Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La sage-femme de Venise

la_sage_femme_de_venise_01.jpgLa sage-femme de Venise, Roberta Rich, Éd. MA, 2012 (traduit par Michel Saint-Germain)

Hannah est sage-femme à Venise en 1575. Elle vit dans le ghetto juif et contre l'avis du rabbin, elle décide d'accoucher la femme d'un noble Vénitien catholique. Elle sait qu'elle risque sa vie en le faisant, d'autant plus qu'elle a inventé un instrument aidant à la délivrance des femmes, qui peut la faire passer pour une sorcière. L'inquisition est très active en ce 16ème siècle. Si elle accepte, c'est pour une somme de 200 ducats dont elle a besoin pour libérer son mari Isaac, retenu comme esclave sur l'île de Malte.

Oui, alors, j'en vois déjà qui ricanent en lisant ce résumé, en voyant la couverture du livre : pôvre Yv, le voilà tombé dans de la littérature de gare ! Eh bien oui, mais à mon corps défendant, je dois le dire pour sauver les apparences ou ce qu'il en reste. En recevant ce livre de Gilles Paris, envoyé de son propre chef, je me suis dit tout pareil que les ceusses sus-nommés qui ricanent. Je pensais faire comme je fais d'habitude avec mes lectures non sollicitées : je les commence, et je vois si ça l'fait ou pas. En général, si au bout d'une petite centaine de pages, je n'accroche pas, je lâche et abandonne. Mais là, eh bien me croirez-vous j'ai commencé et dès le début j'ai été intéressé, surtout par la description de Venise, de son ghetto juif et des relations entre Vénitiens catholiques et Vénitiens juifs. Un pan de l'histoire que je ne connaissais pas et que Roberta Rich fait revivre assez plaisamment. Une autre pan (ce qui, si vous me suivez bien, fait maintenant, pan-pan) de l'histoire que R. Rich explique c'est celui qui concerne les Chevaliers de Malte. Dans ma grande bonté (si, si) je croyais que ces Chevaliers étaient de charmants et beaux garçons prêts à aider leurs prochains. Mais que nenni ! Enfin que demi-nenni ! Car s'il furent des Chevaliers servants, (l'ordre de Malte existe toujours en association caritative), ils furent aussi de véritables pirates des mers :

"... Simon [...] expliqua à Isaac que Charles Quint, roi d'Espagne, avait en 1530 accordé cette île de pierre et de vent aux chevaliers de Saint-Jean, en échange de quoi ils protégeraient l'archipel contre les Turcs infidèles. Les chevaliers parvenaient à défendre le territoire de la rapacité des Ottomans, mais au fil des ans, ils étaient devenus cupides. Ravis de leurs victoires et sous prétexte de défendre leur île, ils attaquaient non seulement les navires des infidèles ottomans, mais aussi les vaisseaux chrétiens, saisissant leurs cargaisons et réduisant à l'esclavage tout le monde à bord, riches ou pauvres, marchands ou serviteurs, femmes ou enfants. Ils se disaient chevaliers, mais en réalité ils étaient pirates, devenus riches au moyen de crimes sanctifiés au nom de la sainte croisade." (p.22)

Tout au long de son récit, l'auteure place des petits morceaux d'histoire, des anecdotes qui font le contexte. Pas mal du tout, intéressant et instructif. Un bon point pour ce roman donc.

Mais à ma grande stupeur, je m'aperçois que j'ai à peine parlé des aventures d'Hannah la sage-femme ! Ah, la pauvre, seule face aux méchants catholiques Vénitiens (mais pas tous). Elle tombe de Charybde en Scylla. A chaque fois que l'on croit et espère la voir se sortir de l'ornière, eh bien à chaque fois, un nouvel incident ou malheur perturbe la situation qui promettait de s'améliorer. Je me moque, mais c'est plutôt bien amené, bien maîtrisé, et si j'excepte quelques longueurs dans des descriptions, des remarques plus ou moins captivantes (plutôt moins d'ailleurs), je me dois de dire ici en toute honnêteté que ce livre se lit avec plaisir. Il ne m'en restera sans doute que le contexte, un peu de l'histoire de Venise et de Malte, ce qui somme toute, n'est déjà pas si mal.

 

challenge 1%

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le Merydien 21/11/2012 22:56

Il est vrai que le soin apporté à cette couverture laisse comment dire.... Mais Venise reste toujours Venise. J'adore Venise en février sous la neige.

Yv 22/11/2012 09:34



Pantois ? Dubitatif ? Perplexe, peut-être ? Oui, je suis passé par ces questionnement moi aussi avant d'ouvrir le livre, et en plus je ne connais pas Venise !



clara 21/11/2012 20:54

le couv' me fait fuir...

Yv 22/11/2012 09:31



Moi aussi pourtant...



zarline 20/11/2012 22:30

Ha ha, en voyant la couverture, j'ai cru que tu t'étais inscrit au Mardi c'est permis de Stephie. Pour le livre, même si le contexte est plutôt tentant, je crois que je bloquerai irrémédiablement
sur la couverture et sur le côté un peu caliméro de cette pauvre Hannah. Mais qui sait, sur un malentendu, ça peut marcher ;-)

Yv 21/11/2012 11:01



C'est exactement mon, cas : un malentendu. Pour un coup si je puis me permettre ce rapprochement, pas pour une relation durable !



La Pyrénéenne 20/11/2012 18:17

Ah le coup du pan-pan ! ;-)
Je ne sais pas si je me souviendrai du livre mais tu m'as bien fait rire en tout cas !!! :-D

Yv 20/11/2012 21:41



J'essaie, si il fallait faire des articles tristes, j'arrêterais, même si parfois, ils sont plus graves que je ne le voudrais... mais entre nous, en l'écrivant, j'ai trouvé que ce pan-pan était
pas mal trouvé.



Ezazy 20/11/2012 16:34

Alex a raison, si le fond plait, les quelques longueurs s'oublient très rapidement

Yv 20/11/2012 21:39



Exact.



Alex-Mot-à-Mots 20/11/2012 11:32

Et puis les longueurs, bizarrement, on les oublie vite.

Yv 20/11/2012 16:34



C'est vrai, mais je les passe vite aussi



Ezazy 20/11/2012 10:14

Quelques restes intéressants et, surtout, ça n'a pas coincé !!!

Yv 20/11/2012 16:33



Et non, malgré des longueurs, j'ai tenu jusqu'au bout



keisha 20/11/2012 07:50

Il t'en restera quelques connaissances, non? Pas si mal.
Lors de ma deuxième visite à Venise, je suis allée fouiner du côté de l'ex ghetto, fascinant, on a les restes des gonds des portes qui se refermaient le soir (je dis ça de mémoire)

Yv 20/11/2012 16:33



C'est effectivement déjà pas mal