Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Maleficium

maleficium.jpgMaleficium, Martine Desjardins, Éd. Phébus, 2012

"A la fin du XIXe siècle, sept hommes partis aux confins de l'Orient et de l'Afrique croisent tour à tour la route d'une troublante créature. Pourquoi les soumet-elle aux plus inavouables tentations ?" (4ème de couverture) Ces hommes se livrent à l'oreille d'un prêtre dans le même confessionnal, racontant l'aventure qui les a menés jusqu'aux terres les plus lointaines, puis les a ramenés dans ce confessionnal, prêts à se repentir.

Au départ, j'ai cru avoir affaire à un recueil de nouvelles ayant des personnages et des lieux en commun. Mais c'est bien plus que cela. C'est un roman baroque construit et huit chapitres et un prologue m'avertissant que je lisais un livre dangereux, soit-disant caché par l'évêché de Montréal, un livre écrit par l'abbé Jérome Savoie. 

Ma réserve viendrait d'une répétition certaine dans la construction des huit chapitres. Lorsqu'on aborde le cinquième ou le sixième, on sent une pointe de lassitude, mais finalement largement compensée par une écriture magnifique. Martine Desjardins travaille son écriture, sans que l'on sente la sueur que ça lui a sans doute coûté. Elle use d'un langue recherchée, qui sent le XIXe, le voyage, l'exotisme, la sensualité.

"Ainsi que je l'avais espéré, nous atteignîmes le dispensaire trempés jusqu'aux os. La robe de la jeune fille lui collait à la peau, moulant chacune des délicates apophyses épineuses de sa colonne vertébrale. Après le mauvais temps, mon cabinet privé semblait fort accueillant avec ses tapis, ses coussins et son divan profond. J'allai chercher un peignoir et une serviette de lin et, usant de mon autorité de médecin, je recommandai à mon invitée d'enlever au plus vite ses vêtements mouillés, de peur qu'elle n'attrape un croup fatal. Je lui ouvris la porte de la salle d'examen et lui indiquai un paravent derrière lequel elle pouvait se changer pendant que je préparerais le thé. J'étais en train d'allumer le réchaud quand elle apparut dans l'embrasure." (p.48)

Un -gros-soupçon de fantastique qui fleure bon l'époque également est le bienvenu. Immédiatement, j'ai pensé à Edgar Allan Poe (mais peut-être me trompé-je, mes références littéraires XIXe étant assez limitées ?). Le décor est planté, oriental. Les odeurs sont présentes, les épices dont le safran, les fleurs, les effluves humaines. Les lieux et les corps sont décrits admirablement : on se promène dans les uns et on admire ou regarde avec curiosité les autres (chacun choisira l'ordre de la phrase). Tout concourt à la fascination du lecteur pour ce livre et ce qu'il décrit et raconte. Et quelle érudition -ou documentation- de l'auteure qui sait parler du safran, des écailles de tortues et de la reproduction de celles-ci, d'espèces animales peu connues, d'insectes ou encore de fabrication de tapis et qui sait nous emmener dans les rues, les palais et les jardins des villes que ses personnages visitent !

Il y a sûrement des significations intellectuelles, scientifiques, philosophiques, des interprétations de mêmes ordres de ce texte de Martine Desjardins. Son héroïne, troublante, est sans doute la personnification de croyances, doctrines, ... Mais de tout cela, je n'en ai cure ni n'ai les capacités à les expliquer. Un seul conseil demeurera de mon billet : laissez-vous faire ! Découvrez Maleficium, son monde imaginaire, fantastique -comme le fantastique du début XIXe- et son écriture superbe qui vous envoûtera.

Merci Bénédicte.

challenge 1%

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Géraldine 18/10/2012 11:31

Il semble qu'une bonne dose de mystère de puisse nuire à la santé !

Yv 18/10/2012 15:18



Au contraire, c'est recommandé.



Ys 11/10/2012 18:38

Il a fait du bruit à sa sortie au Canada ce livre, mais il semblerait qu'il passe plutôt inaperçu chez nous...

Yv 13/10/2012 18:04



Dommage...



kathel 11/10/2012 18:21

Je ne suis pas sûre que ce livre soit à mon goût... même si tu évoques l'écriture très belle.

Yv 13/10/2012 18:03



Il faut essayer, c'est le seul moyen de le savoir