Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le mystère de Roccapendente

Publié le par Yv

Le mystère de Roccapendente, Marco Malvadi, Ed. Christian Bourgois, 2012

Toscane, 1895. Le baron de Roccapendente reçoit en son château un photographe, Ciceri et le très fameux Pellegrino Artusi, auteur de La science en cuisine et l'Art de bien manger. En compagnie de la nombreuse famille du baron : enfants, mère, sœurs et de la domesticité. Lorsqu'un matin, Teodoro, le majordome du château est retrouvé mort, enfermé dans la cave, de l'intérieur, tout le monde pense à un suicide, sauf Pellegrino Artusi. Le médecin appelé pour constater le décès s'aperçoit que le jeune homme a été empoisonné. Commence alors l'enquête du Délégué à la sécurité publique, Artistico de son nom, secondé en quelque sorte par Artusi.

Note liminaire : Pellegrino Artusi est un personnage réel. Né en 1820 dans une famille de commerçants, il profite de ses voyages dans son pays pour compiler les meilleures recettes des régions. Le livre qu'il publie ensuite est vite un best-seller. Pellegrino Artusi est considéré en Italie comme le fondateur de la tradition gastronomique italienne (d'après une note de l'éditeur).

Très sympa ce petit polar italien. Situé à la fin du 19ème siècle, dans une Italie tout juste réunifiée qui n'a pas encore atteint l'unité. Marco Malvadi joue sur l'aversion des uns pour les autres, sur la différence de classes sociales, se moque gentiment des nobles qui n'ont jamais travaillé de leur vie et qui sont bien incapables simplement d'y penser. Le travail est un concept très lointain et inatteignable -et surtout pas souhaitable- pour eux !

Les personnages sont assez caricaturaux, certains totalement engoncés dans leurs rôles de baronne-mère, de baron, de fils de noble, ... Caricaturaux, mais tellement bien décrits qu'on les imagine aisément tant dans leurs physiques que dans leurs manières d'être et de se comporter. Arrogance et suffisance pour certains. Morgue et sentiment de supériorité pour d'autres. La place des femmes n'est pas enviable et Marco Malvadi le dit clairement lorsqu'il parle de Cecilia, la fille du baron qui rêve de faire des études de médecine mais qui à cette époque ne peut qu'en songer. La seule aristocrate du lot qui vaille qu'on s'intéresse à elle, puisqu'elle même s'intéresse à autrui.

Ce qui fait le charme de ce bouquin, c'est aussi qu'il se passe au 19ème siècle mais qu'il est raconté par un auteur de maintenant bien dans son époque, qui se permet des incursions dans son récit pour commenter tel ou tel événement. Par exemple : "Quoiqu'il en soit, ce samedi-là un beau hors-programme occupa la scène : car jamais, avant ce jour-là, ni les résidents ni les domestiques n'avaient été réveillés par un hurlement aussi terrifiant que celui qui venait de surprendre le château. Ce hurlement inhumain était l'oeuvre de Mlle Barbarici, qui gisait au sol, étalée comme une peau de lion, devant une porte en fer et en bois située au sous-sol. La malheureuse était non seulement immobile, mais dûment évanouie, comme il convient à une femme dans un roman qui se déroule à la fin du XIXe siècle." (p.40/41). Ça donne une impression bizarre, un anachronisme voulu et revendiqué qui fait souvent sourire voire rire. Le langage est clair, direct et simple : "Tout cela, assaisonné des visites à Noël, de son beau-frère lieutenant des carabiniers du roi à Questa Pina Onorato Passalacqua, qui avait pris part à l'expédition mettant fin, des années auparavant, aux exploits du brigand Stefano Pelloni, plus connu sous le nom du "Passeur". Lequel beau-frère, immanquablement, lui cassait les couilles avec le récit de cette héroïque entreprise, y compris la fusillade au terme de laquelle la bande tout entière avait été arrêtée et le Passeur blessé à mort : fait dont le beau-frère, sans le dire clairement, laissait entendre qu'il était le responsable. Et lui [le Délégué Artistico], il était là, à remâcher son panforte et sa bile, conscient du fait que dans ce marécage de merde où on l'avait expédié, quand bien même on serait un héros, il n'y aurait jamais moyen de le démontrer." (p.63)

Ajoutons à cela des recettes de cuisine, des métaphores culinaires notamment celle concernant la mayonnaise un peu trop longue pour être citée (p.139/140) et la méthode imparable pour éviter les désagréments olfactifs liés à l'ingestion d'asperges : "La mauvaise odeur produite par les asperges peut se transformer en agréable odeur de violette si l'on verse quelques gouttes de térébenthine dans le pot de chambre." (p.217, tiré du livre de Pellegrino Artusi), et vous avez tous les ingrédients pour un polar historique italien de bonne tenue, idéal pour une lecture "pas prise de tête".

 

 

dialogues croisés

Commenter cet article

zazy 10/06/2012 17:25

J'aime bien l'aisance la nuit !!! quant à la térébenthine, j'ai du stock car je m'en sers pour décirer mes meubles en chêne

Yv 10/06/2012 18:35



C'est la fin de saison pour les asperges, mais tu nous tiens au courant pour l'odeur de violette !



Gwenaëlle 10/06/2012 11:15

C'est tout à fait le genre de livre que j'aime. Chouette, c'est bientôt mon anniversaire et mon mari aura sans doute besoin de quelques suggestions... ;-)

Yv 10/06/2012 15:39



Donne-lui mon adresse de blog, je me ferai un plaisir de la conseiller !



zazy 10/06/2012 11:14

J'ai noté l'astuce pour les asperges et je vais suivre ce conseil !!!!

Yv 10/06/2012 15:39



Je vois qu'il y a donc contrairement à un commentaire précédent encore des seaux d'aisance de nuit ! Reste à trouver la thérébentine.



Asphodèle 09/06/2012 17:31

A vrai dire il n'y a même plus de pots de chambre, même dans les campagnes reculées comme la mienne !^^ Mais je le note car je cherche (justement) de la littérature italienne contemporaine (et
grecque si tu as cela en stock, hein ? Sait-on jamais !)^^...

Yv 10/06/2012 15:38



Ce ne sont pas mes livres les plus fréquents. Peut-être Gaetano Capelli en Italien, Silvia Avallonne (à voir sur le blog) ?



Lystig 09/06/2012 08:15

je n'ai jamais essayé les gouttes de violette...

Yv 10/06/2012 15:36



Mais les asperges, oui (Ce sont des gouttes de thérébenthine !)