Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le silencieux

Publié le par Yv

Le silencieux, Michel Bouvier, Ravet-Anceau, 2013...,

Charles Vanhist est un élève brillant mais très seul. Il n'est pas liant et ne désire pas vraiment avoir d'amis. Il vit seul avec sa mère dans leur grande maison depuis le divorce de ses parents ; ils se côtoient sans se parler. Il ne voit presque plus son père et son frère aîné qu'il a définitivement classés dans la catégorie des cons. Lorsqu'il retrouve sa mère assassinée dans sa baignoire, la petite vie qu'il s'est forgée ne tient plus.

J'ai déjà lu le premier polar de Michel Bouvier (Lambersart-sur-deuil) dont j'ai dit beaucoup de bien. Son second roman policier se déroule à Marcq-en-Barœul ("à la Porte d'Auteuil, à Gallipoli..."*). Comme pour le premier on lit ce roman plus pour l'écriture, le style, les personnages on ne peut plus fouillés : le jeune Charles est en proie aux doutes et questionnements -on le serait à moins au vu des événements et de son âge-, il rencontre un journaliste à la retraite, une vieille voisine bigote, le policier chargé de l'affaire, un psychiatre un brin retors (pléonasme ?) et Priscilla sa future belle-mère, qui tous vont le titiller, le pousser dans ses retranchements, l'obliger à se remettre en question, lui si sûr de lui. "Essayant de trouver en lui quelque trace d'un tel lien [l'amitié] où les âmes "se mêlent et se confondent l'une en l'autre", il n'avait rien trouvé qui en approchât, ne serait-ce que du plus loin. Ce qu'il connaissait n'était jamais que son isolement, la perception de sa solitude, et cette perception n'était ni désagréable ni inquiétante ; non seulement il ne connaissait que cet isolement, mais il jugeait que cet isolement était heureux, puisqu'il s'y sentait à l'aise, tranquillement laissé à lui-même, et en sécurité par le fait que les occasions d'émotions en étaient fortement diminuées."(p.70)

Tous les personnages qui interviennent ont droit à leur moment de gloire dans ce livre : chacun est décrit en une page ou une page et demie même les secondaires voire les tertiaires... Et à chaque fois c'est un régal, la personne décrite se dévoile sous nos yeux, physiquement certes, mais aussi ses tourments, ses complexes, ses doutes et ses forces. Si je fais fi des propos de la dévote Mme Renardaim un peu lourds pour un mécréant comme moi et un dialogue entre le flic et Charles qui m'a fait hérisser les cheveux :

"- Vous faites vos études dans un lycée catholique, je crois ?

- Oui. Mon père disait qu'on n'est bien servi que lorsqu'on paie. Voilà pourquoi il avait décidé de payer pour mes études.

- Il n'est donc pas si con, ce bon père !" (p.207),

moi, le défenseur de l'école publique, moi qui n'ai rien contre les parents qui mettent leurs enfants dans l'enseignement privé mais qui en secret (dévoilé) rêve d'une école publique et unique (ou vice-versa), je ne pouvais laisser passer cette remarque sans rien dire, voilà, c'est fait !... si je fais fi disais-je donc de mes quelques agacements purement personnels, je dois ici révéler que ce livre est un régal : écriture léchée, humour, ironie, portraits précis des protagonistes et le sens et le goût de la belle phrase. Et l'intrigue me direz-vous ? Elle est secondaire, elle permet à l'auteur de présenter une galerie de personnages et de les mettre en rapport grâce (ou à cause) du meurtre. Elle sera résolue bien sûr, hâtivement sur la fin, sans vraiment de surprise, mais encore une fois, là n'est pas l'essentiel. 

* Nino Ferrer

 

 

 

rentrée 2013

polars

région-copie-1

Commenter cet article

zazy 07/10/2013 20:49

Impossible, je suis claustro

Yv 08/10/2013 16:06



alors dans ton jardin



zazy 07/10/2013 17:14

Encore et encore, Yv, comment vais-je faire pour tout lire ???

Yv 07/10/2013 20:22



tu ne sors plus de chez toi pendant 15 jours ?



Alex-Mot-à-Mots 07/10/2013 15:04

Je ne suis pas fan de descriptions, mais à te lire, elles ont l'air géniales.

Yv 07/10/2013 16:28



Oui Michel Bouvier écrit très bien



clara 07/10/2013 08:51

Rien que pour l'écriture, je le note!

Yv 07/10/2013 11:38



Tu devrais te régaler



Emma 05/10/2013 22:03

Pourquoi pas, pour passer un moment agréable d'autant plus que l'écriture a l'air sympa.

Yv 06/10/2013 09:21



Très belle écriture qui tranche un  peu dans le genre polar



Asphodèle 05/10/2013 11:18

J'ai toujours un peu de mal avec les polars français mais si l'écriture est belle, alors je note...

Yv 06/10/2013 09:20



Il me paraît pourtant difficicle de faire une catégorie "polars français" ou alors, à l'intérieur beaucoup de cases très différentes, d'après ce que j'ai pu lire tous les genres y passent polar
d'atmosphère, polar psychologique, polars vitaminés, ... A mon avis, très largement aussi diversifiés que des polars états-uniens