Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'homme est un grand faisan sur terre

Publié le par Yv

L'homme est un grand faisan sur terre, Herta Müller, Ed. Maren Sell, 1988

Windisch est meunier dans un village de Roumanie. La Roumanie des Ceaucescu. Il fait partie de la communauté souabe de ce pays, une minorité allemande. Son souhait le plus cher est d'émigrer vers l'Allemagne et d'y emmener sa femme et sa fille. Seulement, obtenir des papiers à cette époque, dans ce pays, n'est pas simple. Entre corruption, pots-de-vins et droit de cuissage, les policiers font ce qu'ils veulent.

L'ambiance n'est donc pas joyeuse. Windisch parcourt et regarde son village et ses habitants avec un oeil nouveau, celui du futur migrant : ce qu'il voit ne le remplit pas de joie. Nous non plus d'ailleurs. C'est triste, morne, plombant.

Je voulais découvrir l'écriture de Herta Müller, Prix Nobel de Littérature en 2009, et j'ai trouvé que ce petit roman était une bonne entrée en matière. Je suis surpris par cette découverte. Herta Müller écrit des phrases très courtes, souvent sujet + verbe + complément. Elle décrit des personnes, des lieux et des actions on ne peut plus basiques et prosaïques. On sent l'auteure très détachée de ce qu'elle écrit. C'est un vrai paradoxe, puisqu'elle est elle-même une Souabe de Roumanie émigrée en Allemagne, sous Ceaucescu. Dans le même temps, malgré son récit très terre-à-terre et ses phrases sèches, je n'ai pu m'empêcher de trouver une certaine poésie à l'histoire, à la manière de la raconter.

En fait, je suis en pleine confusion : certaines phrases me sont complètement hermétiques, d'autres permettent de suivre l'histoire. Je me suis demandé plusieurs fois pourquoi telle phrase était à telle place, ce qu'elle signifiait et ce qu'elle apportait au récit. Jamais je n'ai pu répondre à mes questionnements. Je ne suis jamais vraiment entré dans le sujet, j'ai toujours eu la sensation d'être au-dessus du livre, de ne pouvoir être dedans. Néanmoins, j'avais très envie de terminer ce livre. Une sorte d'attirance pour l'écriture, pour les situations et les personnages. Inexplicable.

C'est donc à la fois dubitatif et certain d'avoir fait une lecture pas commune que j'écris ce billet en demi-teinte, mi-chèvre, mi-chou, oscillant entre emballement et déception.

Commenter cet article

Marie 28/07/2010 13:45


Oh là là ! Pas du tout, mais alors pas du tout tentée !!!


Yv 28/07/2010 20:22



Ca ne m'étonne pas, on peut passer malgré le Nobel.



Kathel 20/07/2010 11:22


Je suis en train de lire un roman aussi où je me demande parfois la signification de telle ou telle phrase... Je n'en redemande pas, je passe donc !


Yv 20/07/2010 16:50



Je ne suis pas preneur non plus, même si parfois, j'avoue une certaine attirance pour des récits pas très clairs. Comprenne qui pourra ?



Hélène 20/07/2010 09:15


Eh bien moi je passe mon tour, les romans glauquissimes ne me tentent pas, prix nobel ou pas...


Yv 20/07/2010 16:49



Comme quoi, le Nobel n'est pas toujours vendeur. Tu peux passer sans souci.



zarline 19/07/2010 11:30


Depuis son Prix Nobel "surprise" (enfin pour moi vu que je n'en avais jamais entendu parler, mais je crois que je ne suis pas la seule), j'ai assez envie de découvrir cette auteure. Ca n'a quand
même pas l'air d'être une lecture très simple. A voir...


Yv 19/07/2010 15:03



Ce n'est pas simple du tout, c'est une lecture exigeante, qui peut déplaire. Je reste assez dubitatif