 20/20. L'album que j'ai préféré de Tardi, je pense.

Yv 14/04/2013 18:10



J'ai une tendresse particulière pour Le cri du Peuple, mais René Tardi est excellent



lasardine 29/03/2013 09:38

ils l'ont achetée, mais elle est toujours empruntée ;)

Yv 29/03/2013 14:08



La rançon du succès



lasardine 28/03/2013 15:56

une BD incontournable que j'ai prévu de lire, mais je ne l'ai encore jamais trouvée dispo à la BM... je suis patiente!!

Yv 29/03/2013 07:26



Elle vient juste de sortir, il faut laisser un peu de temps aux achats...



Alex-Mot-à-Mots 26/03/2013 13:58

J'avais bien aimé son diptyque sur la guerre de 14.

Yv 27/03/2013 09:08



Et ses adaptations de romans policiers de Manchette ou Malet, et Le cri du peuple sur la Commune de Paris est excellent



le Merydien 25/03/2013 21:12

L'homme Tardi m'a toujours plu, ses histoire aussi, mais bon, c'est avec le graphisme que j'ai un peu de mal. En vieillissant ça s'atténue, mais c'est pas encore mon favori.

Yv 26/03/2013 13:04



Alors que moi, j'aime beaucoup son dessin, ses gueules assez incroyables, peut-être un peu moins vrai dans cet album et il reste pour moi l'un de mes favoris



zazy 25/03/2013 16:35

Price-Minister a bien fait les choses !!! j'ai eu moi-même une BD formidable

Yv 25/03/2013 18:25



Pas de chance pour leur challenge roman-rentrée littéraire, mais avec la BD, je me suis régalé



dasola 25/03/2013 10:21

Bonjour Yv, je n'ai fait que le commencer (pour l'instant). J'aime ce que fait Tardi en général et vu que c'est ce que c'est très biographique... Je l'ai entendu en interview, très intéressant.
Bonne journée.

Yv 25/03/2013 18:25



Tardi est aussi intéressant à lire qu'à écouter, c'est ça qui est bien



kathel 25/03/2013 10:01

ça semble être une BD incontournable... Je note pour un prochain emprunt en bibli.

Yv 25/03/2013 18:24



C'est incontournable !



ÉRIC VERNASSIERE 12/03/2013 14:17

Cher Yves, merci de ce lien qui m'unit confraternellement avec ton blog, j'en suis très touché.
Bonne lecture à Marie-Zoé et j'apprécie beaucoup ton analyse stylisée de l'intégration de Jacques dans les cases, que je n'avais pas reperée, et sur la nécessaire ouverture relationnelle à l'autre
qui seule permet de comprendre et donc de s'ouvrir et de tenter d'éviter tensions et affrontements.

Bien à Toi et aux Tiens et que Marie-Zoé suive nos humbles traces...

Yv 13/03/2013 09:23



Salut Eric, Marie-Zoé vient de la finir sur cette exclamation : "Ah, non, il y a une suite, je voulais savoir la fin maintenant !" Sans commentaire superflu quant à la qualité de cette BD


Amicalement,