Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Les Chais des ambitieux

chaisLes Chais des ambitieux, Philippe Bouin, Presses de la cité, 2014....

 

Saint-Vincent-des-Vignes, en plein beaujolais, Archibald Sirauton, ex-juge est désormais vigneron et maire de ce petit village : un gros boulot entre les demandes des uns et les récriminations des autres. Lorsque Eric Pillorget, le viticulteur le plus connu et le plus riche du vignoble disparaît, Archibald sent bien qu'il y a anguille sous roche. Lorsque le fondé de pouvoir de la maison Pillorget lui demande son aide, Archi arrive au château et découvre le bal des ambitieux, les héritiers d'Eric -qui n'est pas encore officiellement mort- déjà prêts à vendre aux plus offrants, aux Chinois par exemple. Quelle hérésie en terre du beaujolais !


Philippe Bouin m'était inconnu jusqu'à ma lecture de l'enquête précédente d'Archibald Sirauton, Le vignoble du diable. Comme ce vignoble m'avait plu, j'étais partant pour la suite, du même tonneau si je puis m'exprimer ainsi. Même registre d'écriture entre français classique, argot, patois beaujolais ou lyonnais (lexique en fin de volume, auquel je n'ai eu que peu recourt, parce qu'on comprend aisément le sens global de la phrase, même émaillée de mots inconnus). Mêmes personnages : Archi, Xa son amie comédienne, Bougonne la gouvernante qui porte bien son nom, Hippolyte Goma le curé de la paroisse venu tout droit d'Afrique, Fernandez le gendarme qui travaille en étroite collaboration avec Archi, Filoche ex monte-en-l’air reconverti en second d'Archi, Poussin le commissaire lyonnais qui ne bouge pas surtout si les suspects ont des relations mais qui peut s'acharner sur un "petit" -la montée dans la hiérarchie se fait à ce prix selon lui- heureusement secondé par le capitaine Bordas et bien sûr Tirbouchon, le chien d'Archi qui ne peut pas parler à son grand désarroi : "Tirbouchon grogna en ut majeur. En langage canin, ce grognement était de l'ironie. Si Archi avait su qu'il comprenait ce qu'il disait, ce n'est pas étonné qu'il eût été, c'est ébloui." (p.264) Même plaisir de lecture légère, drôle. Un polar pour se détendre qui aborde néanmoins des points plus sérieux comme la succession des exploitants viticoles, la mauvaise réputation du beaujolais d'il y a plusieurs années lorsque des viticulteurs n'hésitaient pas à rajouter du sucre, la volonté des Chinois d'entrer dans le capital de certaines grosses entreprises et le marché chinois vu comme un eldorado par certains alors qu'il n'en est probablement pas un : "Désolé de te contredire, l'investissement doit être progressif. Or, à l'heure d'aujourd'hui, la demande est nébuleuse. Par conséquent, tout miser sur la Chine serait de la folie. Dans un pays qui peut vous virer du jour au lendemain, ou vous taxer lourdement pour protéger ses intérêts, on avance sur la pointe des pieds." (p.79). Très dialogué, cette technique permet de confronter les points de vue, mais bien sûr, Philippe Bouin ne creuse pas trop les sujets sérieux, ce n'est pas un essai sur les exportations viticoles ! Tout reste dans le domaine de la légèreté et de l'humour, l'auteur ne rechignant jamais à un bon mot ou à une répartie de l'un de ses personnages, comme cet échange entre le commissaire Poussin et son collègue le capitaine Bordas :

"Vous n'imaginez quand même pas que cet idiot a commis ce crime ?

- Croyez-en mon expérience, capitaine, il faut toujours se méfier d'un imbécile.

Goguenard, Bordas riva son regard au sien.

- Soyez tranquille, commissaire, c'est ce que je fais tous les jours." (p.183)

Un polar-pinard (deux bons ingrédients) qui fleure bon la ruralité (aucune condescendance chez P. Bouin ou chez moi, au contraire), le plaisir de se retrouver entre amis de déboucher une bonne bouteille et de parler de ses souvenirs d'enfance. Un charme légèrement désuet et à la fois intemporel qui marche à fond, qui n'est pas sans rappeler les téléfilms Le sang de la vigne (qui passent sur France 3, avec Pierre Arditi, tirés des romans de Jean-Pierre Alaux et Noël Balen, que je n'ai pas lus) avec un personnage principal, plus décalé et haut-en-couleurs, ex-juge, devenu vigneron, qui s'habille voyant aux quatre coins du monde.

Une série qui a démarré et qui continue sous d'excellents augures, dans cette belle collection qu'est Terres de France.

PS : dans mon billet Le vignoble du diable, je disais mon ignorance de cette région viticole qu'est le beaujolais, et invitais les éventuels professionnels qui me lisaient à m'envoyer des échantillons de leurs productions, histoire de juger. Mon appel n'as pas été entendu ou alors, les viticulteurs sont des gens timides, qui n'osent pas... Osez, osez me contacter, je renouvelle mon invitation, je goûterai bien volontiers...

 

polars

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Emma 29/04/2014 12:25

En voyant la couverture, je croyais que tu nous reparlais du Vignole du diable, je pensais avoir dejà vue cette couverture. Elles se ressemblent terriblement ! Désolée de squatter ton blog, j'ai
environ une trentaine d'articles non lus chez toi.

Yv 29/04/2014 17:32



même thème, mêmes personnages, couverture approchante, normal. Tu ne squattes pas au contraire, tu es toujours la bienvenue



zazy 02/04/2014 20:02

"Terre de France", c'est une collection que je ne connais pas du tout

Yv 03/04/2014 07:28



c'est une collection qui ne me plaît pas toujours, on peut y trouver des romans terroir pas de m^n goût, mais les polars sont bons, et d'autres aussi Hervé Jaouen y publie par exemple.



keisha 02/04/2014 17:02

Tssst, de grands timides, ces viticulteurs... ^_^

Yv 02/04/2014 18:20



Sûrement, et c'est fort dommage... pour moi !



DF 02/04/2014 15:02

Un auteur que je ne connaissais pas; mais des polars en milieu viti-vinicole devraient me plaire... Je garde ce nom en mémoire; merci du tuyau.

Yv 02/04/2014 18:20



Je t'en prie, je pense que beaucoup peuvent être intéresés par l'association vin/polars



cathe 02/04/2014 13:17

Du même auteur j'avais lu "Implacables vendanges" (oui c'est sur le même sujet...). Une intrigue sympathique mais très classique ;-)

Yv 02/04/2014 13:44



C'est assez classique, pas des polars que l'on peut qualifier d'extraordinaires, mais le moment qu'on passe en compagnie des personnages est très agréable et on a plaisir à les retrouver, ce qui
est très très bien.



Le Papou 02/04/2014 11:05

Salut Yv,
Dès que tu reçois des échantillons, je plonge dans ces romans.
Le Papou

Yv 02/04/2014 13:43



Quelle vénalité, je ne te croyais pas comme cela...


A bientôt