Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Les invasions quotidiennes

invasions.jpgLes invasions quotidiennes, Mazarine Pingeot, Julliard, 2014....,

 

Joséphine Fayolle est professeure de philo et également et surtout auteure de littérature jeunesse. Depuis quelques temps, rien ne va plus dans sa vie, entre son angoisse de la page blanche, le changement du directeur de la publication, sa séparation difficile d'avec José le père de ses deux garçons, les relations conflictuelles avec sa mère, son découvert à la banque, son quotidien de mère célibataire dépassée par les devoirs, les repas, les poux à éradiquer, le lave-vaisselle à changer, ... Il est temps pour Joséphine de se reprendre et de reprendre sa vie en mains.

 

Voilà un roman qui débute un peu comme un long monologue duquel je me suis un peu senti exclu, le temps de m'habituer au rythme, et au fait que c'est bien une femme qui parle et que donc, moi, pauvre homme, je ne pouvais en placer une (je sais, c'est un peu facile, mais c'est vraiment la première impression qui m'est venue). Une sorte de logorrhée, un long monologue entrecoupé de quelques dialogues donnant à l'ensemble un rythme rapide ; c'est parfois saoulant, souvent ironique et drôle et toujours réaliste. Sans m'en rendre totalement compte, j'ai penché dangereusement vers l'empathie et la sympathie pour Joséphine, pour ses déboires, ses tracas de femme seule empêtrée dans des actes de la vie quotidienne. Et à force de pencher, je suis véritablement tombé sous le charme de l'écriture de Mazarine Pingeot, que jusqu'à cette lecture je ne connaissais que de nom (et un peu de visage pour l'avoir vue à la télévision). Son roman aurait pu être une simple bluette un peu cucul, la vie d'une mère-célibataire-futur-divorcée en proie à tous les soucis susnommés et au bord de la dépression, mais Mazarine Pingeot analyse finement et profondément ses personnages, Joséphine en particulier, comme rarement je l'ai lu dans des romans, et puis elle a la classe et l'élégance de l'écriture, usant d'un vocabulaire large (il y a sûrement plus de mots différents dans une seule phrase -certes longue- de Mazarine Pingeot que dans un roman entier de Christine Angot, mais il est vrai qu'on ne va pas au bout des romans d'icelle), de tournures de phrases travaillées et belles et faisant preuve d'une maîtrise certaine de la syntaxe. Un vrai style littéraire quoi, qui me ravit ; je vous l'ai dit, sous le charme, je suis ! Ses phrases sont souvent longues, belles, très ponctuées, virgulées, avec apartés personnels -de Joséphine-, opinions, avis, digressions, car l'esprit de Joséphine s'échappe très vite laissant son corps présent mais ses idées hors de lui, parfois très loin...

"Une nuit a passé et je suis une autre. Une autre que celle-de-la-veille victorieuse, c'est-à-dire que je suis redevenue l'ancienne, celle qui hésite devant sa tenue, qui regarde sa montre pour faire avancer le temps comme si l'observation du cadran avait un quelconque pouvoir d'accélération (en l'occurrence cela a plutôt un pouvoir inverse), celle qui se sent incapable de travailler car autre chose travaille son esprit, celle qui trouve que sa coupe fraîche après une bonne nuit de sommeil ressemble à un saint-honoré, et qui n'arrive pas à y remettre de l'ordre, parce que le pli de la mèche de dessus que l'oreiller a modelé sept heures durant est indestructible, comme sculpté dans la pierre, celle qui se gratte la tête parce que le brushing pulvérisant d'un coiffeur à bout de patience est pour le pou ce que le spa jet d'eau chaude, enrobage de boue et massage aux pierres chaudes est pour la femme de quarante ans célibataire et work addict, celle qui trouve soudain ses trente pages écrites en une soirée nulles, vaines, voire honteuses, celle qui se dégoûte d'avoir accepté si promptement un déjeuner avec son nouvel éditeur qu'elle a la faiblesse de trouver attirant, celle qui se regarde dans la glace et a envie de pleurer, celle qui reçoit un SMS de son ex-mari lui demandant si elle peut récupérer ses enfants en début d'après-midi car il doit passer un scanner." (p. 179/180)

