Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La mort du scorpion

pscorpion.jpgLa mort du scorpion, Maurice Gouiran, Jigal, 2012 (Jigal poche, 2014)....,

 

Clovis, grand reporter en retraite vit à l'écart de la trépidante vie marseillaise. Dans une bergerie, La Varune. Emma, jeune flique fait parfois appel à ses réseaux pour des informations, et accessoirement, elle aime -et Clovis itou- "se glisser, chaude dans [son] lit" (dixit l'excellent Michel Jonasz). Depuis six mois, ils ne se sont pas vus, aussi lorsqu'elle débarque à La Varune, Clovis ne sait pas si elle vient pour ses qualités d'enquêteur ou pour des raisons plus câlines. Le film qu'elle lui propose de visionner n'a rien d’émoustillant, puisqu'il montre un homme se faisant torturer, par un individu tout de noir vêtu, rapidement surnommé Fantômas. Le cadavre de l'homme torturé vient d'être retrouvé près de chez Clovis, raison pour laquelle Emma est montée jusque chez lui.

 

 

J'ai récemment lu et aimé une enquête de Clovis Narigou (qui dans la chronologie arrive après celle-ci), L'hiver des enfants volés. La mort du scorpion est un polar comme je les aime, une intrigue avec des rebondissements et surtout un -ou des- contexte(s) fort(s). Ici, à défaut d'une partie de jambes en l'air -mais ce n'est que reculer pour mieux sauter, si vous me permettez l'expression fort adéquate-, Clovis se lance dans une enquête qui le mènera sur le marché truqué de l'art, sur l'art du blanchiment d'argent mais surtout en plein cœur des guerres de Yougoslavie dans les années 1990. 

Le rythme n'est pas haletant -Clovis est en retraite-, mais il n'y a aucun temps mort, à chaque page, on avance un peu dans si ce n'est dans la résolution de l'énigme, au moins dans les histoires connexes. Maurice Gouiran, ou plutôt Clovis est vieil anar, un type qui a du mal à supporter les injustices, alors le monde de l'art qui joue avec des millions dans les ventes aux enchères, ça le débecte un peu : "... Sept millions cinq cent mille au téléphone... C'est la litanie traditionnelle des nombres qui enivrent. Les montants affichés sur le tableau bleu grimpent avec une rapidité insolente. On enchérit maintenant de deux à trois cent mille dollars à chaque relance. Plusieurs années de salaire d'un employé. Quant au nombre de gosses du Darfour qu'on pourrait sauver avec ce fric, mieux vaut ne pas y penser..." (p.16) D'aucuns pourront dire que c'est une indignation facile, déjà vue ou lue. Certes, mais Clovis m'est sympathique aussi parce que je partage en grande partie ces indignations-là : la mauvaise répartition des richesses et le dégoût de ceux qui se gavent pendant que d'autres crèvent la faim. Quel intérêt de payer un Picasso, un Derain ou un Jeff Koons plusieurs millions d'euros ? Comme si désormais le prix comptait plus que l'œuvre. Clovis a aussi d'autres détestations, celles des politiques qui promettent et ne font pas, notamment à Marseille où certains quartiers sont totalement laissés à la traîne ; il aime sa ville, ses quartiers métissés dans lesquels on voyage, c'est ce qui fait sa richesse culturelle et humaine, opposée à celle de l'argent.

Mais le polar de Maurice Gouiran, c'est aussi une plongée dans le conflit entre les Serbes, les Croates, les Bosniaques dans les années 90 : "Le dernier génocide du XXe siècle perpétré dans les Balkans plus de quinze ans auparavant." (4ème de couverture). Il ne s'agit pas d'un livre d'histoire, il ne prétend pas expliquer pourquoi la Yougoslavie a explosé, mais il permet de ne pas oublier ce terrible conflit, à nos portes et de comprendre un peu mieux les conséquences. J'avoue pour ma part, être passé un peu à-côté des informations de cette époque, j'avais bien conscience de la guerre mais pas de sa proximité ni de son ampleur. Et puis, comme le dit si bien et si terriblement Clovis, une information en chasse une autre. "Le journal quotidien est construit de telle sorte que les nouvelles du jour effacent celles de la veille. Il faut toujours trouver une nouvelle page." dit  Michel Butor, dans les années 90, dans Improvisations sur Michel Butor (édition La Différence), et ce qui est vrai pour la presse papier l'est aussi, sans doute plus prégnante pour le journal télévisé de nos jours.

L'écriture de Maurice Gouiran est alerte, vive, elle alterne les propos graves avec un peu de légèreté notamment dans les échanges très rapprochés de Clovis et Emma. Un polar qu'on ne lâche pas passionnant autant par son intrigue (jusqu'à l'ultime vocable) que par ses contextes et les saillies de son personnage principal, un être libre. Un roman noir qui fait la part belle aux personnages qu'ils soient d'un côté ou de l'autre de la barrière de la légalité (très franchissable). Un polar qui met au centre l'humain, ce n’est pas banal et c'est tellement bien.

 

 

polars 2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Le Papou 01/01/2015 20:05

Le premier que je note en 2015. Eh oui ! j'ai du retard dans mon feedly.
Le Papou

Yv 02/01/2015 14:01



Qu'importe le retard pourvu que tu aies l'ivresse de la lecture...



Oncle Paul 18/12/2014 15:39

Bonjour Yv
J'aime beaucoup Maurice Gouiran, mais ce roman n'est pas mon préféré. J'ai plus apprécié Sur nos cadavres ils dansent le tango, Franco est mort jeudi, L'hiver des enfants volés... Mais c'est une
question de sensibilité peut-être
Amitiés

Yv 18/12/2014 17:30



Bonjour Paul,


pour être franc, il me souvient d'un livre de lui que je n'ai pas aimé (Train noir train bleu, je crois) et j'avais un peu de crainte en ouvrant L'hiver des enfants volés et La mort du scorpion,
crainte rapidement envolée. Pour ma part, j'aime bien les deux...


Amicalement,



Aifelle 18/12/2014 13:00

Marseille et le conflit yougoslave en toile de fond, voilà qui doit être très intéressant, même si le rythme est lent (ne te moque pas des retraités !)

Yv 18/12/2014 13:56



je ne me moque pas, je ne suis pas en retraite, mais je m'économise...



Albertine 18/12/2014 11:30

Ce Clovis est un personnage comme je les aime. Je sens que ce roman va bientôt rejoindre le pied de mon lit (mon PDML pourrait-on dire ;-)). J'ai bien besoin, moi aussi, de me rafraîchir la mémoire
sur ce conflit à la fois si proche et si loin de nous .

Yv 18/12/2014 13:55



Il y a une liste des aventures de Clovis, celle-ci n'est pas la première si tu veux relever les PDTL, c'est bon pour la circulation sanguine