Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La compagnie des Tripolitaines

Publié le par Yv

La compagnie des Tripolitaines, Kamal Ben Hameda, Ed. Elyzad, 2011

Chronique de la jeunesse du narrateur dans le Tripoli des années 60. Le jeune garçon passe ses journées entouré de femmes. Sa mère, sa grand-mère, les voisines, les amies de sa mère qu'il appelle ses tantes. Il les visite, les rencontre lorsqu'elles rendent visite à sa mère. Ces femmes sont enfermées chez elles, ne peuvent avoir de vie sociale au grand jour. Seuls sortent et se promènent dans la rue les hommes, les enfants et les jeunes femmes à marier.

Tripoli, dans les années 60 tente de se remettre de la récente domination italienne et notamment de l'occupation de Mussolini. Indépendante depuis le début des années 50, la Lybie commence à se relever avant qu'en 1969 le colonel Khadafi ne fasse son coup d'état, mais cela se passe après le récit de Kamal Ben Hameda.

Donc dans les années 60, le jeune narrateur découvre la vie avec les femmes. Assez discret pour être accepté dans leur entourage lorsqu'elles parlent entre elles, il assiste à des discussions vives, des témoignages terribles de femmes qui n'ont pas choisi leurs maris et qui se font frapper ou véritablement violer par eux. Leurs propos sont parfois assez crus, violents :

"Je fais comme beaucoup d'entre nous, poursuivait la femme, j'ouvre mes jambes et je le laisse me niquer ; de toute façon ça ne dure pas très longtemps... trente secondes, une minute et voilà ! J'en suis quitte... Quelle plaie !... Vous vous rappelez celle qui a coupé le zob de son mari ? Eh bien, son mari la battait tellement, à lui faire voir les étoiles à midi ! Nous le savions, toutes, mais que pouvions-nous faire ? Dehors c'était un homme pieux et respecté, il allait à la mosquée tous les jours, mais comme tous les autres, les femmes, il les haïssait !" (p.79)

Visitant l'une et l'autre, le jeune garçon recueille les souvenirs, les récits de vie de ces femmes. Elles vivent toutes solidaires et ensemble, les Arabes, les juives, les musulmanes même les Italiennes catholiques et parfois même les femmes noires pourtant considérées comme des esclaves ! Ce qui les lie est plus fort que la religion ou l'origine. Elles parlent de leurs misères, les plus vieilles de la guerre et de ce qu'elles ont subi sous Mussolini, de la libération de Tripoli. Elles disent aussi l'absence des hommes de leur maison qui pourtant les briment. Le jeune garçon dit aussi la non-présence de ce père :

"Mon père, homme de solitude et de prière, se cloîtrait dans la petite chambre du fond de la maison lorsqu'il rentrait de sa boutique ou de la mosquée ; indifférent aux être qui l'entouraient, enfermé dans son monde en compagnie d'Allah." (p.64)

Mais les Tripolitaines rient aussi : elles rigolent des hommes qu'elles bernent sans qu'ils ne s'en aperçoivent. Se moquent d'eux et de leurs travers, l'alcool, la religion, leur haine (et/ou leur peur) des femmes... Elles passent de très longs moments entre elles à parler, jaser, "refaire le monde" dirait-on maintenant. Et le narrateur en profite : il se fait câliner, écoute les histoires. Il découvre aussi les corps féminins avec parfois beaucoup d'émotion : "Je ne sais pas comment Tibra la Berbère faisait, mais chaque fois qu'elle était là sur le tapis, pleine d'entrain, elle éveillait dans le bas de mon ventre une chaleur agréable." (p.87)

Très jolie chronique, très bien écrite dans une belle langue, parfois assez crue directe et franche et parfois plus enjolivée, plus ronde et plus poétique. Un petit roman (à peine 110 pages) qui a en outre la qualité de nous décrire la vie à Tripoli. On parle beaucoup de la Lybie depuis quelques temps, mais j'avoue que je ne connaissais pas grand chose sur ce pays, ni sur son histoire et encore moins sur sa littérature. Grâce à ce roman, j'ai recherché des informations sur l'histoire de ce pays dans lequel Kamal Ben Hameda est né dans les années 50 (il vit désormais aux Pays-Bas). Lecture bénéfique pour moi qui me donne l'occasion de rencontrer d'autres gens, de connaître d'autres us et qui me donne l'envie d'en connaître encore plus.

Merci Elisabeth, des éditions Elyzad.

Commenter cet article

zazy 04/02/2012 23:37

J'ai beaucoup aimé le livre ainsi que le commentaire que tu en as fait

Yv 05/02/2012 08:13



Merci beaucoup, c'est gentil, ce n'est pas toujours évident de faire un billet, surtout lorsque j'ai aimé le livre, parce que je veux tellement le défendre que je prends peu de recul. Si tu as
aimé, c'est que j'ai réussi. tant mieux ! 



moustafette 14/06/2011 21:06


Intéressant. J'adore ces histoires de gynécées, et le fait que ce soit en Libye en fait un plus surtout à l'époque où le récit se déroule.


Yv 15/06/2011 14:48



Je ne suis pas sûr que de nos jours beaucoup de livres sortent de ce pays.



L'épopée littéraire 12/06/2011 11:55


Bonjour,

Je suis désolé de ne pas laisser un commentaire lié à ton article. Je ne savais pas où le poster.

J'aimerais faire un petit sondage parmi les bloggueurs que je fréquente régulièrement. J'aimerais organiser une "épopée littéraire", qui consisterait à faire voyager un bouquin parmi tous les
bloggueurs inscrits à l'épopée. Le livre devrait rester entre une semaine et une semaine et demi chez chaque personne, devrait être lu, et à la fin de l'épopée un billet devrait être posté. Cette
épopée serait également l'occasion de se transmettre des cartes, des lettres, des "souvenirs", des petits mots coincés entre les pages du bouquins - et adressés au participant suivant. Tous les
inscrits ayant reçus le bouquin et l'ayant lu, le livre me reviendrait à la fin de l'épopée.

Je voulais savoir, si jamais je l'organise, si tu serais de l'épopée ? C'est pour éviter de mettre en place une telle organisation sans avoir de participants.

Peux-tu répondre sur mon blog ou par email : m-a-x-17@hotmail.fr

Je vais lire tes autres articles,

Bon dimanche,

Maxime.


Yv 12/06/2011 20:00



Répondu sur ton mail.



claudialucia ma librairie 12/06/2011 10:48


Le sujet me plaît beaucoup. Cela se passe dans les années 60, ce serait intéressant de voir quelle a été l'évolution de la condition féminine sous Khadafi. Du temps où il était reçu en grandes
pompes par la France et autres pays, on nous disait que la situation de la femme dans son pays s'était améliorée, qu'elle était plus libre, pas obligée de se voiler,qu'elle pouvait faire des études
etc...


Yv 12/06/2011 19:59



Je crains que le statut de la femme n'aie pas évolué en sa faveur sous Khadafi. Et personne pour dire quoi que ce soit en Occident, la Lybie est riche.



Asphodèle 12/06/2011 10:17


Oh il m'intéresse celui-ci, moi non plus je ne connais pas la Lybie ancienne (j'ai lu pas mal sur la Perse mais pas la Lybie) et le style me paraît très...intéressant;) Tu crois qu'il sortira en
poche ou faut-il contacter le SP de l'éditeur ?


Yv 12/06/2011 10:48



L'éditeur fait aussi une collection poche dans laquelle certaisn de ces titres sortent. celui-ci, je ne sais pas.