Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie mode d'emploi

Publié le par Yv

La vie mode d'emploi, Georges Perec, Le livre de poche, 2010 (Hachette Littératures, 1978)

Prenez un immeuble parisien, sis au 11 de la rue Simon-Crubellier. Enlevez la façade et décrivez tout ce qui se voit de la rue : les lieux, les gens, les décors, ... Ajoutez anecdotes, histoires, relations entre locataires et propriétaires, entre habitants des étages "nobles" et résidents des chambres de bonnes, et vous obtenez alors ce roman absolument insolite et riche. A la seule condition, évidente, nécessaire et suffisante que l'auteur en soit Georges Perec soi-même !

A la suite de ma lecture de Ce qui stimule ma racontouze..., j'ai eu une envie irrépressible de lire La vie mode d'emploi. Je m'suis dit : "Bon, c'est un gros livre, il vaut mieux le lire pendant les vacances, prendre le temps." Et c'est ce que j'ai fait. Mais la question qui me vint à l'esprit plusieurs fois, lors de ma lecture c'est : "Mais pourquoi, n'ai-je point lu ce roman plus tôt ? Ce livre est un chef d'oeuvre, comment ai-je pu passer à côté si longtemps ?"

Dans une écriture extrêmement simple et accessible, Georges Perec écrit le roman des romans. Celui dans lequel, en marge des personnages et des lieux décrits, naissent des histoires, d'autres lieux, d'autres personnages a priori sans relation avec les habitants du 11 rue Simon-Crubellier, mais ici, tout est lié, ne serait-ce que par une combine parfois ténue, mais toujours visible.

Bartlebooth est le personnage principal, celui qui lie un peu les autres, celui dont l'histoire est le fil rouge du roman : "Pendant dix ans, de 1925 à 1935, Bartlebooth s'initierait à l'art de l'aquarelle.

Pendant vingt ans, de 1935 à 1955, il parcourrait le monde, peignant, à raison d'une aquarelle tous les quinze jours, cinq cents marines de même format (65x50, ou raisin) représentant des ports de mer. Chaque fois qu'une de ces marines serait achevée, elle serait envoyée à un artisan spécialisé (Gaspard Winckler) qui la collerait sur une mince plaque de bois et la découperait en un puzzle de sept cent cinquante pièces.

Pendant vingt ans, de 1955 à 1975, Bartlebooth, revenu en France, reconstituerait, dans l'ordre, les puzzles ainsi préparés, à raison, de nouveau, d'un puzzle tous les quinze jours. A mesure que les puzzles seraient rassemblés, les marines seraient "retexturées" de manière à ce qu'on puisse les décoller de leur support, transportées à l'endroit même où - vingt ans auparavant- elles avaient été peintes, et plongées dans une solution détersive d'où ne ressortirait qu'une feuille de papier Whatman, intacte et vierge." (p153/154)

Ça c'est pour Percival Bartlebooth, mais les autres résidents ont tous des histoires ou des aïeux qui ont eu des aventures, rares, rocambolesques, désopilantes, comiques ou tragiques. Malgré les multiples intervenants, le lecteur n'est pas perdu. Perec fait des petits chapitres, consacrés à un habitant ou à la famille, ou plutôt à l'appartement et à ceux qui l'occupent ou l'ont occupé. A chaque fois, il replace ses personnages de telle manière que le lecteur s'y retrouve aisément.

Ce roman est absolument génial, un puits de connaissance dans tous les domaines : histoire, chimie, mathématiques, littérature, peinture, musique, sport, etc, mais jamais pédant, toujours pédagogique et à la portée du lecteur. Un roman qui alterne le burlesque, le cocasse, le drôle, le triste, le sombre, le noir. Un roman dans lequel l'auteur s'essaye à tous les genres, poésie, roman picaresque, épopée, roman d'amour, ... Un roman fourre-tout, mais extrêmement maîtrisé et bien rangé. Un livre unique, d'un genre que je ne rencontrerai pas de sitôt, sauf à relire celui-ci, bien entendu !

Des passages sont vraiment fabuleux, comme celui dans lequel Georges Perec présente son personnage nommé Cinoc qui "exerçait un curieux métier. Comme il le disait lui-même, il était "tueur de mots" : il travaillait à la mise à jour des dictionnaires Larousse. Mais alors que d'autres rédacteurs étaient à la recherche de mots et de sens nouveaux, lui devait, pour leur faire de la place, éliminer tous les mots et tous les sens tombés en désuétude." (p.347) Suivent alors des listes de mots oubliés, de mots que Cinoc tente de sauver. Listes d'ailleurs dont l'auteur use et abuse, tout au long de son roman pour le plus grand plaisir du lecteur.

