Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Les successions

successions1b.jpg Les successions, Mikaël Hirsch, L'Editeur, août 2011

Pascal Klein est un marchand d'art. Son père est un peintre reconnu. Un jour, sur une vieille photo, il voit un bout de tableau ayant appartenu à sa famille et qui était accroché dans la chambre de son père lorsqu'il était enfant. Lors de l'exode de 1940, ce tableau a disparu probablement emporté par les Allemands comme beaucoup d'autres oeuvres d'art. Il sait que c'est un Chagall non répertorié. Il n'a alors de cesse de retrouver cette toile. Cette "quête existentielle" l'emmènera "à travers le temps et les lieux afin de trouver l'origine de la vocation picturale de son père et d'apaiser enfin sa frustration de n'être pas lui-même devenu artiste" (4ème de couverture)

J'avais beaucoup aimé l'écriture de Mikaël Hirsch dans son roman précédent, Le Réprouvé, même si j'avais émis quelques réserves sur le livre en lui-même. Oserais-je écrire que pour Les successions, je n'ai aucune réserve à formuler ? Oui, j'ose ! Ce livre est formidable de bout en bout. L'auteur pousse le talent à nous intéresser à la mutation du monde de l'art. D'abord les oeuvres : "L'idée même de beauté paraissait obsolète. A quoi bon s'obstiner après Michel-Ange et Dali ? Les machines aussi pouvaient prétendre à une beauté, certes aléatoire et binaire, mais souvent convaincante pour les sens. Peu importait le résultat pourvu qu'il y ait une idée. Seule comptait à présent l'intention. Ce qu'il fallait avant tout, c'était creuser une veine encore inconnue, avoir un concept original, se démarquer du voisin par un procédé quelconque. Une fois la beauté considérée comme ringarde, le support avait sombré au profit de son explication. [...] L'originalité, en tant que credo, engendrait une surenchère inévitable." (p.35/36)

Ensuite, les acheteurs : "Pascal était pragmatique. Son intérêt pour les artistes et leurs oeuvres était sincère, mais il savait par expérience que la sensibilité est intransmissible. Il avait affaire à des milionnaires un peu bornés et traitait avec eux sans mépris, de la manière la plus simple possible." (p.33) Le sujet m'intéresse d'autant plus que je l'aborde de manière récurrente avec un ami peintre surtout lorsqu'on rentre d'une exposition et que j'y ai vu des toiles blanches ou grises monochromes ou des oeuvres que je juge sans intérêt et limite "foutage de gueule" (je suis très subjectif et direct, ce qui augmente ensuite la valeur de la disussion). Nous partons donc dans notre dialogue parlant comme Pascal Klein, d'idée plus que de beauté, de concept. Les cinquante premières pages du livre sont consacrées en grande partie à cette réflexion, qui continue ensuite tout au long de l'ouvrage.

Mais ce roman n'est pas que cela. Il est aussi "une quête existentielle" (4ème de couverture) : un homme qui n'a jamais communiqué avec son père et qui, à la fin de la vie de celui-ci tente enfin d'entrer en contact. Pas toujours facile, la communication fonctionne à condition d'être au moins deux. "Son affection était le fruit d'un travail, d'une décision mûrement réfléchie et non d'un simple lien de parenté. Forme étrange d'inversion des rôles, on pouvait dire qu'il avait reconnu son père, ou plutôt, qu'il l'avait accepté comme autre chose que son simple géniteur." (p.169) Il décide alors de retrouver le Chagall pour l'offrir à la vue de son père et à la sienne. Tous les deux le verraient ensemble, ils créeraient enfin un lien très fort.

Il y a encore autre chose dans ce livre, c'est la remontée dans le temps, et la biographie de Ferdinand de Sastres. Je ne sais pas si ce doux-dingue a réellement existé, mais quel formidable personnage de roman : au début du XXème siècle, il quitte l'empire financier paternel pour vivre une vie d'esthète, d'amateur d'art totalement iconoclaste. On peut trouver quelques traces de lui sur certains sites, mais oubliez-les et plongez immédiatement dans ce livre de Mikaël Hirsch qui vous détaille tout ce que je viens de tenter de résumer et qui recèle encore des tonnes de propos, d'idées et de belles phrases. Il y a tant à dire sur ce roman, je n'ai pas écrit la moitié de ce que j'avais envie de transmettre. J'arrête cependant mon laïus ici de peur d'être trop long et d'apparaître comme un exalté -j'en vois qui sourient et qui opinent. Attention, j'ai vos noms et une bonne mémoire !-, mais croyez-moi, voici un des romans de la rentrée littéraire 2011 (le cinquème pour moi) qui met la barre très haute, tant pour l'intérêt de l'histoire, pour la qualité de l'écriture que pour l'intelligence du propos.

Un autre avis : Fattorius

Les Agents Littéraires lancent un challenge Rentrée Littéraire qui consiste à lire le plus possible de livres de petits éditeurs. Les Successions en fait partie. Pour plus de renseignements, c'est ici.

