Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Le manuel du serial killer

le_manuel_du_serial_killer_01.jpgLe manuel du serial killer, Frédéric Mars, Éd. Hachette, 2013

Thomas Harris est un jeune homme, étudiant à Harvard, bénéficiant d'une bourse pour étudier, car très bon élève, mais orphelin depuis le jour de ses dix ans : ses parents se sont noyés lors d'une balade en barque. Une série de meurtres d'enfants qui convulsent, perdent leur sang se produit à Boston, comme dix ans auparavant. Thomas, étudiant renfermé et notoirement amateur de romans policiers, est amené à s'y intéresser par la directrice de la section littérature, qui le lui conseille pour valider sa thèse. Un binôme est créé avec une étudiante, qui étrangement porte le même nom de famille que lui, Sophie Harris.

Je veux rester très léger dans mon résumé, ne dévoiler aucun des rebondissements du livre, et des rebondissements, il y en a légion. Plus que dans deux ou trois thrillers réunis parfois. Jusqu'à quasiment l'ultime ligne. Un roman qui commence très fort par l'agonie d'une première petite victime, pas détaillée, donc très supportable (dans un roman uniquement bien sûr) ; l'hémoglobine n'est d'ailleurs pas le fond de commerce de ce livre ; Frédéric Mars suggère, décrit mais laisse l'imagination du lecteur faire son oeuvre. C'est très bien, drôlement bien mené et maîtrisé et si l'on sent au cours de l'histoire que certains détails ne collent pas ou si même on peut se sentir un peu perdu (ce qui a été mon cas assez régulièrement), c'est pour mieux servir le dénouement et l'explication finale. Les personnages sont assez complexes pour tenir la route jusqu'au bout, Thomas est un jeune homme coincé, phobique : "Je ne pratique mes incursions hors de Cabot, jusqu'au réfectoire de l'autre côté de la grande pelouse du Quad, qu'aux heures les plus creuses. Je vais jusqu'à utiliser mes jumelles pour scruter le réfectoire illuminé et dénombrer les étudiants qui s'y restaurent. A plus de dix occupants, je renonce. A moins, je m'y aventure, non sans d'infinies précautions." (p.100). Tous les autres, les seconds rôles peuvent à tout moment être des "amis" de Thomas ou des suspects, à chacun leur tour.

Voilà pour tout le bien que je pense de ce bouquin, mais je dois dire que si je l'ai trouvé très bon, je l'ai aussi trouvé long et bavard. Les à-côtés, les débuts de chapitre ralentissent le rythme et ne sont pas particulièrement indispensables au bon déroulement de l'histoire. Ils peuvent avoir plusieurs fonctions :

- grossir le bouquin (462 pages) ? Inutile à mes yeux, un thriller ne peut avoir que 300 pages et ne pas lésiner sur la qualité.

- faire des effets de style ? Le thriller n'est pas le genre le plus littéraire qui soit (d'ailleurs F. Mars le dit lui-même dans son roman), et l'auteur à l'écriture agréable, fluide ne fait pas montre ici d'un style qui ferait passer ses apartés pour des petits bijoux littéraires inévitables.

J'avoue donc ici avoir lu pas mal de pages en diagonale pour ne pas rater l'intrigue, mais pour ne pas m'appesantir sur des considérations moins captivantes.

L'expérience néanmoins reste positive car F. Mars sait jouer avec nos nerfs, avec nos pensées. Il les dirige puis les emmène vers d'autres pistes pour les embarquer encore totalement ailleurs. Du grand thriller -un peu trop délayé pour moi-, qui ne se lâche pas tant qu'on a pas la fin mot de l'histoire.

On en parle sur Babelio,

Merci Inès et Gilles Paris

 

thrillers

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Géraldine 07/04/2013 20:56

J'ai adoré et de mon côté, j'ai trouvé que pour une fois, dans un thriller, on ne se perdait pas dans l'inutile et les descriptions. Comme quoi, nous avons tous les deux aimés mais notre ressenti
est différent !

Yv 09/04/2013 09:01



Tant mieux que nous ne soyons pas d'accord sur tout, c'est ce qui fait que parler de bouquins est intéressant



Gwenaelle 03/04/2013 18:49

Comme toi, je n'hésite pas à sauter les passages "blablas", aussi tes bémols ne me dissuadent pas de la lecture de ce roman qui a l'air haletant.

Yv 04/04/2013 17:38



Il l'est et sauter des passages ne nuit pas à la compréhension



Liliba 03/04/2013 15:10

Justement, je ne l'ai pas trouvé gros du tout ! Je suis plongée dans Les apparences de Guillian Flynn qui est bien plus conséquent !

Yv 03/04/2013 17:24



Moi, passé 280/300 pages, c'est un gros livre...



Stephie 03/04/2013 11:15

Je dois le lire dans les jours à venir. Je repasserai ;)

Yv 03/04/2013 14:10



A bientôt alors



Liliba 03/04/2013 08:51

Ah je n'ai pas eu l'impression que c'était bavard... mais il faut dire que j'étais scotchée par l'histoire !

Yv 03/04/2013 14:10



ça vient sans doute de moi et de ma phobie des gros livres...



zazy 02/04/2013 21:51

Pour Frédéric Mars, j'attendrai l'année prochaine, car, je ne sais si tu es au courant, mais nous sommes en Avril !

Yv 03/04/2013 08:20



Ah zut, à deux jours près, j'étais dans les clous...



clara 02/04/2013 16:56

Ce livre ne m'attend pas donc billet lu en entier ( si!) et pas en diagonale... tout ça pour dire que tes bémols font pencher la balance du mauvais côté.

Yv 02/04/2013 17:06



Oui mais mes billets ne sont pas ennuyeux ;) !



Alex-Mot-à-Mots 02/04/2013 16:52

J'ai hâte de le lire, j'avais bien aimé ses précédents.

Yv 02/04/2013 17:05



Quant à moi, je ne suis pas impatient de lire ses autres livres



keisha 02/04/2013 13:46

Lu en diagonale, surtout les bémols, mais il m'attend sur l'étagère!

Yv 02/04/2013 16:29



Bonne lecture avec les bémols



La Pyrénéenne 02/04/2013 10:13

Billet lu en diagonale car lecture en cours ...

Yv 02/04/2013 16:29



A bientôt alors