Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le soleil des Scorta

Publié le par Yv

Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé, Benjamin Bachelier, Éd. Tishina, 2014.....

Lorsque Luciano Mascalzone revient à Montepuccio, village des Pouilles un jour où le soleil est plus que brûlant, il sait qu'il y mourra dans très peu de temps. Il frappe à la porte d'une femme qu'il a aimée quinze ans plus tôt, avant de se retrouver en prison. Elle lui ouvre, ils s'aiment. De cette brève union des corps naîtra Rocco, qui sera élevé par la famille Scorta dans un autre village. Rocco sera le premier des Scorta à s'installer à Montepuccio. Sa descendance y restera parfois malgré elle. La famille Scorta vivra des hauts et des bas, Carmella, Domenico, et Giuseppe, les enfants de Rocco devront faire face à la pauvreté et tenteront de se relever, pour eux, pour leurs enfants, pour l'honneur et dans le pays et sous le soleil accablant qu'ils ne peuvent quitter. 

Lorsque les éditions Tishina m'ont demandé si je voulais bien lire et commenter leur nouveau livre, j'ai d'abord, comme toujours lorsque je suis sollicité par mail, visité leur site et regardé plus largement ce qu'elles proposaient : des livres, des textes connus illustrés, Le soleil des Scorta est le deuxième, le premier est Soie, d'Alessandro Baricco. Je me suis laissé tenter -ce que je ne fais que très rarement- d'abord parce que je n'avais jamais lu ni ce roman de Laurent Gaudé, ni aucun autre d'ailleurs et ensuite, parce qu'un roman illustré, cela me faisait renouer avec mes années adolescentes et les romans de Jules Verne ou les romans d'aventures illustrés que je lisais. Je reçois donc ce livre aimablement envoyé par Antoine Ullmann, et ma première impression est excellente, puisque le livre est beau. Gros et beau. Une couverture au "pliage complexe qui fait rager les imprimeurs" (p.366 -et oui, je lis jusqu'au bout, même les indications finales de fabrication du livre), qui donc se déplie, façon poster, recelant en son recto un arbre généalogique des Scorta. La mise en page et la police sont irréprochables, et la version italique d'icelle est très classe et facilement lisible, ce qui n'est pas toujours le cas des polices en italique.

Je continue mon exploration en commençant la lecture du roman, et dès les premières lignes, je suis totalement embarqué et ceci, jusqu'au bout, sans aucun temps mort. Je rappelle ici aux ignorants -dont je faisais partie avant, mais c'était avant- que Le soleil des Scorta est écrit en 2004 et qu'il a reçu le Prix Goncourt cette même année, ce qui n'est pas à mes yeux une preuve de qualité de l'œuvre littéraire, mais il se trouve que cette année-là, les jurés ne sont point trompés. Laurent Gaudé a une écriture à la fois directe et poétique. Il procède par phrases courtes, parfois par images, qui s'imposent pour parler d'une chaleur indescriptible : "Un homme poussiéreux et sale entrait dans la maison des Biscotti, à l'heure où les lézards rêvent d'être poissons, et les pierres n'y trouvèrent rien à redire." (p.17). Les Scorta ont cette terre si pauvre dans le sang ainsi que le soleil qui les brûle mais qu'ils ne trouveront jamais ailleurs : "Jamais un Scorta, donc, ne pourrait se soustraire à cette terre misérable. Jamais un Scorta n'échapperait au soleil des Pouilles. Jamais." (p.221). Quitte à souffrir, et ils souffriront, ils restent à Montepuccio. C'est un roman sur l'attachement tant aux siens qu'à la terre, sur l'honneur -à l'ancienne- d'une famille rurale et fière, consciente qu'elle n'existe en tant que telle que sur cette terre. Une saga avec des personnages plus forts que d'autres qui sortent du lot, qui forgeront l'ossature de la famille mais qui ne peuvent le faire que parce qu'ils sont tous ensemble. Une ode à la famille, aux liens familiaux ou non que l'on tisse dans sa vie. Un texte magnifique et fort que je ne regrette pas de n'avoir pas lu plus tôt, car j'ai pu, grâce à cet oubli, le lire dans sa version illustrée par Benjamin Bachelier. 

