Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'astronome aveugle

Publié le par Yv

L'astronome aveugle, Anne-Catherine Blanc, Ed. Ramsay, 2009
Dans un royaume dont on ne connait que peu de choses si ce n'est qu'il est au bord de la mer, l'astronome officiel du roi depuis de longues années devient aveugle à force de scruter les étoiles. Renonçant à ses privilèges, accompagné de son chat et muni de sa canne et d'une écuelle, il part tel un vagabond sur les routes. Cette errance le mènera dans un phare. Il rencontre alors le gardien de ce phare qui devient son ami.
Roman écrit dans une langue étonnante "enluminée de références médiévales". (4ème de couverture). Les tournures de phrases, la place des mots dans icelles et le choix des mots fleurent bon le vieux français et donnent à l'histoire une dimension unique. Ces choix l'ancrent dans une époque lointaine et un peu irréelle et lui donne un air de conte ou de fable. Très bel exercice de style.
Belle réflexion aussi sur l'indépendance des hommes tant physique qu'intellectuelle. L'astronome, bien qu'il ait été au service du roi pendant très longtemps a gardé un esprit libre, ouvert, curieux et critique : il ne cède par exemple pas à la croyance en une religion -en ces temps de forte présence de l'Eglise- ni même en celle qui le faisait vivre pourtant : la divination par les astres, qu'il considère comme non exacte et tout juste bonne à rassurer le "client" pour peu que l'astronome soit assez intelligent pour enjoliver son propos. Un espèce d'anarchiste avant l'heure : l'image de l'astronome qui me venait au fur et à mesure de ma lecture, et qui me reste après se situe entre Léo Ferré -pour l'anarchie- et Panoramix -qui certes n'est pas astronome, mais druide. Mais que voulez-vous, on ne contrôle pas toujours les images !
Le livre donc est surprenant par son style, les situations et l'époque décrites et ses personnages : l'astronome certes, mais aussi son chat omniprésent, intelligent qui guide l'aveugle, le prévient des dangers et l'aide à sa réflexion personnelle. Pas mal pour un chat, qui, parfois, dans certains passages, m'a fait penser au Chat Botté. Je vous l'ai dit : un conte ou une fable !
Merci à l'éditeur et à B.O.B pour cet envoi qui m'a ravi.

Commenter cet article

Moglug 17/07/2015 22:09

Je viens de lire 5 ou 6 articles d'affilées sur ce livre et personne n'en retient tout à fait la même chose. C'est vraiment excellent, ce roman semble à la fois très simple et très riche.
J'ai découvert A-C Blanc il y a quelques mois avec Les chiens de l'aube et j'ai franchement hâte de lire ses autres romans :
Mon billet sur les chiens de l'aube : https://synchroniciteetserendipite.wordpress.com/2015/07/11/les-chiens-de-laube-anne-catherine-blanc/ ;)

Marie 14/01/2010 08:04


Suite à ton beau billet, je m'étais promis de lire ce livre. C'est fait ! Un vrai petit bijou ! j'ai aimé l'écriture mais aussi l'histoire et surtout cette recherche de l'amitié sincère et de la
liberté...


Yv 14/01/2010 13:57


Je suis ravi que mes billets donnent envie et qu'en plus ils arrivent à de tels enthousiasmes


Marie 11/11/2009 21:31


Super ! Alors je ne note !


Yv 12/11/2009 13:37


Ravi de voir ton enthousiasme.


Marie 11/11/2009 16:56


Ton billet me donne envie d'ajouter directement ce livre à ma pal, sans passer par la file d'attente de ma liste à lire ! ;-)
La seule chose qui me fait un peu hésiter est l'écriture. J'ai déjà lu des textes de Villon et certaines phrases étaient à la limite du compréhensible pour moi. Est-ce que le style est difficile ?


Yv 11/11/2009 17:35


Je te rassure tout de suite, rien à voir avec Villon, souvent abscons. L'auteure use plutôt de tournures de phrases et de mots qui font référence au Moyen Age, mais tout reste très intelligible.


Alex-Couassous 08/11/2009 18:16


En lisant le titre du livre, je me suis dit "ça c'est pas de chance" !
Mais après avoir lu le billet, je crois que je vais noter ce titre tout de même.


Yv 09/11/2009 16:04


C'est vari que le titre n'est pas engageant, mais le contenu est nettement meilleur que ce que le titre peut laiusser entrevoir.