Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Les onze

 Les onze, Pierre Michon, Ed. Verdier, 2009
Pierre Michon écrit sur un célèbre tableau, exposé au Louvre, bien protégé et représentant les onze membres du Comité de salut public en 1794, intitulé Les Onze et peint par le fameux François-Elie Corentin. Ce livre commence par la biographie du peintre, dont on peut voir le portrait à 20 ans -puisqu'on ne connait rien d'autre de son apparence que ce portrait- "sur le mur sud de la Kaisersaal, dans le cortège des noces de Frédéric Barberousse", peint par Giambattista Tiepolo "aux plafonds de Wurtzbourg". (Tiepolo décorait alors le palais d'un banquier allemand, le palais de Wurtzbourg). Ensuite, Pierre Michon déroule la vie de ce peintre, à Combleux sur les bords de la Loire, entouré de ses mère et grand-mère.
J'avais déjà été séduit par l'écriture de l'auteur dans
Maîtres et serviteurs, et je replonge à nouveau avec délices dans ce style si particulier, ces belles phrases longues, intelligentes ; chaque mot est à sa place et important : en enlever un c'est rendre la phrase bancale et changer tout le sens. Ce qui dans ce cas serait un sacrilège tellement la langue de Michon est élégante, riche et érudite. Ce n'est pas un livre qui se lit entre deux portes : il demande de la concentration et malgré ces remarques, il reste ouvert à tout lecteur un tant soit peu demandeur de culture et de profondeur. Exercice brillant surtout lorsque l'on sait -je ne révèle rien qui empêche de profiter de cette lecture- que ni le tableau, ni le peintre n'ont existé. Ils ne sont que fiction dans un contexte historique et au milieu de personnages, eux, bien réels.
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Emmanuelle Caminade 24/11/2009 16:18


"Les Onze" sont un spectacle à l'image de son auteur, un auteur en représentation constante qui s'adresse à son public comme un enfant requérant un surcroît d'attention et s'amuse à cultiver son
ambiguïté et à mettre en scène ses contradictions pour nous raconter l'Histoire, c'est à dire des histoires ... et surtout son histoire.


"Les Onze" ne sont pas le meilleur livre de Michon. Il n'y met pas la «belle langue au service de la fiction» pour imprimer la trace des «petites gens», de «leurs éclatants désirs au sein du réel
terne», comme il l'avait fait dans son magnifique premier roman "Les vies minuscules".

Et si j'admire le style de ce grand écrivain, qui procède certainement autant du labeur que du don, même s'il n'aime pas le reconnaître , j'admire moins sa mégalomanie - dont ce livre est le
parfait reflet et l'empressement avec lequel il s'est prêté à la campagne orchestrée autour de son dernier livre et dont l'issue était prévisible ...


Yv 24/11/2009 17:57


Qu'il soit mégalo sans doute, je n'ai pas vu la campagne autour de lui, mais il est vrai que je regarde peu la télé et lit peu de presse, un peu absent du vrai monde de l'actualité. Je n'ai pas lu
Les vies minuscules, mais ça peut être une idée pour mes prochaines lectures. Merci du passage et de ce point de vue très clair.


Marie-Odile 13/10/2009 11:21


Je ne peux qu'ajouter d'élogieux commentaires à ceux des personnes qui l'ont déjà fait dans ce blog. Michon est un magicien de la couleur et du trait en littérature. Il paraît qu'il a fait
également du théâtre. En tout cas, la lecture de ses oeuvres en duo avec Denis Podalydès est un régal! Cependant, il faut le dire, la lecture de Michon se mérite, mais dès qu'on persévère, on s'y
accroche jusqu'au dernier mot...


Yv 13/10/2009 12:22


Elle se mérite effectivement mais quel bonheur quand on entre dans son monde. Une lecture de Michon avec Denis Podalydès -dont j'ai aimé et commenté ses Voix Off- doit être un grand moment.
Merci du passage sur le blog


dasola 12/10/2009 18:06


Bonjour Yv, ce court roman est en effet très bien écrit mais ce n'est pas ma tasse de thé. Au début, j'ai cru que j'allais abandonner.Je trouve le style presque ampoulé. Cela manque de simplicité.
Et je m'attendais à autre chose quant au décryptage du tableau. Bonne fin d'après-midi.


Yv 13/10/2009 12:18


C'est évident que ça manque de simplicité, par contre, je ne suis pas d'accord avec le style ampoulé. pour moi, ce mot est plutôt péjoratif et je trouve que ça ne convient pas à Michon. Pour son
style pas aisé et ses livres qui ne racontent pas d'histoire linéaire, on pourrait presque le comparer à Gracq.


Armande 11/10/2009 15:37


Tu m'as rassurée ! Je vais me fier à ton "expérience michonienne" ! Je ne te cache pas que cette expression m'a fait rire...


Yv 11/10/2009 19:46


C'est ma lecture assidue des oeuvres de Raymond Queneau qui m'entraîne parfois à quelques inventions de mots


sylire 10/10/2009 14:13


J'ai aussi entendu des louanges sur cet auteur, je ne l'ai pas encore lu. Je commencerai peut-être par un autre de ses titres, qui fait l'unanimité.


Yv 11/10/2009 15:02


Il a écrit pas mal de livres tu n'as plus qu'à choisir. Quant à ceux qui font l'unanimité, je ne sais pas. Il y en sûrement un ou deux ou plusieurs qui te plairont.


Reka 10/10/2009 10:44


Combien de louanges ai-je déjà lu de cet auteur !
Vies minuscules est dans ma PAL, j'espère l'entamer très bientôt :)


Yv 11/10/2009 14:59


Louanges qui sont, d'après ma petite expérience michonienne, très méritées.


Armande 09/10/2009 18:35


Cet article élogieux me met la pression... Si j'emprunte un livre de cet auteur et que je n'apprécie pas sa plume érudite, je sens que je vais baisser dans ma propre estime !


Yv 11/10/2009 14:56


Il est à noter tout de même qu'il n'est pas si afcile de rentrer dans "le monde" de Michon. Son écriture et son univers sont très particuliers et peu courants. Donc, ne pas apprécier ne dois pas te
rabaisser ! En ai-je dit assez pour te rassurer ? Sinon, je peux en rajouter ...


keisha 09/10/2009 16:55


Je le veux je le veux je le veux... Je sors de Maitres et serviteurs. Quelle plume!
Bon sinon je lirai Les vies minuscules en attendant, j'en ai oui dire du bien...


Yv 11/10/2009 14:58


Si tu as aimé Maîtres et serviteurs, tu aimeras très probablement Les onze. Je vais peut-être essayer moi, aussi Les vies minuscules, dont j'ai entendu dire grand bien.


Mango 09/10/2009 13:58


Je suis contente que tu aies aimé ce livre: je n'ai pas eu cette chance! J'ai admiré également son écriture élégante mais j'ai fini par me lasser. Je ne me décourage pas cependant et je lirai un
autre de ses ouvrages en espérant qu'il me plaira davantage!


Yv 11/10/2009 14:57


Je n'ai pas aimé du même auteur La grande Beune, par contre, j'ai beaucoup aimé Maîtres et serviteurs, qui ressemble d'ailleurs beaucoup aux onze, puisqu'il y est question de peintres.


Marie 09/10/2009 12:26


Si la plume est belle, j'aimerais bien découvrir cet auteur. Je garde cette référence pour des périodes de vacances durant lesquelles j'ai du temps et le calme nécessaire...


Yv 09/10/2009 13:46


Je te confirme que la plume est extrêmement belle et qu'il faut la découvrir.