Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

L'été des lucioles

l-ete-des-lucioles.jpgL'été des lucioles, Gilles Paris, Ed. Héloïse d'Ormesson, 2014...,

Victor, neuf ans vit avec sa sœur Alicia, sa maman Claire et la compagne d'icelle Pilar à Bourg-en-Bresse. François leur papa vit à Paris. L'été, Victor et les filles vont le passer à Roquebrune -Cap-Martin, dans un appartement dont François a hérité. Là, il se lie d'amitié avec Gaspard et tous les deux arpentent le chemin des douaniers, parfois accompagnés de Justine dont Victor est amoureux. L'été de ses neuf ans sera celui des découvertes des villas de la région, de l'amitié, de l'amour, des secrets familiaux et des lucioles qui font une arrivée quasi miraculeuse sur la commune.

Gilles Paris n'est pas un écrivain prolifique : quatre livres en un peu plus de vingt ans ; tous ont en commun d'être le point de vue d'un enfant. Je n'ai pas lu  Papa et maman sont morts (1991), par contre j'ai lu et aimé Autobiographie d'une courgette (2002) et Au pays des kangourous (2012). Dans ce quatrième roman, il utilise le même procédé, à savoir raconter une histoire vue par les yeux de son enfant-héros. Avec tout le respect et l'amitié que j'ai pour Gilles, je dois dire que le début m'a un poil ennuyé et que j'ai eu du mal à entrer dans son histoire. Les cent premières pages tournent un peu dans le vide une fois passées les présentations des personnages et des lieux, se répètent au point que je me suis demandé si j'allais pouvoir finir le livre. Je me disais également dans mon for intérieur que Gilles pouvait passer à autre chose, qu'il tournait un peu en rond. Je tiens à préciser que de prime abord, je ne suis pas fan des livres racontés par des enfants, je trouve le procédé parfois facile et souvent surexploité pour faire passer des approximations, pour ne pas aller au fond des choses, écueils  que Gilles Paris avait su largement et finement éviter avec ses autres romans. Certes, là il aborde des thèmes très actuels comme l'alcoolisation des jeunes, la difficulté de vivre avec des parents divorcés, la non-difficulté de vivre avec deux adultes de même sexe qui s'aiment, ... mais c'est fait assez timidement. Voilà où j'en étais en passant la page 98 du livre, car là, enfin, le livre débute, et Gilles de dérouler son histoire avec ses secrets de famille bien enfouis, avec des personnages qui enfin agissent et prennent corps, grâce à l'apparition de la baronne Hedwige, le rôle qui fait passer ce roman dans la catégorie de ceux qu'on veut finir absolument. Là, enfin, Victor prend conscience que sa famille a une histoire pas forcément simple et qu'il doit la découvrir pour avancer et faire avancer les siens. Là, enfin, Gilles Paris installe un suspense (pas intense, on n'est pas dans un polar) et des situations extra-ordinaires, irrationnels. Et là, enfin, je retrouve tout le plaisir que j'ai déjà eu à le lire précédemment, toute la tendresse qu'il a pour ses personnages, qu'ils ont entre eux, de l'amour, de l'innocence -d'aucuns diront de la mièvrerie, ce que j'aurais pu dire s'il n'y avait eu ce tournant dans le livre, mais justement, je trouve que G. Paris sait éviter cette facilité avec justesse. Certains passages sont très réussis, notamment l'entrée non autorisée dans la Villa Cyrnos qui m'a fait inévitablement penser à Le château de ma mère de Marcel Pagnol : "La voix résonne dans mon dos et me terrifie. Je sens mes jambes trembler. De toute façon, je n'ai pas le choix. Je me retourne. Un vieil homme barbu, en short et tee-shirt tout taché, casquette enfoncée sur la tête et sandales aux pieds, me fait face, un râteau à la main. Justine et Gaspard se sont collés à moi." (p.123)

Pour résumer, un roman un peu bavard au départ qui, heureusement trouve son rythme en seconde partie qui sauve largement l'ensemble. Très plaisant, humour et tendresse à toutes les pages (à partir de la 98, j'insiste). Malgré mes réserves, de jolies vacances à Roquebrune à partager.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Emma 10/02/2014 09:55

Toujours pas découvert cet auteur pourtant assez présent sur les blogs.

Yv 10/02/2014 10:45



Très présent et apprécié à juste raison



Alex-Mot-à-Mots 30/01/2014 21:30

Comme toi, j'ai plus apprécié la fin du roman.

Yv 31/01/2014 07:50



oui, le début est un peu longuet



krol 28/01/2014 18:36

Les kangourous, les lucioles, mais vers quel animal vais-je me tourner pour découvrir cet auteur ?

Yv 29/01/2014 08:38



Dans l'ordre, tu fais des bonds, puis tu vas vers la lumière



Lystig 26/01/2014 19:35

des vacances que je partagerai volontiers

Yv 27/01/2014 13:22



le livre peut voyager jusque chez toi...



Liliba 26/01/2014 15:27

Ces lucioles me font de l'oeil, mais je vais commencer par les kangourous qui sautent sur ma PAL depuis pas mal de temps...

Yv 26/01/2014 16:44



J'ai préféré les kangourous aux lucioles



zazy 26/01/2014 15:18

Les brushings qui vont avec ?

Yv 26/01/2014 16:44



ben non, j'ai quand même une bonne base masculine



zazy 26/01/2014 11:35

Tu as tout compris

Yv 26/01/2014 14:26



mon intuition... il paraît que j'ai pas mal de traits dits féminins



zazy 25/01/2014 22:16

J'ai lu "au pays des kangourous", j'ai aimé, mais...

Yv 26/01/2014 09:25



... tu crains que L'été des lucioles y ressemble trop. Tu n'as pas totalement tort, et même si ses livres sont de très bonne qualité, j'aimerais que Gilles Paris change  son point de vue
narratif.



Noukette 25/01/2014 19:33

J'ai adoré Au pays des kangourous, j'ai très envie de découvrir celui ci !

Yv 25/01/2014 19:53



Dans la même veine, tu ne devrais pas être déçue



Violette 25/01/2014 18:05

bizarrement pas envie de relire cet auteur...

Yv 25/01/2014 19:53



ah oui, c'est bizarre, parce que il est apprécié, à juste titre



Asphodèle la vraie 25/01/2014 12:39

Je ne lis que du bien de ce livre mais je tiens compte de tes réserves premières (je ne suis pas amie avec l'auteur moi^^) et je le lirai certainement un jour ! Ce qui me chiffonne et m'empêche de
"passer à l'acte" c'est justement le fait de faire parler un enfant, c'est très dur d'être "juste" quand on choisit cette voie mais visiblement il sait y faire ! Je retiens l'impression globale !
;)

Yv 25/01/2014 14:17



Tu as raison, il faut retenir l'impression globale très positive, le reste ce sont des réserves très personnelles en regard sans doute des autres livres de Gilles Paris



Aifelle 25/01/2014 10:38

J'ai "autobiographie d'une courgette" sur ma LAL depuis une éternité, je commencerai donc plutôt par lui pour faire connaissance avec l'auteur.

Yv 25/01/2014 14:16



Oui, il est très bien et ça donne une idée claire de ce qu'écrit Gilles Paris



keisha 25/01/2014 06:41

Page 98 sur combien?
Bon, si un jour je lis l'auteur, commencer peut être par u n autre? (pas trop fan non plus des livres racontés et vus par un gamin, mais comme tu aimes, ça va)

Yv 25/01/2014 08:23



Environ 200 pages, je ne sais plus trop. Et l'ensemble est bien, il faut juste passer un peu plus rapidement le début.