 

challenge-rentrée-littéraire-2011

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

argali 27/09/2011 21:01


Bonsoir. Je le termine et comme toi, j'ai été séduite. J'ai trouvé l'écriture et le style merveilleux et la construction de l'histoire d'une grande finesse. J'ai aimé le mélange temporel et la
diversité des lieux. J'ai aussi beaucoup aimé la fantaisie de Ferdinand. Bref, je n'ai pas trouvé de négatif dans ce récit. Ce qui est rare.


Yv 28/09/2011 14:24



Ah, chouette ! J'aime bien qu'on aime les mêmes bouquins que moi.



Nanne 24/09/2011 18:20


Un mois de retard, mais une envie d'écrire un commentaire sur ce roman au thème presque fascinant ! J'ai lu une 1ère critique (celle d'Aifelle) qui n'a pas accroché du tout avec le sujet ... Je
voulais lire un autre avis. Le tien est arrivé dans la liste des billets non lus, et il me redonne l'envie d'explorer ce livre, et tout ce qu'il traite. Il me paraît dense, intense, fourni. Je
pense que je devrais accrocher avec "Les successions" et son auteur que je ne connais pas encore ...


Yv 25/09/2011 19:38



Il a écrit Le reprouvé qui était pas mal. Mais là, il change de sujet : j'ai beaucpup aimé, mais autour de moi, ce n'est pas aussi enthousiaste.



Chocolat 16/09/2011 08:10


Suite à ton billet, j'ai postulé au tirage au sort de Sylire et j'ai "gagné" les successions : je suis ravie, je vais également pouvoir alimenter mes discussions avec mon amie galeriste qui est une
grande adepte de l'art conceptuel qui, moi me dépasse (l'art foutage de gueule ;-) ).


Yv 16/09/2011 09:21



J'espère que tu y trouveras des arguments et surtout les joies de la discussion autour de l'art



Géraldine 05/09/2011 14:38


Je n'avais pas encore entendu parler de ce livre mais j'avoue que tu sais me parler. je note, et puis, une telle couverture ne peut qu'attirer l'oeil et rester en tête.


Yv 05/09/2011 15:47



J'avais déjà lu son premier roman, mais celui-ci selon moi est encore meilleur.



sylire 29/08/2011 20:28


Euh... je les ai lues en diagonales !


Yv 30/08/2011 13:30



quand tu reprendras le livre tu les lis dans l'autre diagonale...



sylire 29/08/2011 13:11


Bon, je vais lui donner une deuxième chance d'ici un mois ou deux alors.


Yv 29/08/2011 13:25



Reprend à la page 50 !



sylire 28/08/2011 22:59


J'ai lu les cinquante premières pages sans parvenir à entrer dedans et j'ai lâchement laissé tomber... J'avais pourtant aimé son premier.


Yv 29/08/2011 13:10



Dommage, parce qu'effecivement les 50 premières pages peuvent être un peu ardues, mais la suite est très différente et on entre alors totalement dans le roman.



Noukette 27/08/2011 23:22


Je ne connais pas encore cet auteur mais si avec un tel avis on a pas envie de le découvrir !


Yv 28/08/2011 19:17



C'est son second roman je crois, il n'est pas encore très connu, mais ça va venir.



Kathel 27/08/2011 10:59


Je n'ai pas lu le précédent roman de l'auteur, mais je suis curieuse de découvrir celui-ci dont tu dis tellement de bien !


Yv 27/08/2011 19:50



A mon avis, il vaut le coup, je me suis régalé de bout en bout.



clara 27/08/2011 09:57


je l'ai reçu mais je ne l'ai pass encore commencé...


Yv 27/08/2011 19:48



Ça ne saurait tarder alors...



Ys 27/08/2011 09:50


Connais pas Mikael mais j'ai envie de rencontrer Ferdinand maintenant, c'est malin...


Yv 27/08/2011 19:48



C'est vrai que le Ferdinand est un personnage très particulier, un vrai individu romanesque



Cynthia 27/08/2011 09:07


Reçu mais pas encore ouvert. J'avais passé un bon moment avec "Le Réprouvé" donc si tu dis que celui-ci est encore mieux, je sens que je vais me régaler !
Je constate que les relations père-fils ne s'arrangent pas de livre en livre !


Yv 27/08/2011 19:47



Je le trouve mieux fini, plus profond. Bonne lecture



Lystig 27/08/2011 08:21


pas encore lu de roman de la rentrée (pas de SP !) donc je limite... je note celui-ci


Yv 27/08/2011 19:47



Les Sp sont très pratiques pour lire sans limite, surtout à la rentrée



Aifelle 27/08/2011 07:02


Je le termine et si j'aime toujours autant l'écriture de l'auteur, je suis restée extérieure à cette histoire. J'ai le sentiment d'être passée à côté et j'en suis dépitée.


Yv 27/08/2011 19:46



Je l'ai prêté à un mai qui a le même avis que toi. Du coup, je me demande si nous avons bien lu le même livre. Me suis-je emporté un peu ???