Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La grève des électeurs

greve.jpgLa grève des électeurs, Otave Mirbeau, Ed. Allia, 2009.....

 

Dans ce texte paru initialement en 1888 dans le journal Le Figaro, Octave Mirbeau s'attaque aux électeurs et à leur volonté de vouloir toujours aller voter pour changer les choses. Idem dans le second texte intitulé Prélude et paru dans Les Temps nouveaux en 1902 bien qu'écrit le 14 juillet 1889. Le dernier texte est de Cécile Rivière, s'intitule Les moutons noirs et est à la fois une explication des écrits d'Octave Mirbeau et une très courte biographie.

 

Pour ma première visite à la toute nouvelle librairie de ma commune (Librairie Lise&moi à Vertou), je furète, je regarde partout pour voir les livres que ces dames présentent, et, en toute fin de parcours, je tombe sur le présentoir des éditions Allia qui ont la bonne idée de publier des textes anciens et des textes nouveaux. La grève des électeurs trônait à côté du livre de Paul Lafargue lu l'été dernier, vraie trouvaille, quasiment une Bible, Le droit à la paresse. Les dernières élections auxquelles nous avons participé ayant eu peu de succès (plus de 50% d'abstention aux élections européennes) et s'étant conclues sur la première place du FN, ce petit livre ne pouvait que rejoindre ma poche (après l'avoir payé bien sûr ainsi qu'un autre de la même collection, récent et même un en plus en cadeau, et après une petite discussion avec les charmantes bibliothécaires qui bien sûr auront l'honneur -oui, j'me la pète un peu- de me revoir régulièrement ; lorsqu'on a la chance d'avoir une librairie près de chez soi, on fait tout pour qu'elle vive). 

Octave Mirbeau part du principe que les élections ne changeront pas le système politique bourgeois en vigueur à son époque, qui a bien sûr beaucoup changé, puisque de nos jours nos dirigeants ne se cooptent pas, ne font pas de préférence pour leurs petits copains ou membres de leurs familles... C'est pure perfidie de ma part, car je suis très loin du "tous pourris" que je ne supporte pas, je persiste à penser que la grosse majorité de nos élus est honnête mais que quelques uns, pas les plus nombreux, n'hésitent pas à piquer dans la caisse ou à opérer diverses malversations ou préférences douteuses, mais que comme ils sont mis en ouverture de tous les journaux, ils pourrissent l'entièreté de la classe politique. Mais peut-être suis-je naïf ?

Octave Mirbeau se dit donc que si les élections ne servent à rien, l'électeur doit faire la grève pour protester contre l'exploitation faite de son vote. Il s'étonne même qu'il puisse y avoir encore un électeur en France : "Une chose m'étonne prodigieusement -j'oserai dire qu'elle me stupéfie- c'est qu'à l'heure scientifique où j'écris, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu'un ou de quelque chose..." (p.7). En bon pamphlétaire et en bon anarchiste et libertaire, il peut se montrer virulent voire violent : "Les moutons vont à l'abattoir, ils ne disent rien, eux, et ils n'espèrent rien. Mais, du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit." (p.13) 

C'est un texte que je me prends dans la figure, moi qui dis partout qu'il faut aller voter que l'abstention favorise la montée des extrêmes -notamment l'extrême droite qui ne progresse pas en nombre de voix, mais en pourcentage dès lors que le taux de participation baisse. Mathématique !- ; d'ailleurs, Cécile Rivière tempère les propos de Mirbeau dans ce sens, avec néanmoins une ironie, que personnellement, je trouve de mauvais aloi, toujours persuadé que ceux qui feront la grève des votes ne sont pas ceux qui votent FN ; ceux-là iront toujours et si les "déserteurs d'isoloirs" sont de plus en plus nombreux, la porte est grande ouverte à des gens capables du pire politiquement, économiquement et humainement : "A chaque élection, tombe le chiffre des moutons noirs dont chacun est convaincu qu'il n'est pas assez conséquent pour porter sérieusement atteinte à la santé démocratique de notre République. Exception faite des épisodiques percées de l'extrême droite, entièrement imputables à l'incurie des déserteurs d'isoloirs, qui se résolvent, à grand renfort de sermons médiatiques, par des plébiscites dont chaque électeur, ramené au bercail de l'exercice de sa pleine souveraineté, pourra se féliciter." (p.36)

Des textes qui me hérissent le poil, avec lesquels je ne peux pas être en accord, mais qui ont le mérite de pointer, 125 ans après avoir été écrits, une réalité très actuelle, un monde politique qui vit depuis très longtemps sans vraiment s'occuper de ceux qui l'élisent et qui, proche du gouffre continue quand même à avancer sans se poser de questions sûr de détenir la vérité.

