Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La dévoration

la-devoration.jpgLa dévoration, Nicolas d'Estienne d'Orves, Albin Michel, 2014....,

 

Nicolas Sevin est trentenaire et écrivain. Comme sa mère avec qui il entretient des rapports difficiles bien qu'il vive encore chez elle, dans sa chambre d'enfant, la seule pièce dans laquelle il est apte à écrire. Nicolas a tendance à écrire toujours le même livre, qui invariablement se classe dans les best-sellers. Son éditrice, Judith, le tanne pour qu'il change de registre, qu'il se renouvelle, mais Nicolas renâcle jusqu'à ce qu'il décide de se plonger dans l'histoire de Morimoto, un Japonais cannibale. 

Les Rogis sont une famille de bourreaux depuis 1278. Bourreaux de père en fils. Leur histoire est racontée en parallèle de celle de Nicolas.

 

J'ai beaucoup lu sur l'auteur, notamment sur son roman précédent, que je n'ai point lu, Les fidélités successives. J'avais envie de le découvrir. Et bien quelle découverte les amis ! La dévoration ne laisse pas indifférent, c'est un texte parfois dur, à la limite du soutenable sur 4 ou 5 pages dans la toute dernière partie (mais faites comme moi, si vous avez du mal, survolez-les avec les yeux mi-clos, comme quand des images d'un film sont dérangeantes ; bon ce n'est pas facile de lire les yeux mi-clos, mais c'est pour l'idée, après chacun s'adapte à sa manière de se protéger des images violentes). Le reste m'a emballé. J'ai d'abord beaucoup aimé cette histoire en parallèle, celle de la famille Rogis, sa solitude, la peur qu'elle inspire. Une lignée de bourreaux, qui me rappelle le premier roman que j'ai lu de Stéphane Pajot, intitulé Selon les premiers éléments de l'enquête, que je vous invite à découvrir ; un polar bien ficelé et original.

Ensuite, les hésitations de Nicolas devant le défi de se renouveler, de remettre en cause son travail m'ont plu et fait sourire. J'ai tellement reconnu des auteurs qui écrivent toujours le même livre, sûrs qu'il atteindra encore une fois des ventes importantes, ou des chanteurs qui font toujours la même chanson pour mieux la vendre, ou pire, ceux qui font comme ce qui fonctionne pour vendre également. Un écrivain ou un artiste qui change de registre, qui ose aura toujours ma sympathie a priori, quand bien même ce qu'il fait ne me plairait pas, alors que je me lasse très rapidement des imitations, des redites. Un coup de griffe salvateur de Nicolas d'Estienne d'Orves au monde de l'édition qui en rajoute même dans quelques saillies dont la suivante : "Dans le monde de l'édition, j'ai croisé de ces esprits frappeurs qui vouent un culte à Brasillach ou à Drieu, non pour leurs qualités littéraires mais pour leur jusqu'au-boutisme, leur attitude face à la mort. Un nihilisme de salon qui m'a toujours agacé. La pose est commode, de la provocation pour dîners en ville. On choque le bourgeois, on asticote les maîtresses de maison, mais rien ne bouleverse l'ordre établi. Tout comme prendre la défense des Chouans, proclamer son amour de Gobineau, ne pas dénigrer Albert Speer, goûter les pamphlets de Céline ou Rebatet. Des ivresses de planqués, de la branlette pour mandarins." (p.104)

Nicolas Sevin n'est pas un type sympathique, c'est un prédateur, un mec que je n'aimerais sans doute pas avoir comme ami -mais peut-être gagne-t-il à être connu ?-, il prend beaucoup, donne peu, il a besoin de cela pour se nourrir et nourrir son œuvre, surtout lorsqu'il décide de se lancer dans une autre direction. Ses proches en pâtissent, seul Antoine, l'ami de toujours est et reste présent quoiqu'il arrive. Sa mère le boude ou le jalouse, elle qui écrit des livres pour la jeunesse voulait être la seule écrivaine de la famille. Son père, Nicolas ne le voit plus depuis une dizaine d'années, malgré les demandes de celui qu'il l'a si peu élevé et qui n'a pas cru en lui pour son premier roman. 

 

Une très belle écriture que je découvre donc avec ce roman fort, original, dérangeant parfois et absolument pas politiquement correct. Un régal quoi ! De belles phrases sur la création littéraire, sur la famille, l'amitié ; d'autres plus dures mais tout aussi belles sur la violence, le sexe, le sang, la mort. Un roman que j'ai depuis un moment à côté de mon lit, là où je mets mes livres à lire, et dont je repoussais la lecture après quelques critiques mitigées. J'avoue que je l'ai pris un peu timidement, mais une fois entamé, je n'ai pas pu le lâcher. Lu en deux jours. Avec la même intensité qu'un bon polar. Et -largement- approuvé !

 

 

rentrée 2014

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

clara 18/12/2014 10:21

Ohoh, tu as su titiller ma curiosité !

Yv 18/12/2014 13:54



Chouette !



Aifelle 14/12/2014 09:59

Je n'ai pas été pleinement convaincue par "les fidélités successives", du coup j'hésite à relire l'auteur.

Yv 15/12/2014 09:46



C'est un livre très particulier qu'on peut détester



Sandrine 14/12/2014 07:52

Eh bien voilà qui donne envie ! Et comme je sais très bien lire les yeux mi clos, pas de soucis pour 5 pages...
Je me souviens d'un livre (d'une série même) sur les bourreaux de Michel Folco, c'est la version drôle du sujet...

Yv 14/12/2014 09:59



Franchement, j'y allais un peu hésitant, parce que j'avais lu pas mal de critiques dures, mais je suis emballé.