Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La petite culotte communiste

Publié le par Yv

La petite culotte communiste, Nicolas Blaise, Autoédition, 2011

"Si j'étais à votre place j'achèterais ce livre et ce CD. [...] Dedans, y'a plein de choses drôles et d'autres moins. On peut pas toujours rire. Quinze chansons, quatre nouvelles et un bonus théâtral. Ça fait vingt textes." (4ème de couverture)

Commençons par le CD. Nicolas Blaise y chante accompagné de sa guitare, enfin, la sienne, je ne sais pas mais il y a une guitare -voire plus- je l'ai entendue, mais il se peut qu'elle ne lui appartienne pas ! Je n'aime pas toutes les chansons, mais certaines sont excellentes, tour à tour drôles, tendres, mélancoliques, vachardes et même de totale mauvaise foi parfois. Sur les quinze chansons au moins une dizaine est vraiment à écouter : Nicolas Blaise y distille sa poésie, son humour et ses colères contre notre Président et les chrétiens notamment. Les autres me parlent moins, ce qui est inévitable dans un disque. J'ai une petite préférence pour Ce soir je te saute dessus et Au royaume de France, et de manière générale, pour les dernières chansons du CD. Ecoute possible de quelques titres ici.

Passons aux nouvelles et au bonus théâtral : un vrai plaisir de lecture que ces nouvelles absurdo-comiques ou comico-absurdes.

La première intitulée Léopold parle d'un moustique penseur. Le narrateur entame une relation d'amitié basée sur la discussion intellectuelle avec Léopold, lui-même très amoureux d'une salade. "Léopold, c'est devenu mon ami. Je lui ai même présenté une salade qu'il a largement trouvée à son goût. [...] Y'a pas à dire, c'était une bonne salade que j'avais présentée à Léopold." (p.66/67).

La seconde, Paternité, comme son nom l'indique parle d'un homme qui devient père et qui applique des principes, comment dire ? décalés, voilà c'est ça, décalés.

La troisième, Une idylle politique, raconte la rencontre amoureuse entre un homme et une femme aux idées politiques divergentes. Lui, communiste convaincu qui pense que "... le goulag était un camp de vacances. Il paraît que non. Les gens, ils sont jamais contents en vacances. Y'a toujours un truc qui va pas. Oh, on mange pas bien, oh, on a froid, oh, la torture ça fait mal." (p.82). Mal partie, cette idylle ne tient qu'à un détail important, certes, mais ... déroutant.

Dans la quatrième, L'illumination, le narrateur cherche la Vérité divine. Que faut-il faire pour être aimé de Dieu ? Doit-on faire le bien, le mal ? Cruel dilemme.

Et enfin, le bonus théâtral, Croque et Mitaine: un dialogue surréaliste entre Croque et Mitaine, inénarrable qui reprend les thèmes favoris  de Nicolas Blaise : la religion, le Président de la France, la création artistique, ... Un texte particulièrement drôle, excentrique. Je disais absurde au début, je crois que c'est le texte qui l'est le plus. C'est assez difficile de parler des textes de N. Blaise, parce que j'aimerais ne pas dévoiler les chutes, ni mêmes les pirouettes présentes tout au long des textes. En fait, j'aimerais vous faire envie, en ne disant quasiment rien, juste pour que vous ayez le plaisir de la découverte.

Pour conclure, je reprendrais les mots de Nicolas Blaise, qu'il manie très adroitement et très joliment tout au long de ses textes :  "... si vous êtes de droite, croyant ou un peu coincé, je ne suis pas sûr que vous puissiez aimer ce livre. Achetez un autre livre, je vous le conseille. Vous en trouverez plein à votre goût mais celui-là, non. Ça m'embêterait de piéger les gens sur la marchandise." (4ème de couverture). Mais si vous avez de l'humour, vous pouvez quand même tenter le coup (ça, c'est moi qui le dis, parce que je ne vais quand même pas laisser l'auteur tout dire ! Non mais, des fois !).

Merci Les agents littéraires (nouveau site qui veut aider les petits éditeurs et les auto-éditeurs à se faire connaître, tout pile pour moi !) et merci Nicolas Blaise.

rire-copie

Commenter cet article

Fransoaz 12/04/2011 21:06


Ça m'a tout l'air d'être un bouquin atypique, quelque chose que l'on rencontre peu sur les blogs.
J'apprécie la démarche des "agents littéraires" et suis allée fureter par là.


Yv 13/04/2011 11:15



Très atypique, tu as raison et peu vu sur les blogs, comme pas aml des livres que je lis, malheureusement. J'aimerais tant que mes articles parfois aident ces ouvrages.



Alex-Mot-à-Mots 11/04/2011 14:22


Rien que le titre est un régal.


Yv 11/04/2011 14:46



Le reste est dans le même ton.