Les 579 pages (sans compter les annexes) de la version poche se lisent très vite, sans de temps mort, sans "ventre mou" au milieu du livre, bien que la plus grosse partie soit consacrée à des descriptions. Au contraire, j'aurais bien rajouté un ou deux étages à l'immeuble du 11 de la rue Simon-Crubellier.

Commenter cet article

Anonyme 09/11/2017 19:44

COMMENT? PEREC VIENT DE GÂCHER MA VIE AVEC SON LIVRE ET BARTLEBOOTH !!!! IL HANTE MA VIE. QUELLE IDEE DE CRÉER 2000 PERSONNAGES

Yv 09/11/2017 21:32

Je vois cela, au pont d'écrire en majuscules... Et pourtant, quel roman !

Alex-Mot-à-Mots 06/08/2011 22:05


Il va falloir que je me l'achète si je veux réussir à le lire un jour.


Yv 06/08/2011 22:26



Indispensable, par ce que c'est un livre assez long à lire. Et puis, si tu aimes, tu pourras le relire un jour. Existe en poche !



Emma 04/08/2011 10:56


J'étais passé à côté de ton article mais là il faut vraiment que je le note, il me tente énormément celui-là !


Yv 04/08/2011 13:49



Comment ça passée à côté ? A côté de mon article et de G. Perec ? Impardonnable bien sûr, en gage reste à lire ce roman.



Lapinoursinette 03/08/2011 17:45


C'est chouette de lire un billet sur un "classique" de la littérature mais qui est tout sauf classique finalement. Comme toi, je l'ai adoré, est été très impressionnée et tu as raison d'insister
sur le fait qu'il n'est pas si dur à lire. L'aspect ludique est aussi très important et on ne s'ennuie pas une seconde! Voilà un livre qui en contient des milliers, un livre inépuisable et tiens tu
me donnes envie de le relire!!


Yv 03/08/2011 19:52



Pas dur du tout, long, certes, mais comme tu le dis, sans aucun ennui.



keisha 03/08/2011 08:55


Ayou... Un de mes abandons, je sais, c'est mal... Mais ton avis peut me faire changer!


Yv 03/08/2011 19:51



Quoi, comment ça Keisha abnadonne des livres ? Et en plus celui-ci ! Ah la la mais ça ne va pas ça !



Géraldine 02/08/2011 20:50


Le sujet me tente énormément. Et en plus, je n'ai encore jamais rien lu de cet auteur. Je suis atterrée devant le nombre d'auteurs à priori incontournable que je n'ai pas encore lus.


Yv 03/08/2011 19:50



C'est parce qu'il y a beaucoup trop d'incontournables. Si tu savais le nombre d'auteurs classiques que je n'ai pas lus.



cathulu 02/08/2011 19:17


Si tu veux "le petit guidon" commenté, pas d eproblème, je te le prête!:)


Yv 03/08/2011 19:49



Merci non, là, j'ai pas mal de lectures en attente.



LN 25/07/2011 16:28


C'est un livre qui me tente depuis longtemps, mais son épaisseur m'a souvent fait hésiter... Il faudra bien que je m'y mette un jour ;-)


Yv 26/07/2011 10:47



Il faut prendre un peu de temps, c'est vrai, mais la récompense est tout au long du livre.



sylire 24/07/2011 20:37


Voilà un "classique" que je n'ai pas encore lu. Je n'étais pas trop tentée jusqu'ici mais ton billet me donne à réfléchir....


Yv 25/07/2011 13:51



Avec un petit peu de temps devant soi il serait dommage de passer à côté.



Fransoaz 24/07/2011 11:48


Je me sens moi aussi toute petite devant ce "monstre" de la littérature.
mais maintenant que tu as lu LE LIVRE que te reste t-il pour la fin de l'été?


Yv 24/07/2011 14:14



C'est vraiment un livre à la portée de tous les lecteurs, avec divers degrés de lecture : pas un "monstre" justement. Pour la suite, eh bien, je finis le dernier Benacquista et ensuite, j'ai
quelques nouveautés de la rentrée littéraire, assez loin des noms très connus dont on nous parle déjà depuis plusieurs mois !



Asphodèle 24/07/2011 09:33


Tu me culpabilises ! Ca doit bien faire 20 ans que je dois le lire, il est tout jauni mon poche vert et blanc ! L'ampleur m'a toujours fait reculer alors que JE SAIS que je ne serais pas déçue !
Pourquoi, pourquoi ?? Je le mets en haut de la PAL, mais..quand, quand ?


Yv 24/07/2011 14:12



Le plus dur c'est de commencer, après, aucun problème, ça va tout seul. Ouvre le, lis une dizaine de pages, tu verras...