Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Maudite éducation

maudite-education.jpgMaudite éducation, Gary Victor, Ed. Philippe Rey, 2012

Carl Vausier est un adolescent qui grandit à Port-au-Prince dans les années 70. Éducation paternelle stricte, pudibonde, il est en proie aux troubles et aux émois sexuels. A l'insu de son père, il fréquente les bas quartiers et ses prostituées, et dans le même temps,  toujours à l'insu du père, il traîne dans son antre réservé -celui du père-, sa bibliothèque. Les prostituées lui racontent les vies de leurs aïeules ; il entretient également une relation épistolaire avec une jeune fille, Coeur Qui Saigne (lui signe Furet), mais leur première entrevue est un fiasco. Coeur Qui Saigne le hante, et reviendra dans sa vie dans les années suivantes.

Roman très atypique dans la forme. Il y a cet homme qui raconte son adolescence, sa jeunesse, et puis cette relation difficile avec Coeur Qui Saigne et plus généralement, la vie en Haïti dans les années 70, la difficulté de vivre dans ce pays extrêmement pauvre, sous une dictature féroce. Carl Vausier n'a pas de chance, d'abord il n'est pas bien dans sa peau d'ado, ensuite il agit en dépit du bon sens parental au risque de se mettre à dos père et mère, et enfin, il ne peut pas dire ou faire ce qu'il veut au risque de se retrouver emprisonné voire pire par les tontons macoutes. On est toujours entre roman autobiographique (d'après l'éditeur), roman initiatique, roman d'un amour fou et livre de réflexions de l'auteur, mais aussi entre rêve et réalité, deux notions que Gary Victor aborde très souvent :

"Je persiste à croire que ce qui est du rêve se confond avec le passé. Le présent lui-même n'est qu'un espace incertain à peine palpable, déjà évaporé alors qu'on n'a même pas profité de ce qu'il offre. L'homme n'a que ses souvenirs et le rêve est le cadre qui amplifie les perspectives, donne plus de luminosité à la mémoire. Le rêve surtout n'appartient qu'au rêveur. Tandis que nous ne sommes pas les propriétaires de nos souvenirs, car ils ont été souvent construits avec d'autres que nous, par d'autres que nous, qui peuvent avoir sur nos réminiscences des opinions et des sentiments différents." (p.128) J'aime beaucoup cette idée dont il parle que nos rêves sont personnels mais pas nos souvenirs, parfois même les deux peuvent parvenir à se confondre. Ne vous êtes-vous jamais posé la question de savoir si ce que vous pensiez être un souvenir n'est pas un rêve récurrent, qui serait entré en vous comme un événement vécu ? Une autre citation sur un thème similaire : "Flotter entre le réel et l'imaginaire met dans un état de doute permanent et de questionnement." (p.232) L'écriture de Gary Victor incite à passer du réel à l'imaginaire, du rêve à la réalité. Elle est simple, directe, belle et à la fois poétique. Je l'avais déjà remarquée dans son superbe roman Le sang et la mer (à l'époque j'encourageais très volontairement à le lire, conseil -que vous devez suivre, vous ai-je déjà déçu ?- que je ne peux que réitérer)

Mais Gary Victor ne se contente pas d'égrener ses réflexions sur ces thèmes, il parle aussi de son pays. Son pays vendu aux dictateurs, à ses brutes qui représentent la face sombre des hommes (un peu comme le portrait de Dorian Gray cachait celle de son modèle) : "Le Président Éternel, qu'on dit être aussi méchant, aussi inhumain -rappelle-toi qu'il a fait fusiller sans sourciller dix-neuf officiers-, n'est que le miroir qui reflète la bêtise, la violence, le mépris de la personne humaine qu'on cultive tant dans notre société. Il est la quintessence de ce que, malheureusement, nous sommes, notre être véritable, notre pur produit." (p.67)

Il est difficile d'y vivre sereinement, soit à cause de la pauvreté, soit à cause des ses opinions soit les deux en même temps. Carl est écrivain, journaliste et ne peut écrire n'importe quoi, il doit sans cesse composer avec son rédacteur en chef -le censeur- et le pouvoir. Malgré tout, il y reste, contrairement à beaucoup qui émigrent pour vivre mieux.

Et puis Gary Victor parle aussi d'amour. D'amour fou. D'amour passionnel, fusionel. D'amour physique aussi, certains passages sans être grossiers sont très explicites. De la difficulté de trouver le ou la partenaire fantasmé(e)(s).

Enfin, tout cela pour vous dire combien ce bouquin est excellent, beaucoup de phrases ont fait écho en moi, m'ont rappelé certains passages pas très faciles de mon adolescence (rassure-toi, maman, je ne suis pas allé dans les bas-quartiers nantais pour voir les prostituées, ni n'ai vécu dans un bidonville !). Comme quoi, même si les conditions de vie sont absolument incomparables, les tourments du corps et de l'esprit sont universels.

Précipitez-vous sur ce roman de le rentrée 2012 !


dialogues croiséschallenge 1%

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Géraldine 05/09/2012 16:30

Le sujet me tente bien, je note; D'ailleurs, avec ce livre , tu pourrais entrer dans mon challenge des livres et des îles que j'ai lancé cet été. Si cela te dis, c'est dans la colonne de gauche sur
mon blog.

Yv 05/09/2012 18:28



Je vais aller voir, mais je ne fais pas de challenge habituellement, celui rentrée littéraire est le premier



Eulimène 02/09/2012 22:13

Je ne connais pas l'auteur, mais ça semble intéressant !

Yv 03/09/2012 09:41



ça l'est, assurément !



Theoma 31/08/2012 10:42

message reçu !

Yv 31/08/2012 11:06



Bonne lecture alors !



Mélopée 27/08/2012 19:02

Ton deuxième coup de cœur de cette rentrée m'intéresse beaucoup !

Yv 27/08/2012 19:10



J'aime beaucoup Gary Victor, dans un style totalement différent que T. Tejpal, quoique la poésie est présente dans les deux cas !



Alex-Mot-à-Mots 26/08/2012 09:16

Les tourments de l'adolescence seraient-ils les mêmes partout dans le monde ?

Yv 27/08/2012 08:49



Grande question ?



kathel 25/08/2012 09:18

Allez, c'est bien parce que c'est toi, et que je manque cruellement de lectures haïtiennes : je le note !

Yv 25/08/2012 11:37



C'est gentil ça, mais tu peux y aller sans risques, un auteur excellent



Aifelle 25/08/2012 07:48

Je me souviens très bien de ton incitation à lire le premier (pas encore fait). La rentrée démarre fort.

Yv 25/08/2012 11:36



Et pourtant qu'il était excellent ce premier