Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La colère du rhinocéros

Publié le par Yv

La colère du rhinocéros, Christophe Ghislain, Ed. Belfond, 2010

Gibraltar, un homme d'une trentaine d'années retourne dans le village de son enfance, Trois-Plaines, duquel il est parti presque 20 ans auparavant. Il part au volant du corbillard de l'entreprise de pompes funèbres qui l'emploie ; presqu'arrivé à Trois-Plaines, il heurte sur la route un rhinocéros, et rentre donc au village à pieds. Son retour crée des tensions, chaque habitant cachant le secret de la disparition du père de Gibraltar. Or Gibraltar est revenu pour savoir ce que celui-ci est devenu.

Roman à trois têtes : trois narrateurs qui parlent à la première personne du singulier et qui racontent tour à tour, le présent et le passé du village. D'abord Gibraltar, puis un homme mystérieux que tous appellent l'Esquimau et enfin, Emma, la petite amie de Gibraltar lorsqu'ils étaient adolescents. Ces trois points de vue nous permettent de reconstruire l'histoire pièce à pièce, comme un puzzle. Trois narrateurs qui ne s'expriment pas de la même manière. L'Esquimau par exemple écrit plutôt "oralement" : "Putain de Dieu ! que le patron a fait. Quel genre de cinglé peut avoir l'idée de se balader comme ça avec un mort ?

Sûr, monsieur Michel était quelqu'un qui avait les pieds sur terre. Pas de doute. Il n'avait pas fait d'études, n'avait suivi aucune formation particulière et n'avait ni oncle ni ami qui aurait pu le conseiller en matière d'automobile. C'était pas un intellectuel, non. Et il y connaissait à peu près rien en à peu près tout." (p.75)

Emma parle "normalement" et Gibraltar est entre les deux, si bien, que même si le nom du narrateur n'était pas noté en tête de chapitre, on saurait aisément qui parle.

Bien que l'histoire soit censée se dérouler en Europe, je n'ai pu m'enlever de la tête les paysages désertiques des Etats-Unis, tant les références au cinéma (Fellini, Scorcese, Kusturica entre autres), au western en particulier (Gibraltar surnomme le flic du village, John Wayne) sont légion. Certains noms également font référence à une culture anglo-saxonne Gibraltar Mac Adam, par exemple.

Drôlement bien bâti, le roman met à jour les faiblesses et les fêlures de ses héros, leurs questionnements existentiels et leurs errances. Les personnages sont blasés, n'attendent plus vraiment de surprise et de bonheur de la vie ; les leurs s'écoulent sans qu'il n'en profitent, accablés qu'ils sont par leur passé et leur difficulté à le surmonter. La résilience n'est pas le fond de commerce du bouquin. Néanmoins, malgré des personnages à la dérive, Christophe Ghislain réussit le tour de force de ne pas faire un roman noir opaque : des traits d'humour émaillent le récit ainsi que des situations extra-ordinaires, irréelles qui en deviennent même poétiques, comme par exemple, le souhait d'Arthur, le père de Gibraltar, de creuser un énorme trou pour faire venir la mer dans son désert et de construire un phare. Phare dont Gibraltar reprendra la construction en revenant à Trois-Plaines, ce qui ne facilitera pas ses rapports avec les habitants.

Et le rhinocéros me direz-vous ? Eh bien, il revient, très en colère pour finir cette histoire par des pages très belles, rapides qui sont pour moi les plus belles du bouquin. Une fin en apothéose donc pour un premier roman d'un jeune écrivain belge qui promet !

 

dialogues croisés 

Commenter cet article

Griotte 13/02/2011 17:34


Ah je m'accorde sur ton avis: une vraie réussite ce premier roman. Ce Ghislain fera parler de lui !


Yv 13/02/2011 18:17



Un écrivain à suivre assûrément



Sentinelle 09/01/2011 10:42


Je n'avais jamais entendu parlé de ce jeune auteur. Je le note dans un coin de ma tête comme auteur belge à découvrir ;-)


Yv 09/01/2011 10:58



Son premier roman est vraiment très intéressant, des personnages bien décrits et un soupçon de "décalage"



Géraldine 22/12/2010 19:12


Me voilà bien tenté par ton analyse de ce livre au titre alléchant. je note !


Yv 24/12/2010 14:15



C'est vrai que le titre est bien choisi.



Leiloona 10/12/2010 12:03


Oui, un excellent premier roman ! Je l'ai lu dans le cadre d'un prix (il a d'ailleurs obtenu le prix du premier roman). Je n'ai pas fait de billet, j'aurais peut-être dû ! :)


Yv 10/12/2010 12:26



Pour moi, il méritait un billet, plus que certains livres qui me tombent des mains et dont je ne parle même pas. A mon avis, le prix est mérité.



Marie 08/12/2010 18:17


Un livre à lire alors ! Le titre est déjà bien original !!!


Yv 08/12/2010 19:01



Le contenu est à l'avenant



moustafette 06/12/2010 18:56


Je le surligne donc après l'avoir repéré chez Griotte dont la chronique faisait bien envie; la Belgique a encore frappé avec son humour décalé ?!! je ne sais plus qui évoquait le film "C'est arrivé
près de chez vous" après avoir lu ce bouquin...


Yv 06/12/2010 21:59



Je n'ai pas vu le film. Le livre n'est pas drôle : les situations sont décalées, certaines sont comiques, mais le ton d'ensemble n'est pas l'humour. On ne s'ennuie pas pour autant et les
personnages sont là pour nous retenir.



constance93 06/12/2010 17:56


un livre que j'ai demandé en partenariat après en avoir entendu beaucoup de bien sur fluctuat.net et sur quelques blogs.
ton avis me donne encore plus envie de l'avoir !


Yv 06/12/2010 21:57



Encore un peu de patience et tu pourras te promener avec délices sur les routes de Trois-Plaines.



Stephie 06/12/2010 17:37


Je l'ai lu grâce au grand Prix du Web et ce fut un coup de coeur pour moi.


Yv 06/12/2010 21:56



Je comprends, le coup de coeur est mérité et le Prix itou.



Kathel 06/12/2010 12:58


Tiens, je l'ai noté il y a quelques jours, pour mon défi de littérature européenne... non, non ce n'est pas une publicité déguisée, j'ai vraiment envie de le lire et tu me le confirmes !


Yv 06/12/2010 21:55



D'autant plus que je ne crois même pas avoir dit que c'était un auteur belge !