J'ai cédé à la tentation de citer ce long passage, cette longue phrase qui résume l'état d'esprit de Joséphine et l'écriture de Mazarine Pingeot qui alterne dans une même phrase les considérations matérielles, les emmerdements et les questionnements tout cela de manière assez légère (j'adore le passage sur le spa des poux -avec un "x" comme bijou, caillou, chou, genou, hibou et joujou, comme chacun sait).

Je découvre avec ce roman l'œuvre de cette auteure que je vais m'empresser d'aller creuser -euh, l'oeuvre évidemment...-, m'attend déjà, dans un genre très différent, beaucoup plus grave, Bouche cousue.

 

PS : 6 ans jour pour jour que j'ai ouvert le blog et je découvre encore plein d'auteur(e)s et il m'en reste encore une multitude à découvrir... C'est chouette la lecture !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ranch 10/09/2014 14:02

Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire quoi que ce soit de Mazarine Pingeot, mais je suis assez intrigué par cet ouvrage qui me semble être un peu une comédie dépressive ^^

Yv 10/09/2014 14:46



C'est un peu cela, je n'aurais pas associé ces deux mots, mais ils résument plutôt bien le livre.



Fransoaz 01/06/2014 10:38

Je n'ai que quatre ans, c'est sans doute trop tôt pour lire Mazarine non? Je crois que son ascendance -même inconsciemment- ne joue pas en sa faveur, on ne la voit guère, à tort donc, sur nos
blogs.
Bravo pour tes 6 premières années!

Yv 01/06/2014 21:43



D'autant plus qu'elle n'est pas responsable de son ascendance... Et merci.



Soie 30/05/2014 08:44

Je me rappelle avoir croisé ce livre mais au vu de la couverture, je n'ai pas regardé de plus près. J'imaginais quelque chose de totalement différent, très "girly" comme le dit Gwenaëlle.
Bon blog-anniversaire !

Yv 30/05/2014 10:41



C'est vrai que la couverture n'incite pas forcément à lire le contenu. Dommage !



Liliba 29/05/2014 21:23

:)

Liliba 29/05/2014 19:41

;-) j'aimerais voir ça !!!

Yv 29/05/2014 20:20



Trop timide, je reste dans mon coin



Liliba 29/05/2014 17:51

toi, tu m'impressionnes grave :)

Yv 29/05/2014 18:22



Arrête, je vais rougir



Liliba 29/05/2014 11:30

Je sais, c'est débile, mais j'ai un a priori totalement négatif contre cette jeune femme, juste parce que j'ai vu son nom dans la presse... Mais si tu dis que c'est bien, bien-bien, et que tu as
même survécu à la logorrhée féminine et que tu en redemandes, eh bien je vais me laisser tenter un de ces jours... Tes prescriptions ont toujours été parfaites jusqu'à maintenant !
Et 6 ans, bravo ! Mais je suis comme toi, plus le temps passe, plus je me dis que ma vie sera trop courte pour lire tout ce qui me tente !

Yv 29/05/2014 12:14



Comme toi, j'avais des a priori négatifs, mais les a priori sont faits pour être combattus et lorsqu'ils n'ont plus de raison d'être ils peuvent disparaître. Put... c'est beau !



clara 28/05/2014 07:19

Je n'ai pas encore découvert cette auteure. Bon blog anniversaire Yves et plein de belles découvertes !

Yv 28/05/2014 08:09



Merci Clara, et je découvre encore et toujours...



zazy 26/05/2014 22:23

J'ai essayé de lire son premier roman et... cela ne m'a plu du tout. Aucune envie de retenter

Yv 27/05/2014 08:29



A priori, le premier n'était pas bon, d'après les commentaires précédents, mais M. Pingeot a dû bonifier son écriture ?



aasola 26/05/2014 16:46

Bonjour Yv, déjà 6 ans sur la toile. Bon anniversaire à ton blog que je lis toujours avec intérêt. J'apprécie les "ça coince" qui m'évite des lectures inutiles. Quant à M Pingeot, tu me donnerais
presque envie de découvrir comment elle écrit, c'est dire. Bonne après-midi.