 

Conclusion : Lisez Octave Mirbeau, parce que ça décape, c'est vachement bien troussé et ça fait se poser des questions, mais allez voter !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Oncle Paul 28/07/2014 20:31

Oui Yv, je l'ai lu et je partage le point de vue de Claude Le Nocher. J'ajouterai que de tout temps la politique, de base ou d'élite a surtout servi à exploiter des ambitions personnelles. De base
: on débute comme maire, et c'est le début de la démagogie. On explique qu'il faut faire comme si, comme ça, pour le bien de la France, mais c'est surtout une ba se tremplin pour devenir député,
ministre et voire un peu plus loin. Et quand je pense qu'il y en a qui se sentent indispensables, par exemple Sarkozy qui lui le crie haut et fort, c'est proprement du foutage de gueule. Mais il
est vrai que tout le monde ne peut pas toucher 100 000 € pour une prestation d'une heure alors qu'il faut des années à un ouvrier pour empocher l'équivalent.
Amitiés

Yv 28/07/2014 22:08



Paul, je reste néanmoins plus optimiste que toi et veux croire que certains élus de terrains le font vraiment par amour du bien public... Bon, pas ceux qu'on nous montre à la télévision et qui
ont toujours tout compris à tout, qui donnent des leçons et qui nous demandent de nous serrer la ceinture alors qu'il sont malhonnêtes (cf l'affaire Bygmalion et UMP). Espérant que d'autre
arriveront et qu'ils oeuvreront pour le bien de tous... On peut rêver.


Amicalement,



Oncle Paul 28/07/2014 18:53

Bonjour Yv
Il faudrait un nouvel Octave Mirbeau, pamphlétaire, polémiste, anarchiste, libertaire, et visionnaire, en un mot indépendant de toutes les magouilles politiciennes. Seuls les votants ont raison, et
ceux qui s'abstiennent devraient également s'abstenir de râler ensuite. Et puis il y a ceux qui retournent leur veste, en opportunistes... Bref il y aurait beaucoup à dire mais n'entrons pas dans
des débats de comptoirs.
Amitiés

Yv 28/07/2014 20:09



Bonjour Paul


effectivement ne faisons pas nos brèves de comptoir, mais je te rejoins, lis également (si je puis me permettre) mon billet sur Marine Le Pen, notre faute de Mehdi Ouraoui, et même si tu peux le
livre en question qui interpelle les politiques


Amicalement,



zazy 28/07/2014 14:50

Entièrement d'accord avec ta conclusion

Yv 28/07/2014 20:05



Je crains que ce soit une vaine prière... malheureusement



Praline 06/07/2014 22:47

Oui, Mirbeau décape, surtout dans Le Jardin des supplices que je viens de découvrir : âmes sensibles, s'abstenir !
Quant au vote, je suis bien d'accord avec toi même si tous mes amis qui sont investis en politique confirment cette manie du piston et des pots de vin. Certains savent rester honnêtes, d'autres
moins... C'est parfois à désespérer !

Yv 07/07/2014 12:13



A désespérer d'espérer...



Philisine Cave 04/07/2014 13:23

un super livre ! Bravo.

Yv 04/07/2014 15:40



Il en existe pas mal dans cette collection



Aifelle 01/07/2014 13:36

C'est toujours stupéfiant de voir à quel point certains écrits anciens s'appliquent toujours autant à notre époque. Je note, j'aime bien le décapage et je fais comme toi, je m'accroche au vote,
même si parfois je me dis que je suis un vrai pigeon(nne).

Yv 01/07/2014 14:09



je crois qu'on en est tous là malheureusement, amsi bon je m'accroche moi aussi



keisha 01/07/2014 08:34

On oublie, oui, que certains pourcentages de "réussite" doivent tout aux mathématiques...
Je ne connaissais pas ce texte. Seulement lu Journal d'une femme de chambre (et ça décapait aussi)

Yv 01/07/2014 14:09



c'est mon premier Mirbeau, mais je crois que ce ne sera pas le dernier 



Claude Le Nocher 01/07/2014 07:39

Salut Yves
Je partage entièrement ton point de vue (tu le sais déjà) quant aux dégâts causés par l'abstention, et sur ce populisme qui se prétend "anti-système"... J'ai l'impression que la virulence d'Octave
Mirbeau s'appliquerait assez bien, par contre, aux référendums - qui ne sont pas une expression aussi démocratique qu'il y parait. Il faut que je me procure ce livre. Amitiés.

Yv 01/07/2014 07:54



Salut Claude, autre temps eutre moeurs, sans doute les anrs de nos jours iraient-ils voter pour empêcher les extrêmes d'arriver au pouvoir, j'ose l'espèrer au moins. Si tu le trouves, n'hésite
pas, Allia édite des petits textes dits classiques celui-ci, mais bien d'autres comme Le droit à la paresse dont je parle, très intéresants


Amicalement,