Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean II le Bon, séquelle

Publié le par Yv

Jean II le Bon, séquelle, Fabrice Vigne, Ed. Thierry Magnier, 2010

On retrouve le trio Elsa, Stan et Arthur, les ados qui ont écrit Jean 1er le Posthume, roman historique. Cette fois-ci, les voici partis pour écrire Jean 1er, la suite, soit Jean II le Bon (1319-1364). Désormais âgés d'environ quatorze ans, en proie à des questions importantes et existentielles, ce roman tombe pile pour faire le point sur la solidité de leur amitié.

Les petits jeunes ont grandi. Leurs préoccupations sont celles des enfants de leur âge : l'amour, les filles, le brevet (enfin, ça c'est plutôt le leitmotiv des parents), leur futur métier. Aussi lorsqu'on leur parle orientation, Elsa réagit assez brutalement : "Ce n'est pas un collège, c'est un centre de tri. On sépare les bons élèves "sans problèmes" qui choisiront, ceux qui débarquent là, qui prendront ce qui reste, les "manuels", et puis ceux qui n'auront rien du tout, les "chômeurs"... Félicitations, vous avez tous gagné ! Tout le troupeau obéit comme un seul mouton, et tout le monde est content,, le déterminisme et la génétique et le droit divin et l'hérédité et le président... Mon cul ! Ce que je veux faire plus tard, moi ? C'est la Révolution. Mais ça, bien sûr, ça ne fait pas partie des mille et vingt fiches métiers." (p.88/89)

Ce qu'il y a de bien dans ce bouquin -que je ne qualifierais pas de "jeunesse", ce serait trop réducteur-, c'est que le prétexte de l'écriture d'un roman permet à Fabrice Vigne de cerner les tourments adolescents. Entre Stan, l'inventeur d'histoire et Elsa la rebelle gothique et révolutionnaire, le torchon brûle plus que jamais, mais on sent bien que leur amitié est en train de se transformer. Ce livre permet aussi à son auteur de parler des affres de la création littéraire (Arthur), cinématographique (Stan) ou musicale (Elsa). Le créateur de cette oeuvre, bien dans son époque décrit également les différents familles actuelles : Stan vit seul avec sa mère depuis que son père est décédé, Elsa vit dans une famille "normale" et Arthur est dans une famille recomposée, chacun vivant différemment l'absence, la solitude ou la fratrie.

Plus dense que Jean 1er, avec toujours les notes humoristiques chères à Fabrice Vigne, ce petit roman se lit vite et très agréablement.

Ceux qui lisent régulièrement mon blog ont pu remarquer que j'aimais beaucoup le travail de Fabrice Vigne, et là encore peuvent constater que je reste sur mes affections littéraires. Ne reste plus qu'à faire comme moi, découvrez, si ce n'est déjà fait cet auteur qui le mérite.

A toutes fins utiles, voici le lien vers son blog, ou plutôt celui de sa micro-maison-d'édition : Le fond du tiroir. En prime, un lien vers son dernier écrit, une lettre au Dr Haricot, alias Louis-Ferdinand Céline (dont on parle beaucoup en ce moment) et éditée au Pré Carré.

Commenter cet article

Isa 17/02/2011 12:19


oui oui j'ai noté les 2 !!!


Yv 17/02/2011 13:52



Bon eh bien bonnes lectures



Armande 16/02/2011 12:53


Un roman que je lirai volontiers. J'avais bien aimé le premier.


Yv 17/02/2011 08:55



Pas de souci, alors, tu aimeras celui-ci aussi.



Isa 16/02/2011 12:22


Je ne connais pas mais tu donnes envie de le découvrir. Je note donc.


Yv 17/02/2011 08:56



Et puis, pendant que tu y es, tu peux lire Jean 1er, le posthume.



sylire 15/02/2011 19:02


J'avais lu et bien aimé le premier tome, je lirai certainement celui-ci.


Yv 16/02/2011 10:00



Dans la même veine que Jean 1er. Si tu as aimé le 1er, tu aimeras le second. On retrouve le même univers et l'humour et la tendresse de l'auteur pour ses héros. Depuis, que j'ai découvert Fabrice
Vigne (grâce à toi d'ailleurs, merci), je trouve qu'il mériterait d'être beaucoup plus lu, et que sa micro maison d'édition Le fond du tiroir mérite elle aussi le détour.