Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le monde du Douanier Rousseau

Publié le par Yv

Le monde du Douanier Rousseau, Yann le Pichon, CNRS Editions, 2010

Yann le Pichon est historien de l'art, spécialiste de Henri Rousseau (1844-1910). Il est également le légataire universel du peintre. Ce livre est une réédition complétée et rajeunie, dixit l'éditeur. Du Douanier Rousseau, je ne connaissais que les scènes dans la jungle, j'ai pu parfaire ma culture en regardant tout ce qu'il a fait avant et après qui n'a absolument rien à voir. Il a peint des vues de villes, des scènes paysannes, des portraits, des natures mortes. Son oeuvre est beaucoup plus vaste que ce que l'on peut imaginer. Merci à Gilles Paris pour mon enrichissement personnel.

Rousseau, qui doit son surnom de douanier au fait qu'il travaillait à l'Octroi de Paris, est un autodidacte. Il n'a jamais maîtrisé les perpectives ni les volumes ; sa peinture "répète les "défauts" qui ne sont que les revers des médailles des enfants : excès de spontanéité, égocentrisme candide, goût accusé pour l'anecdote, simplification caricaturale des sujets, manque de maîtrise des proportions et des volumes, incapacité à rendre la perspective et la profondeur, abus des contrastes de couleurs, application laborieuse dans les détails ... Comme eux aussi [les enfants], il est mû par le sentiment d'appartenir à la nature même, et d'en être partie prenante." (p.100) Il exposera aux salons des Indépenadnts pendant des années suscitant toujours les mêmes critiques rigolardes et moqueuses d'une grande partie des journalistes ; malgré tout, certains d'entre eux, ainsi que d'autres peintres verront d'un très bon oeil la peinture de Rousseau.

Il est remarqué et fêté sur le tard par la bande du Bateau Lavoir : Picasso, Max Jacob, et surtout Guillaume Apollinaire dont il deviendra l'ami et qu'il peindra en compagnie de sa muse Marie Laurencin.

L'intérêt de ce livre est bien sûr de faire connaître la peinture du Douanier Rousseau, mais aussi de juxtaposer à ses oeuvres, celles dont il s'est inspiré et celles qu'il a inspirées. Ainsi, Yann le Pichon met face aux tableaux de Rousseau, les cartes postales, les gravures qu'il a copiées ou qu'ils l'ont influencé mais aussi les tableaux d'autres peintres très inspirés de ceux de Rousseau. Il est intéressant de voir par exemple, que le célèbre Guernica de Picasso est inspiré d'une toile de Rousseau : La guerre. Elle passe effrayante, laissant partout le désespoir, les pleurs et la ruine (1895), qui elle même est une interprétation d'une gravure de Goya, Los desastres de la guerra (1810).

Un bouquin assez exhaustif de l'oeuvre du peintre Naïf le plus célèbre de nos jours, car de son vivant, il n'a pas vécu de son art, et qui montre que cet homme doux, naïf et crédule (il ira même en prison pour avoir cru aider un jeune homme, qui en fait montait une escroquerie à son insu !) a été "l'un des principaux parrains [de trois grands mouvements de l'art moderne] : le surréalisme, le cubisme et bien entendu, l'art naïf." (note de l'éditeur)

Vous n'avez pas d'idée de cadeau pour les fêtes : en voici une.

Commenter cet article

Marie 22/11/2010 22:23


Ah, j'allais oublier, j'adore la couverture de ce livre !


Yv 24/11/2010 15:37



Il s'agit de La charmeuse de serpent de Rousseau, sa période jungle exotique



Marie 22/11/2010 22:22


Tout comme Mélusine, je ne connais ce peintre que de nom... Heureusement qu'il y a des livres, et des blogueurs aussi, pour nous rendre moins ignares !!! :-)
Sérieux, merci pour tous ces renseignements !


Yv 24/11/2010 15:36



Il y a aussi les livres !!!



Mélusine 19/11/2010 21:34


Honte à moi ! je ne connais ce douanier seulement de nom ! et tu en parles si bien que je me sens un peu plus instruite....


Yv 19/11/2010 22:12



Les grandes toiles de jungle sont assez connues, mais il ya tellement de peintres à connaître...