Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

L'homme qui plantait des arbres

l_homme_qui_plantait_des_arbres_de_jean_giono.jpgL'homme qui plantait des arbres, Jean Giono, Gallimard, 1983

"En 1953, le magazine américain The reader's Digest demanda à Giono d'écrire quelques pages pour la rubrique bien connue "Le personnage le plus extraordinaire que j'aie jamais rencontré." Quelques jours plus tard, le texte, tapé à la machine, était expédié, et la réponse ne se faisait pas attendre : réponse satisfaite et chaleureuse, c'était tout à fait ce qui convenait." (4ème de couverture)

Tout petit texte absolument formidable, qui pourrait être un manifeste pour les écologistes en herbe, les amoureux des arbres et de la nature. D'abord, il y a l'écriture de Giono, son style, et sa description de la montagne, des sentiers et bien sûr des arbres. Et puis cette histoire incroyable d'un homme qui crée une forêt sur un territoire désert, seul. Incroyablement seul. Un homme devenu berger qui n'aspire qu'à la solitude et/ou aux vraies rencontres, celles desquelles il y a quelque chose à retirer. Un homme de valeur(s) : "Pour que le caractère d'un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l'idée qui la dirige est d'une générosité sans exemple, s'il est absolument certain qu'elle n'a cherché de récompense nulle part et qu'au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d'erreurs, devant un caractère inoubliable." (p.9)

Et puis, au fur et à mesure, dans ce texte, on peut s'apercevoir qu'il est certes un hymne à la nature mais aussi un dégoût de ce que l'Homme peut engendrer en catastrophes tant pour lui que pour les autres êtres vivants : les guerres (je me permets de rappeler que Giono fut très marqué par la première, celle de 14/18), le progrès qui oblige à détruire des pans entiers de nature en faveur des routes, des ponts, ... Une certaine misanthropie pointe, une amertume, un désabusement sur les actions humaines : "Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l'âme de cet homme -sans moyens techniques-, on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction." (p.22/23)

Un texte efficace, court et puissant qui peut être lu aujourd'hui de manière très moderne, qui colle parfaitement aux conditions de vie de notre début de XXIème siècle. Mon fils a lu cette année, de cet auteur, (classe de seconde oblige) Le grand troupeau , un roman long et pas facile qui l'a ennuyé et pas vraiment fasciné (certes, la lecture n'est pas son sport favori, c'est même sans doute le cadet de ses soucis). Peut-être eût-il mieux valu faire découvrir Giono par ce court livre intemporel et sans doute plus accessible ? L'exigence littéraire de Giono y est bien présente mais du fait du format du livre et des thèmes abordés, elle est plus facilement abordable et explicable. Peut-être même les élèves auraient-ils eu envie de découvrir ensuite ce que Giono a écrit d'autre ? Mais là, j'extrapole, je m'emporte...

Texte très commenté sur Babelio

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

zazy 06/07/2013 22:21

Giono, ça fait un bail.... c'est ma mère qui a dû m'en faire lire et.... automatiquement je n'avais pas aimé. Trop daté pour moi à l'époque, mais pourquoi pas réessayer

Yv 07/07/2013 08:44



tu peux avec celui-ci, tout petit qui, qui sait, peut peut-être même te réconciler avec l'auteur



kathel 02/07/2013 19:12

Comme le note Krol, ce roman est proposé le plus souvent en fin de cycle 3, il fait partie de la "liste officielle de littérature jeunesse"... Voilà qui me donne envie de relire Le hussard sur le
toit que j'ai dans mes étagères.

Yv 03/07/2013 11:18



Jeunesse seulement ? Il pourrait largement passer pour des élèves plus âgés



UntexteUnjour 02/07/2013 17:58

Un livre dont je garde un souvenir extraordinaire. Je l'ai découvert en début de collège et tout un monde s'est alors ouvert à la petite citadine que j'étais. J'ai encore, dans ma bibliothèque, le
titre offert pour mes onze ans, dans la collection folio cadet rouge, superbement illustré par Willi Glasauer. Une excellente introduction à Giono.
Merci de votre article !

Yv 03/07/2013 11:17



Je l'ai découvert avec cette lecture et j'avoue être encore sous le charme. Le genre de livre que je me verrais bien acheter (mon exemplaire était un prêt) pour le relire et le faire lire. Merci
de votre passage et de votre commentaire



krol 02/07/2013 13:16

Je l'ai lu avec des élèves de CM 2... c'est en effet un excellent texte ! A lire et à relire !

Yv 03/07/2013 11:15



ça ne m'étonne pas que ça ait marché avec des enfants de 10/11 ans, c'est un thème qui doit les toucher



yuko 02/07/2013 12:06

Un très beau roman qui mériterait en effet d'être étudié en classe !

Yv 03/07/2013 11:14



Oui, parce qu'en plus, les élèves n'auraient plus à choisir un extrait d'un longue oeuvre, il spourraient étudier tout le texte en profondeur



Alex-Mot-à-Mots 02/07/2013 11:36

Du coup, tu l'as déposé sur la table de chevet de ton fils.

Yv 03/07/2013 11:13



Je lui ai demandé de le lire, mais je ne suis pas sûr du résultat et comme c'était un prêt, j'ai dû le rendre...



Sophie 02/07/2013 09:44

Je vais te raconter ma vie aujourd'hui Yv (...) en classe de cinquième, je me suis prise de passion pour Zola, et je ne lisais plus que ça. J'empruntais les livres au CDI du collège, et ma prof de
français de cette année-là (une nana que je détestais),lassée de ma manie, m'a dit (quelle bécasse): "Sophie, ce n'est plus possible, sors un peu de ton Zola, allez, je te conseille Giono, Le
hussard sur le toit"... Etant tout de même sa meilleure élève, je n'ai pas pu la contredire, et j'ai lu le roman...que je n'ai pas du tout aimé (je ne sais plus pourquoi aujourd'hui)Je le lui ai
dit, et sa consternation a scellé la rupture entre nous: je suis restée sa meilleure élève, mais elle me regardait comme une sorte d'extra-terrestre dont il valait mieux se tenir éloigné!
Conclusion: je n'ai plus jamais rouvert un roman de Giono! :)

Yv 03/07/2013 11:12



Alors, c'est le bon moment, d'abord, parce que je pense que ce livre est différent du hussard (mais je ne l'ai pas lu, alors je ne fais que supputer) et ensuite parce qu'il est très court, c'est
un excellent moyen de renouer avec Giono sans casser avec Zola...



Gwenaelle 02/07/2013 08:06

Je suis "Giono for ever" alors tu prêches une convaincue... ;-)

Yv 03/07/2013 11:11



Va en paix ma soeur, et procure toi vite cet opus si ce n'est déjà fait



clara 02/07/2013 07:55

très tentant et à la biblio en plus !

Yv 03/07/2013 11:10



Un petit moment très agréable



Sandrine 02/07/2013 07:03

Bien longtemps que je n'ai pas lu Giono. Le côté "hymne à la nature" me rebute assez, j'ai un souvenir difficile de mes lectures de collégienne et plus tard, "Le hussard sur le toit" m'a vraiment
lassée (tous ces gens qui vomissent...).

Yv 03/07/2013 11:10



C'est vrai que c'est très nature, mais c'est plutôt un côté qui me plaît !