Les illustrations sont très variées, dans les techniques (aquarelles, dessins, acryliques -bon, là j'ai pris les renseignements dans le dossier de presse) et dans les thèmes, les tons et les couleurs. Ils collent parfaitement au texte. Les dessins sur la chaleur accablante rajoutent quelques degrés, par leurs couleurs chaudes. Ceux qui sont dans le chapitre sur la tarentelle sont absolument formidables, en noir et blanc et l'on voit la danse voire la transe des gens dessinés -c'est dommage que je ne puisse pas découper les pages, je les aurais bien encadrées et accrochées. On est assez loin de mes lectures d'enfance, car là les illustrations de B. Bachelier sont vraiment une lecture particulière du roman, on prend le temps de s'arrêter de lire pour les regarder, les contempler. C'est un roman illustré pour adultes. Un très bel ouvrage, de très grande qualité à tous les niveaux, et je remercie vivement les éditions Tishina pour leur proposition.

Commenter cet article

Emma 12/11/2014 08:55

Je pensais le concours terminé alors je tente ma chance, et oui quand j'ai laissé mon premier commentaire je n'avais pas d'idée mais maintenant oui : je propose donc Ce que je sais de Vera Candida
de Véronique Ovaldé ou le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sépulveda illustré par Myles Hyman.

Yv 12/11/2014 13:20



Oui, j'avais oublié de mettre une date butoir, voilà, c'est fait désormais. Merci pour ta participation, je ne connais pas l'illustrateur dont tu parles



Jostein 31/10/2014 22:30

J'ai apprécié de relire Le soleil des Scorta avec les couleurs de Benjamin Bachelier. Il me semble que les illustrations donnent une dimension plus humaine, une ambiance encore plus chaude au
roman.
En tout cas, ces albums sont vraiment de beaux livres et j'ai hâte de savoir quel sera le troisième couple auteur/illustrateur.
Je ne participe pas au concours puisque j'ai déjà le livre mais j'ai plusieurs idées de couples idéaux pour Tishina.

Yv 01/11/2014 16:35



Une belle idée que celle des éditions Tishina et du beau travail. Une très jolie manière de lire ou relire de grands textes 



Noukette 28/10/2014 21:24

Gaudé, mon chouchou... Je relirai avec plaisir le roman dans cette magnifique version !

Yv 29/10/2014 18:55



Une belle manière de le relire effectivement



Asphodèle 28/10/2014 17:04

Ha merci, j'avais oublié, tsss !

Yv 29/10/2014 18:54







Asphodèle 27/10/2014 20:14

Laurent Gaudé est un de mes auteurs préférés, et ce livre (sur les 4 que j'ai lus de lui) reste mon préféré avec La porte des enfers... La mort du roi Tsongor est très bien aussi, Gaudé c'est un
style avant tout !
Sinon, j'ai Soie justement dans sa version illustrée par Rébecca Dautremer et c'est très beau donc pour une fois je postule ! Je dirai Le dernier gardien d'Ellis Island de Gaëlle Josse par
Ferrandez (j'ai aimé ce qu'il a fait avec l'Etranger de Camus)...

Yv 28/10/2014 08:51



J'ai honte, je ne l'avais jamais lu... Très bon choix, je verrais bien le roman de Gaëlle Josse illustré, dans des tons noirs... N'oublie pas également de "liker" la page facebook du Soleil des
Scorta



Emma 27/10/2014 14:37

Un bien beau livre illustré pour un de mes romans favoris !

Yv 27/10/2014 16:31



Je comprends qu'il puisse être un roman "favori" , il est très bien écrit, beaucoup de force



Alex-Mot-à-Mots 27/10/2014 12:02

Qui sait, cet album pourrait me réconcilier avec l'auteur, car même en livre audio, je n'y arrive pas.

Yv 27/10/2014 16:31



Aïe, première tentative pour moi et une réussite



Aifelle 27/10/2014 10:55

Je n'ai pas lu Gaudé, ça pourrait être une manière agréable de commencer. J'ai liké et pour le livre, j'aimerais "le cœur cousu" de Carole Martinez illustré par Guillaume Sorel.

Yv 27/10/2014 16:30



Il paraît que Le roi tsongor est bien aussi, mais frnachement j'ai beaucoup aimé celui-ci. merci pour ta proposition alléchante, je n'ai pas lu le roman et j'ai aimé Le Horla de G. Sorel



Kathel 27/10/2014 08:55

Je participe volontiers, merci ! J'aime la page FB et je choisis un autre Gaudé, Eldorado, illustré par Jacques Ferrandez.

Yv 27/10/2014 09:13



Ah oui, quand même ! Je viens de finir un Ferrandez/Camdeborde (le cuisinier) dont je parle bientôt



Hélène 27/10/2014 08:42

Un livre que je relis souvent! De très belles pages sur la famille ...

Yv 27/10/2014 09:12



Exact et dans sa version illustrée, il est excellent mais moins pratique à lire dans le métro