Yv 26/05/2014 18:54



Merci de tes passages et de tes encouragements, quant à Mazarine, je trouve qu'elle mérite qu'on la lise au moins pour se faire une idée



Alex-Mot-à-Mots 26/05/2014 13:13

Bon blog-anniversaire.
Pour Mazarine, je suis mitigée. Peut-être parce que c'est la fille de.

Yv 26/05/2014 18:52



Mais le père avait une belle plume... et puis on se fiche de savoir qui sont ses parents dont elle n'est pas responsable, n'est-il pas ?



La Pyrénéenne 26/05/2014 12:56

Bon blog anniv déà et ensuite je note car tu as su me donner envie avec ce billet...

Yv 26/05/2014 18:51



Ah chouette, et merci



Noukette 26/05/2014 11:45

Jamais lu Mazarine Pingeot... Je ne pensais pas la lire un jour d'ailleurs... Mais là j'avoue que je suis intriguée... (et au vue de la couverture je n'aurais pas parié une cacahuète sur mon envie
de lire ce roman !)

Yv 26/05/2014 12:48



Comme quoi, il faut essayer...



Aifelle 26/05/2014 11:19

Je bloque un peu devant le personnage médiatique de l'auteure et je ne suis pas enthousiasmée par ses thèmes. Bon bloganniversaire, nous avons presque le même âge !

Yv 26/05/2014 11:40



En fait, je t'avoue que je l'avais un peu vue mais pas tant que cela ni entendue à la radio, je la connaissais évidemment mais ne l'avais jamais entendue parler de ses livres


Et merci



keisha 26/05/2014 11:09

Jamais lu Angot, j'ignorais qu'elle écrivait si mal.Ce sont plutôt ses thèmes qui ne m'attirent pas.

Yv 26/05/2014 11:38



Lue parce qu'obligé (j'étais juré d'un prix où son livre était sélectionné) : style assez mauvais, thèmes pas folichons et phrases parfois incompréhensibles...



DF 26/05/2014 09:52

Mon article ne paraîtra pas sur mon blog, mais dans le journal quotidien de ma région; s'il passe sur Internet, je te le signalerai.

Yv 26/05/2014 11:37



OK, meci



DF 26/05/2014 09:11

@Yv: bon bloganniversaire!

Yv 26/05/2014 09:48



Merci.



DF 26/05/2014 09:10

@Gwenaelle: c'est tout autre chose que ce que Mazarine Pingeot a fait précédemment, en effet. Perso, je suis moins enthousiaste qu'Yv; mais il y a aussi du bon dans ce roman doux-amer.

Yv 26/05/2014 09:47



J'attends ton article alors...



keisha 26/05/2014 08:56

Je pourrais recopier le commentaire de gwenaelle.
Bon blog anniv', au fait (le mien approche à grands pas...)
Et j'ai bien sûr noté cet "icelle" de bon aloi (on s'amuse comme on peut!)^_^

Yv 26/05/2014 09:47



Je me fais plaisir à peu de frais, et en plus accoler "icelle" à C. Angot, je trouve ça marrant, ça ne va pas ensemble... enfin, là je suis méchant, elle doit connaître le mot...


et merci



Gwenaelle 26/05/2014 08:43

Ce qu'elle avait écrit précédemment ne m'attirait pas. La couverture de celui-ci, franchement "girly", avait tout pour me déplaire mais tu réussis, par ton billet, à faire vaciller mon manque
d'intérêt. Si ce livre croise ma route, je l'ouvrirai, juste pour voir si j'accroche ou pas.

Yv 26/05/2014 09:44



Je découvre ici l'oeuvre de cette auteure et franchement, je m'attendais à tout, sauf à être emballé. Tant mieux !