Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Le chant des âmes

RAPILLY-2011.jpg Le chant des âmes, Frédérick  Rapilly, Ed. Critic, juin 2011 (378 pages en comptant la Playlist), 20€

Une jeune fille est retrouvée morte, torturée, attachée à un arbre, dans la forêt de Brocéliande. Toujours sur les coups vendeurs, les médias se jettent sur l'histoire qui fait frémir dans les chaumières. Pour gagner encore plus en véracité, le rédacteur en chef de Paris Flash demande à Marc Torkan, retiré depuis 5 ans dans sa maison de Bretagne, isolé totalement du monde de médias de reprendre du service et de contre-enquêter. Marc, toujours pas remis du décès brutal de sa femme, Caroline commence par refuser, puis accepte et fait équipe avec une jeune photographe américaine, Katie Jeckson. Leur enquête les mène vers la Thaïlande pour un meurtre ressemblant, puis les fait entrer dans le monde de la musique techno, des rave-parties qui semblent être un lien entre les deux assassinats.

Deux livres en un : la première partie est un roman policier régional, breton. Entre Trehorenteuc,  Quiberon, Baden, on visite le Morbihan, son golfe, ses plages. Pas mal, en plus c'est une région que j'aime beaucoup. Le récit est linéaire, les deux personnages principaux, très présents, questionnent, recherchent des indices mais n'avancent pas beaucoup. Jusqu'à ce que Katie découvre un meurtre semblable en Thaïlande. Le roman devient donc international. Mais c'est un peu plus loin que commence vraiment la second partie : un troisième personnage intervient, que l'on pense bien être l'assassin. Il intervient comme dans d'autres romans du genre, d'abord en tant que narrateur en alternance avec les autres protagonistes et puis ensuite, en voix off, des chapitres en italique racontant son enfance et son parcours pour en arriver à son comportement actuel. Un peu avant cela, Marc émet l'hypothèse du monde de la musique techno comme lien entre les meurtres et là, apparaît Jillian, jeune DJ'ette qui va les guider dans cet univers.

Voici donc un roman bien construit. L'auteur prend le temps de bâtir l'intrigue, de nous mener vers son coupable. Pas haletant au départ, on avance doucement, puis petit à petit le rythme accélère pour arriver à son apogée à la fin, un peu comme le rythme que les DJ's imposent lors de leurs sessions. Un polar musical qui nous plonge à la fois dans le pop rock qu'écoute Marc, dans une moindre mesure dans la musique classique de Katie, mais surtout dans le monde de la musique électro. Un univers très particulier, avec ses codes. Frédérick Rapilly décrit cette musique comme une drogue : elle éclate dans les cerveaux de ceux qui l'écoutent pour ensuite se répandre dans leurs corps et leur faire faire des mouvements et des gestes de véritables transes. Il faut bien avouer que la drogue n'est jamais bien loin non plus !

Mon regret -puisqu'il y en a un- est dans le personnage de Marc Torkan qui est une véritable caricature : il a perdu sa femme, a quitté le monde qu'il adorait, est venu s'enterrer en Bretagne pour oublier. Il est ténébreux -on le serait à moins- et plaît donc aux femmes, mais lui ne s'intéresse pas à elles puisqu'il aime encore la sienne, morte cinq ans auparavant.

"Boom.

C'est ce qu'a ressenti Marc pendant longtemps. Se laisser couler. Oublier. Se faire oublier. Mais les choses changent. Il se surprend à se sentir excité par la traque menée depuis quelques jours. Comme si la vie l'avait réinvesti alors qu'il piste des mortes. Comme si l'action pouvait finalement servir de baume à une souffrance indicible." (p.216)

Un peu "too much", le Marco. Mais bon, on fait avec et heureusement, les deux personnages de femmes sont plus intéressants, bien que plus en retrait. D'abord Katie, photographe qui se découvre une passion pour les fait divers et ensuite Jillian, la DJ'ette. Elles apportent un peu de fraîcheur de spontanéité et d'originalité aux enquêteurs.

Un premier roman de Frédérick Rapilly, par ailleurs, journaliste, ex-grand reporter et DJ et auteur du blog Thrillermaniac, très prometteur, qui installe une vraie ambiance qui dure : sa description des nuits électro, des sons, de sessions des DJ's est convaincante, assez pour créer un contexte original, très moderne et actuel et musical qui reste donc à l'oreille après avoir reposé le livre fini.

Merci à Vincent des Agents Littéraires et à l'éditeur.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

nanet 21/06/2011 11:03


Je l'ai reçu attaché à un mail des agents littéraires. Ce qui est étonnant c'est que le lien soit fonctionnel si l'article n'est pas encore "publié"...


Yv 21/06/2011 11:06



Ah voilà, je comprends mieux ! Merci de ces précisions: en fait je n'ai pas donné de date de publication sur mon blog aux agents littéraires, donc, avec mon accord, ils publient quand ils
veulent, sachant que mon article est prêt à l'être sur mon blog. Merci et à bientôt



nanet 21/06/2011 10:53


J'ai le lien direct de l'article ! je ne connaissais d'ailleurs pas votre blog... avant.

Bonne journée, biz, nanet


Yv 21/06/2011 10:58



Si je puis me permettre d'insister, non pas que ce soit dans ma nature, mais je suis curieux, comment avez-vous eu le lien ?


Je vais faire plus curieux encore, je vais aller voir votre blog.



nanet 21/06/2011 10:11


C'est le deuxième article que je lis sur ce bouquin, et les deux vont dans le même sens... il entrera donc surement dans mes prochains lectures, même si Marco est un peu caricatural... Bon
ceci-dit, en tant que femme, peut-être succomberais-je à son charme ténébreux ?

Biz, nanet


Yv 21/06/2011 10:39



Ah, mais comment avez-vous fait ? mon article ne paraît que le 23/06 !


Pas grave, j'ai eu le plaisir de vous voir chez moi. Pour le charme de Marc, peut-être y suis-je insensible, tout simplement...