Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La casse

LaCasse_couv.jpgLa casse, Marc Ménis, Ravet-Anceau, 2014...

 

 

Dans les années 50 ou 60, une jeune fille est prise en stop par un homme charmant qui l'emmène chez elle, la séquestre, abuse d'elle et la tue.

De nos jours, une jeune punk qui squatte l'ancienne gare de triage de Lille est retrouvée morte, assassinée. Le commissaire Sandre prend en charge cette affaire, assisté du capitaine Morel, des lieutenants Jérémie Tchang et Milena Nowak. Bientôt, dans un jardin d'un vieux quartier de Lille deux squelettes sont découverts, c'est Morel qui prend l'enquête.

 

 

Marc Ménis est Lillois, féru de rock, comme son commissaire Sandre qui écoute Les Ramones à fond dans sa voiture. La casse, son premier roman, n'est pas totalement abouti, mais il contient de belles promesses. Il est assez long à démarrer et ne devient vraiment intéressant qu'aux alentours de la page 8O lorsque les deux squelettes sont déterrés et que le capitaine Morel se charge de l'enquête. Avant, ça ronronne, ça s'allonge en des considérations pas toujours palpitantes. Puis, petit à petit, les personnages prennent du corps et de l'épaisseur, Sandre et Morel en particulier, mais leurs histoires peinent encore à s'intégrer de manière fluide dans le récit : elles sont présentes, mais arrivent parfois comme un cheveu sur la soupe, sans transition.

Autre constat : l'intrigue des corps enterrés cinquante ou soixante ans plus tôt, nous dit Marc Ménis, touche et remue ses deux flics, mais le problème c'est qu'on ne le sent pas vraiment, il aurait été judicieux, plutôt que de nous le dire plusieurs fois de nous le faire ressentir par le comportement d'iceux, leurs questionnements... Le choix de deux enquêtes séparées n'ayant rien en commun me plaît bien, on a tellement l'habitude de voir deux dossiers totalement opposés se rencontrer en fin de volume, parfois de manière artificielle, au moins Marc Ménis évite l'écueil. Son roman est très réaliste, ancré dans le temps. 

J'ai l'impression d'avoir lu un roman policier inachevé, un plan très détaillé et très prometteur, une bonne base pour un roman d'une autre envergure. Les idées, les personnages et l'écriture de Marc Ménis, sa fluidité, sa simplicité à la fois classique et moderne me donnent à penser que ce premier roman ne sera pas le dernier et que les bonnes choses aperçues dans ce livre reviendront développées et musclées dans un prochain opus.

 


polars 2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Oncle Paul 30/08/2014 18:30

Bonjour Yv
J'aime les romans qui démarrent sur les chapeaux de roues. Ce n'est pas le cas pour celui-ci mais si l'auteur écoute les avis, et suit les conseils, nul doute qu'il se corrigera et avec de
l'expérience nous mitonnera des romans plus palpitants à l'avenir. D'après ton article, il semble que l'auteur a louvoyé entre roman policier et littérature généraliste l'intrigue étant un peu
noyée.
Amitiés

Yv 30/08/2014 18:46



Bonjour Paul,


oui ce n'est pas franc, il prend à beaucoup de genres, le roman policier social du genre nordique type Mankell ou Indridason par exemple, mais aussi des polars français et autres. L'ensemble
manque un peu de cohéson mais est très prometteur.


Amicalement,



Gwenaelle 30/08/2014 09:50

Muni de tes précieux conseils, nul doute que l'auteur va travailler sa droite pour le prochain! :-) Je passe pour celui-là, mais note que c'est un auteur à suivre...

Yv 30/08/2014 18:44



Oui, il y a de très bonnes choses, mais aussi malheureusement des approximations... Mais c'est bien ça veut dire qu'il y a encore des progrès à faire.