Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Les contes de mémé lubrique

meme.jpgLes contes de mémé lubrique, Etienne Liebig, La Musardine, 2014....

 

Etienne Liebig est connu pour ses pastiches érotiques de polars ou de textes de la littérature française, comme les Exercices de style de Raymond Queneau. Cette fois-ci ce sont les contes de notre enfance qu'il revisite avec un angle de vue très adulte et très différent de celui qu'on connaît. Quoique...


 

J'entends déjà ici quelques uns crier au scandale et dire que c'est honteux de pervertir de belles histoires comme celles-ci, que décidément on ne respecte plus rien. Alors à ceux-ci, je veux dire, que d'abord, ils ne sont pas obligés de le lire et qu'ensuite, il n'y a rien de plus sexuel que les contes de fées. Il me souvient d'un temps ou j'étais au lycée, en première, et, nous étudiions les contes de fées à présenter à l'oral du bac de français. Jeune homme naïf -bon, c'était un autre temps, nous étions au mitan des années 1980- j'appris avec stupeur que selon certaines études, ces petites histoires de princes et de princesses étaient en fait très sexuées. Je ne vous fais pas la liste des points passés au crible de cette étude, mais un m'a marqué : lorsque le Prince pour délivrer La Belle au Bois-Dormant tourne la clef dans la serrure, eh bien, me croiriez-vous si je vous dis que la clef symbolise le sexe mâle et la serrure son pendant -quoique là, je crois que rien n'est pendant- femelle ? Depuis, je n'ouvre plus ma porte de la même façon...

Pouf, pouf, revenons à nos contes lubriques ; ah que j'ai ri en lisant sous la plume d'Étienne Liebig, des versions chaudes de ces histoires que l'on lit aux enfants. Rien que les titres sont déjà tout un programme : Aladdin et la crampe merveilleuse, Le Petit Chas peu rond rouge -je vous laisse le plaisir de l'explication de ce nom-, Barbe-Bleue et Bite en Bois, pour n'en citer que trois parmi les treize. Le livre commence par Aladdin, car bien sûr la lampe et son génie sont propices à de multiples demandes, et finit par Ali-Baba et les Quarante branleuses, car le "sésame ouvre-toi" n'est pas dénué de désirs divers surtout lorsque la cachette s'ouvre sur des milliers de godemichés de toutes tailles et toutes matières...

Pour apprécier cette lecture, il vaut mieux lire un ou deux contes, puis prendre un autre livre et en relire un ou deux un autre jour. Ou alors, un le soir avant de s'endormir, mais attention aux effets secondaires, notamment sur l'absence de désir... de dormir. 

Ce qui est bien c'est qu'Etienne Liebig, bien qu'il insère dans les histoires des idées, des situations originales, garde le style conte, l'écriture ou les tournures de phrases désuètes, les décors et tout ce qui fait que l'on sait qu'on est dans tel ou tel conte : La Belle au bois dormant, mais au cul bien réveillé, ou Cendrillon, la pouffe à deux ovaires

 

C'est léger, drôle et pour une fois dans une lecture érotique, l'auteur fait preuve d'invention dans le vocabulaire, on est plus dans Frédéric Dard que dans un roman pornographique "classique". Je ne peux ici citer toutes les expressions qui m'ont ravi, mais le verbe "gougnotter" en fait partie et tant mieux, car il est fort souvent usité. Un recueil pour se détendre, qui, bien sûr ne doit pas être mis entre de petites mains -ne le confondez pas avec le livre des vrais contes, vous risqueriez des questions embarrassantes.

 

 

rentrée 2014

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 27/11/2014 18:30

Il s'en passe de belles par ici, tss, tss, tss...! ;-)

Yv 28/11/2014 08:10



Mais ce ne sont que quelques contes...



le Merydien 20/11/2014 22:47

Monsieur a donc profité aussi des explications de Bruno Bettelheim sur la psychanalyse des contes de fées.Normal on doit etre de la meme année ou presque.Moi je me rappelle aussi d'un recueil
intitulé "contes à faire rougir les petits chaperons." Mais c'était peut etre un peu plus tard...

Yv 21/11/2014 17:15



Et oui, Bettelheim m'a fait souffrir... 



Oncle Paul 19/11/2014 14:44

Bonjour Yv
D'Etienne Liebig, je n'ai lu que Le Parfum de la chatte en noir. Amusant et peut-être vais-je me plonger dans celui-ci qui me semble frais et léger comme... un conte pour enfants avertis.
Amitiés

Yv 19/11/2014 20:11



Bonjour Paul, Il a l'art des titres quand même !


Amicalement,



Hélène 18/11/2014 08:34

C'est certain que comme lecture du soir pour les enfants cela ferait désordre...

Yv 18/11/2014 10:40



Les miens sont grands mais quand même...