Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le vignoble du Diable

Publié le par Yv

Le vignoble du Diable, Philippe Bouin, Presses de la cité, 2013...,

Saint-Vincent-des-Vignes, en plein beaujolais, est en plein émoi : Joseph Marzot, le maire est retrouvé assassiné au sommet du mont Brouilly. Autour de lui, des sortes de talismans, de signes cabalistiques grossièrement fabriqués. A-t-il bien fait d'acheter la parcelle appelée le Vignoble du Diable ? Archibald Sirauton, vigneron, propriétaire de Manoir de l'Ardières devient maire par intérim, lui ex-premier adjoint. Mais il est aussi un ex-juge d'instruction qui a démissionné pour reprendre le domaine familial, et le démon de l'enquête est toujours en lui, surtout lorsque le flic en chef est le commissaire Poussin, un butor intéressé surtout par son avancement quitte à foncer sur n'importe quelle piste même si celle-ci peut ruiner totalement l'image -et donc le commerce- des vignerons locaux.

Belle surprise que ce polar estampillé Terres de France. Il allie le sang des victimes à celui de la vigne, et même si le Beaujolais n'est pas ma région viticole favorite, disons que je ne la connais pas beaucoup, je suis plutôt sud-ouest (Madiran, ah un bon Madiran, ou un Irouléguy !) mais si un ou des viticulteurs passant par ici se trouvent fort dépourvus par ma méconnaissance de leur vignoble, je suis tout à fait prêt à recevoir et goûter de bonnes bouteilles (dans ce cas, je lâche très volontiers mes coordonnées), et promis, je reviendrai ici donner mes impressions de buveur (avec modération, évidemment). Par la même occasion, si d'autres vignerons d'autres régions veulent également faire partager leur travail, je ne suis pas sectaire, je goûterai tout avec grand plaisir (sur la droite de l'article cliquez sur "contact"). Bon, après cette parenthèse que j'espère fructueuse, revenons à nos raisins beaujolais. L'intrigue est assez alambiquée pour tenir jusqu'au bout, même si certains aspects sont très prévisibles. La belle surprise vient surtout du plaisir évident qu'a pris Philippe Bouin à écrire ce bouquin et celui qu'on prend à le lire : langage léger, décontracté, pas coincé ni du bulbe ni d'ailleurs ; un français fleuri mâtiné de patois beaujolais (glossaire en fin de volume dont on a à peine besoin, en  fait, je ne l'ai pas consulté). Ajoutez à cela de belles réparties dans les dialogues, des jeux de mots, des blagues potaches :

"- Aïe, aïe, aïe... Poussin n'est pas un poulet, c'est un courtisan.

- On le sait tous, monsieur Sirauton, et j'ai peur qu'il s'en tienne à la version sectaire, plus médiatique que la trompe-couillon.

- Je le crains aussi. Poussin noierait son poisson rouge pour passer à la télé." (p.64)

De beaux personnages, hauts-en-couleurs et en premier Archi, ex-juge costard-cravate-cheveu-court, devenu vigneron barbu-chevelu-baba-cool, sans oublier Bougonne la gouvernante du manoir et Tirbouchon, le chien doté d'un sens de l'observation peu commun et à qui colle parfaitement l'expression "Il ne lui manque que la parole" : il nous fait d'ailleurs les honneurs de la visite du manoir dès les premières pages. Alouette, travesti qui arpente les routes du village au volant de son camping-car bénéficie d'un portrait dont je ne peux raisonnablement vous priver :

"Coffrée comme un blockhaus, la tignasse babélienne, Alouette était du genre dodu. Des tonnes de rimmel couvraient ses yeux porcins. Des surcouches de poudre masquaient ses traits épais. Côtés fringues, les habitués des rues chaudes en voyaient peu de si professionnelles. Avec ses cuissardes dartagnesques, ses bas résille et son chemisier léopard, la consciencieuse respectait la tradition." (p.217/218)

Je ne connaissais pas du tout Philippe Bouin, qui, ai-je appris a déjà écrit plusieurs romans policiers dont des enquêtes menées par Sœur Blandine et Dieudonné Danglet ; comme eux, je ne doute pas un instant qu'Archi revienne pour de nouvelles aventures joyeuses et policières.

 

polars

région-copie-1

rentrée 2013

Commenter cet article

Emma 23/11/2013 21:37

A priori pas trop tentée mais à le lecture des extraits que tu as mis, je le note. Et tu colles à l'actualité en plus ;-)

Yv 24/11/2013 09:02



Au plus près de l'actualité tu veux dire



Liliba 17/11/2013 18:07

Oh oh voilà qui devrait me plaire ! Et un verre de pinard en couverture, ça ne se refuse pas !!!

Yv 18/11/2013 09:26



A la tienne...



Fransoaz 16/11/2013 12:01

Entre ton bel avis et celui de Oncle Paul on doit tout faire pour retenir le nom de cet auteur! Tu me diras si le nouveau partenariat que tu cherches à mettre en place "Une bouteille contre une
critique" fonctionne!
Ah, l'Irouléguy de mes vacances!!

Yv 16/11/2013 14:03



J'espère qu'il va fonctionner ce partenariat, c'est bientôt les fêtes...



Oncle Paul 16/11/2013 10:57

Bonjour Yv
Un roman que j'ai dégusté sans modération...
C'est toujours un plaisir de retrouver Philippe Bouin, dont les premiers romans sont parus chez Viviane Hamy et ceux que j'ai lu chez Archipel : La Gaga des traboules, comptine en plomb, Va brûle
et me venge, Pars et ne dis rien, Paraître à mort...
Un vrai régal...
Amitiés

Yv 16/11/2013 14:02



Bonjour Paul,


je t'avoue que je ne connaissais pas du tout l'auteur avant ce roman, mais je suis loin d'être un spécialiste du genre. En tous les cas, j'ai bien aimé cette virée dans le beaujolais


Amicalement,



Aifelle 16/11/2013 10:08

J'aime bien le Beaujolais et la région est belle. A l'occasion, pourquoi pas.

Yv 16/11/2013 10:10



Tu as tous les ingrédients en ta faveur