Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Le diable s'habille en Voltaire

diable-copie-1.jpgLe diable s'habille en Voltaire, Frédéric Lenormand, Le masque, 2014 (Lattès, 2013)...

 

Lorsque le père Pollet, confesseur du Cardinal de Fleury, qui gouverne la France de 1733, trouve au sein de son abbaye un cadavre, puis autour d'icelui des traces de pas de bouc, il sait tout de suite qu'il a à faire au Malin. Conscient que divulguer cette mort risque de lui jouer des tours, il veut une enquête discrète et soigner le Mal par le Mal. Il la confie donc à celui qui, à ses yeux, et à beaucoup d'autres de l'époque, est le Diable personnifié, Voltaire. Celui-ci tout heureux de pouvoir affronter enfin un adversaire à sa mesure, relève le défi, toujours accompagné d'Emilie du Châtelet, sa maîtresse et de Linant son secrétaire dévoué, plus un petit nouveau, Lefèvre.

 

Troisième tome des aventures de Voltaire mène l'enquête, chacun pouvant se lire indépendamment. Le même plaisir qu'à la lecture de Meurtre dans le boudoir. Cette série est à la fois érudite, légère et littéraire. Pas mal pour un polar, genre que d'aucuns classent rapidement dans une espèce de sous-catégorie, de celle qu'on lit uniquement pour se distraire, en été de préférence. Le style est alerte, enlevé, souvent très drôle, les réparties de Voltaire font mouche, mais aussi son ridicule, ses tenues vestimentaires d'occasion, démodées, sa perruque très haute, l'immense estime de soi qu'il a et c'est un euphémisme, l'assurance qu'il a d'être le meilleur de tous, sa tendance très forte à l'hypocondrie ou à la plainte pour qu'on s'occupe de sa grande personne, ce dont ses habitués ne sont pas dupes : "Les Dumoulin [ses logeurs] le rassurèrent [Lefèvre, son nouveau secrétaire] : quand on meurt si lentement, l'entourage peut profiter du mourant sans trop d'inquiétude." (p. 41)

Dans cette série, on est toujours entre le conte voltairien, l'enquête policière, le récit historique, car Frédéric Lenormand est documenté. Les mœurs de l'époque sont décrites par le menu, les croyances, l'hygiène. Il parle également de la tragédie Adelaïde Du Guesclin que Voltaire tente de monter à la Comédie française et qu'il va devoir mettre en scène en bousculant les acteurs et actrices habitués à déclamer ; lui veut qu'ils jouent, qu'ils fassent pleurer le public ; les acteurs de l'époque (quid de maintenant ?) ne sont pas faciles à manœuvrer, la résistance et le corporatisme sont très présents, les réparties particulièrement bien senties également, notamment de deux d’entre eux, Quinault et Grandval.

En dépit de toutes ces qualités, cet épisode souffre de quelques longueurs en son mitan, des situations un brin répétitives dont on peut aisément se passer qui nuisent un tantinet à la bonne humeur générale, qui revient cependant bien vite en fin de volume. 

 

On ne lit pas Voltaire mène l'enquête pour les intrigues, mais pour le plaisir de suivre un enquêteur peu ordinaire, imbu, petit et souffreteux mais aux ressources physiques insoupçonnées, celles de son brillant esprit ne nous surprennent pas mais au service de résolutions de meurtres, elles étonnent fort agréablement. Une série vraiment plaisante, originale et décalée que je suis puisque le tome suivant attend juste que je l'ouvre.


 polars 2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cathe 09/08/2014 19:39

Comme toi je lis la série, il m'en reste encore un... Pas inoubliable mais léger, érudit, drôle.... ;-)

Yv 10/08/2014 09:31



Tout à fait d'accord et on est dans le même timing, encore un



Aliénor 25/07/2014 08:18

Tu sais nous donner envie de découvrir cette série !

Yv 25/07/2014 18:01



Elle le mérite



le Merydien 24/07/2014 20:36

Tout comme tu dis, sauf que j'ai un tome de retard sur toi.Tout dépend d'ailleurs même si l'ordre n'est pas important, je préfère les lire dans le bon. De sa rencontre avec sa douce amie jusqu'à
celui ci.Donc en fait nous en avons lu autant mais pas dans le même ordre.

Yv 25/07/2014 17:57



En fait, il me manque le premier de la série, mais pas grave ; j'ai aussi le suivant mais je ne l'ai pas encore lu.



Violette 24/07/2014 14:28

tu sais convaincre par les mots!

Yv 25/07/2014 17:55



Là, c'est plutôt Voltaire qui convainc



zazy 24/07/2014 10:30

Ah bon, Voltaire ce n'est pas le nom d'un fauteuil et d'un quai à Paris ??

Yv 24/07/2014 13:34



Je reconnais bien là ta grande culture, heureusement que tu es là pour nous rappeler l'origine du mot Voltaire, l'autre doit être un usurpateur



zazy 23/07/2014 15:32

ça me changerait de la Russie

Yv 24/07/2014 08:42



Oui, c'est la France du 18°... siècle pas arrondissement



Oncle Paul 21/07/2014 18:55

Bonjour Yv
J'aime bien ce roman tout comme toi à cause ou grâce au personnage de Voltaire, qui nous dépoussière ce que l'on a pu apprendre sur lui à l'école. Et Crimes et condiments est tout autant
excellent...
Amitiés

Yv 22/07/2014 15:00



Bonjour Paul, 


Crimes et condiments est posé sur mon chevet et ne devrait pas tarder à suivre le chemin jusque vers mes mains. Je ne doute pas qu'il soit de la même qualité que les autres


Amicalement,



keisha 21/07/2014 09:27

Toi, t'es accro à la série!

Yv 21/07/2014 17:19



Accro, c'est peut-être beaucoup dire, mais je l'aime bien, ça change