Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Lutte des classes

lutte.jpgLutte des classes, Ascanio Celestini, Éd. Noir sur Blanc, 2013 (traduit par Christophe Mileschi)...,

Deux jeunes garçons vivent seuls avec leur oncle qui ne bouge plus de son fauteuil. Nicola, le grand travaille dans un centre d'appels, raconte ses histoires de sexe à son petit frère Salvatore, qui lui, étudie, travaille bien pour être diplômé ou ingénieur, ou les deux. Chacun intervient à son tour dans ce livre. Il y aura aussi Marinella qui racontera sa vie, son travail au centre d'appels, elle qui handicapée par un bec de lièvre se sait rejetée. Puis Patrizia, la voisine des garçons qui refuse l'aliénation du monde du travail et tente d'en sortir par tous les moyens.

Chaque personnage est le narrateur d'une partie du livre. Salvatore débute, suivi de Marinella, Nicola et Patrizia. Chacun raconte selon son âge, son sexe, son histoire ce qui se passe autour de lui. L'histoire de Salvatore est un peu différente des trois autres : c'est le seul enfant, il ne travaille pas au centre d'appels et même s'il est préoccupé par des questions sexuelles n'a pas encore d'envie d'aller plus loin dans des relations. Voilà ce qu'il dit dès les premières pages : "Quand le docteur a ouvert ma mère, il n'a pas trouvé l'œsophage. Il avait brûlé à cause de l'acide. Mon père s'en servait pour tuer les rats dans la poulaillère. [...] Alors il jetait de l'acide dans les trous à rats et il les brûlait. Mais l'hiver n'était pas loin et mon père voulait savoir si avec le froid l'acide gèle. Il disait "si ça se trouve je leur balance de l'acide dessus et au lieu de cramer les rats font du patin à glace". Il a mis la bouteille au freezer pour faire un test et ma mère l'a sifflée. C'est arrivé par erreur. Quand le docteur l'a ouverte, il n'a pas trouvé l'œsophage." (p.9) Forcément, après cette entrée en matière, pas vraiment appétissante, je vous l'accorde, on a envie de continuer. D'ailleurs, chaque partie consacrée à un nouveau narrateur commence par une phrase courte, marquante : "Barbie montre son cul sur le calendrier." (p.61), "Le nuage avait la forme d'une bite." (p.137), "Tu parles et aucun mot ne sort de ta bouche." (p.197). Le style général du bouquin est sur le même ton, des phrases assénées, courtes assassines parfois, directes, dans un langage courant, familier, avec parfois des petits morceaux de vulgarité, mais rien d'inaudible par nos oreilles habituées à bien pire à la télévision ou à la radio ou même à la maison parfois (sauf pour ceux et celles d'entre nous qui ont des enfants irréprochables qui n'écoutent ni ne retiennent les gros mots de l'école et dont les lèvres-les-nôtres, celles des adultes- ne laissent jamais passer un mot grossier)

Ascanio Celestini s'en prend brutalement et frontalement au monde du travail, à la précarité, aux grands capitalistes qui profitent du système et du besoin des gens de travailler pour vivre. Son constat est dur, réaliste ; certains cumulent plusieurs petits boulots mal payés pour subvenir à leurs besoins pourtant primordiaux : se nourrir, se vêtir, payer le loyer. Ils survivent, tentent de donner du sens à cette vie difficile et abrutissante. C'est un roman sombre, mais qui étonnamment n'est pas pesant. L'écriture de A. Celestini est enlevée, très proche du langage parlé. Il émaille son texte de passages drôles, qui l'aèrent un peu sans alléger le propos mais en le faisant passer sur un ton plus alerte. Néanmoins, je me dois d'écrire ici que certains passages sont redondants : plusieurs narrateurs racontent le même fait parfois sans y apporter de précisions supplémentaires, des lignes dont on pourrait aisément se passer. 

Un roman très atypique, dont il m'est bien difficile de dire si je l'ai aimé ou pas. Il en va parfois ainsi de certains bouquins. Mais je crois pouvoir affirmer que l'atmosphère qui s'en dégage et les personnages me resteront en tête. Un livre qui marque ne serait-ce que parce qu'il sort du lot.

 

rentrée 2013

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le Merydien 23/09/2013 22:13

Je reconnais bien le portrait de mes enfants irréprochables et du père que je suis qui l'est tout autant , en revanche, même si le coté atypique m'attire, je ne vais pas le prioriser tout de suite.

Yv 24/09/2013 08:11



Une belle image familiale quoi ?



Alex-Mot-à-Mots 23/09/2013 10:13

Question lutte des classes en littérature, j'ai donné dernièrement. Je vais donc faire une pause.

Yv 23/09/2013 20:23



Très différent du Mordillat que tu viens de finir



Emma 21/09/2013 11:39

Original, mais le style familier et la redondance auraient tendance à me faire fuir.

Yv 21/09/2013 14:19



C'est un genre particulier qu'il faut aimer, je le conçois