Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le papillon de papier

Publié le par Yv

Le papillon de papier, Diane Wei Liang, Nil éditions, 2010
Chine, fin du XXème siècle, Lin est libéré du camp de travail dans lequel il a purgé une peine de huit ans pour avoir participé aux événements de la place Tienanmen, en 1989.
Dans le même temps, Kaili, jeune chanteuse à la mode disparait. Son producteur, M. Peng fait appel à Wang Mei, détective privée pour la retrouver.
J'ai reçu ce roman policier grâce au partenariat de l'éditeur (en fait, Nil éditions fait partie du groupe Robert Laffont) et de B.O.B. A l'ouverture de l'enveloppe, j'ai vu une couverture magnifique : un beau rouge vif avec le papillon noir et blanc. Maintenant, reste à savoir si le contenu vaut le contenant. Eh bien, je suis assez satisfait de ma lecture. Alors, certes, ce n'est pas le polar du siècle, et l'enquêtrice manque un peu d'épaisseur, mais l'insertion dans la société chinoise est intéressante.
Ce qui est bien avec les livres c'est que l'on voyage. Très récemment, je suis passé au Royaume-Uni, en Suisse, à Versailles, en Italie, en Russie et donc en Chine maintenant, avant de repartir pour l'Italie. Je suis dans un état... Ca doit être le décalage horaire ???
Bon, revenons à notre enquête : on se doute que les deux histoires développées en parallèle vont se rejoindre. La confirmation arrive d'ailleurs assez rapidement. L'enquête, même si elle n'est jamais désagréable, n'est pas l'intérêt principal du livre à mes yeux. J'ai beaucoup aimé la description de la société chinoise : la difficulté de vivre au quotidien, le soutien des uns et des autres pour s'en sortir, l'impossibilité des autochtones de dire réellement leur façon de penser parce qu'ils ne savent jamais si leur interlocuteur ne va pas les dénoncer, la trahison, la difficulté d'être une fille ou une femme en Chine. Je me doutais de tout cela, mais là, c'est écrit par quelqu'un qui l'a vécu et qui, selon l'éditeur, était sur la place Tienanmen la veille de la sanglante répression.
Encore une fois -ça m'arrive assez souvent- je trouve que le contexte sauve très largement ce roman. Néanmoins, je ne serais pas contre suivre Wang Mei dans ses prochaines enquêtes -enquêtes qu'elle mène sous le couvert d'une entreprise de conseil, puisque les détectives sont interdits en Chine ! 
A bientôt donc, j'espère pour de prochaines aventures. 

Commenter cet article

Ys 21/03/2010 12:35


Quel plaisir en effet de voyager grâce à de bons livres, à la fois dans le temps et dans l'espace : dépaysement garanti et pour pas cher !


Yv 21/03/2010 13:44


C'est parfois un intérêt qui prime même sur la qualité de l'histoire. Les romans ne sont certes pas des guides touristiques, mais on peut se faire une petite idée d'autres pays et cultures.


Bénédicte 21/03/2010 10:44


il est vrai que la couverture est très belle


Yv 21/03/2010 13:41


Vraiment belle, et en vrai et en format livre, elle rend très bien.


Mango 21/03/2010 08:33


Je l'ai souvent constaté aussi! Parfois c'est le contexte qui sauve un policier à l'intrigue sans reliefs!


Yv 21/03/2010 13:40


Reste à savoir à quoi on accorde le plus d'importance : le contexte pour moi semble prioritaire