Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Incident de personne

http://www.decitre.fr/gi/92/9782226215192FS.gifIncident de personne, Eric Pessan, Albin Michel, 2010

Un homme, animateur d'atelier d'écriture, prend place à bord d'un train Paris-Nantes. Il veut se reposer, bien qu'il s'en sente incapable, épuisé qu'il est par son travail, sa vie. Sa voisine de voyage, une femme, très attirée par son portable et ses textos à envoyer ne risque pas de le déranger. Et puis, entre Le Mans et Angers, brutalement, le train s'arrête, sans raison apparente. Au bout d'un long moment, le controleur du train parle d'un "incident de personne", un suicide sur la voie, qui oblige le train à s'immobibliser un moment. A ce moment, un contact, timide au départ, s'amorce entre l'homme et la femme, celui-ci se lançant dans un récit, alternant des moments de sa vie et des histoires reçues dans ses ateliers d'écriture.

Sombre, bien sombre ce nouveau roman d'Eric Pessan. Son personnage est fatigué, nerveusement, physiquement. C'est un "passager bavard, dépressif, vaguement inquiétant, celui [...] qui vous racontera sa vie, ses malheurs, ses problèmes, vous montrera ses varices et vous détaillera ses flatulences. Et -comble du malheur- votre train est coincé pour des heures." (p.155) Il se raconte à cette femme inconnue, lui qui ne dit jamais rien. Cet "incident de personne" déclenche en lui quelque stimulus le faisant se confier. Il rentre de Nicosie, en Chypre, où il a animé un atelier d'écriture. Là-bas, l'homme qui l'a accueilli, qu'il ne connaissait pas à procédé d'une façon similaire, lui racontant un épisode douloureux de sa vie et se suicidant ensuite. Alors, si le narrateur n'en est pas au suicide à proprement parler, peut-être peut-on parler de "suicide social", lui qui s'isole totalement des siens, de ses amis, des autres en général, au point de perdre également logement et travail.

Eric Pessan construit son roman comme des allers-retours entre le wagon, où les gens s'impatientent, s'énervent, et les histoires glanées lors des ateliers d'écriture que l'homme raconte à sa voisine. Le lien entre toutes ces anecdotes étant lui, l'animateur, le confident, l'avaleur, l'éponge qui les aborbe toutes et ne peut les ressortir, sauf dans ce train. Là où certains pourraient voir une suite illogique et sans but de récits plus ou moins intéressants, je vois un homme qui ne vit que par les autres, qui n'a aucune existence propre que celle de permettre aux gens qu'il accompagne de sortir leurs malheurs. "Pour ma part, je suis sans histoire, je n'ai rien à dire de moi, je n'existerai plus à la descente de ce train [...], vous vous souviendrez vaguement qu'un type bizarre voyageait à vos côtés, un type sans histoire, cousu de récits de vies qui ne sont pas les siennes. Un type qui a accepté de ne pas avoir d'histoire pour se rendre disponible à celle des autres." (p.182)

Ce n'est pas un texte facile, qui ne fait pas dans la gaudriole, mais Eric Pessan sait nous accrocher avec sa langue simple et directe. Le portrait d'un homme en plein questionnement à l'aube de la quarantaine, en questionnement sur lui-même, sur les autres et sur la vie en général. La vie, la mort, les souffrances, les malheurs, l'amour.

Un livre intelligent, par un auteur que j'aime beaucoup, qui nous pousse à la réflexion et qui ne peut laisser indifférent !


D'autres lecteurs : le globe-lecteur, Sylvie, Pimprenelle.

 

Merci à Joëlle Faure des éditions Albin Michel.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mango 12/11/2010 10:51


Je l'ai noté aussi bien que je sente qu'il risque de moins me plaire que "L'effacement" mais je me trompe peut-être, si la plume est vraiment belle!


Yv 12/11/2010 11:05



Non, tu ne te trompes pas, L'effacement du monde est plus profond, plus "intéressant", même si Incident de personne est aussi de très très bonne qualité.



Aliénor 19/10/2010 16:33


Je le note. Déjà qu'il m'attirait parmi tous ceux de la rentrée...


Yv 19/10/2010 17:31



Je n'ai pas lui beaucoup de cette rentrée, mais je pense qu'il fait partie de ceux qui peuvent sortir du lot. De toute manière, Eric Pessan mérite qu'on prenne du temps pour le lire.



Alex-Mot-à-Mots 03/10/2010 08:41


Je n'apprécie pas particulièrement ces épanchements dans un livre.


Yv 03/10/2010 13:53



A chacun ses goûte, mais moi, j'aime bien, et puis, l'écriture de E. Pessan est vraiment de qualité



Ys 02/10/2010 09:55


Jusqu'à présent, j'avais plutôt lu des billets qui traduisaient un certain ennui...


Yv 02/10/2010 10:39



C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup d'action dans le livre, donc il peut générer un certain ennui. Tout dépend de ce que l'on attend d'un livre.



Sébastien L 01/10/2010 19:23


Heureusement qu'il nous reste les blogs pour parler de ces livres forts, dont la presse oublie l'existence, obnubilée par l'obtention d'une interview d'Amélie Nothomb ou d'une chronique avant tout
le monde sur le dernier Houellebecq ! Peut-être la blogo peut-elle contribuer au succès, somme toute modeste, de ces autres livres...


Yv 02/10/2010 10:38



Un voeu que je partage, cela va de soi.



Hathaway 01/10/2010 18:16


La présidente de notre café littéraire a trouvé cette lecture tellement forte qu'elle a invité l'auteur pour une de nos prochaine réunions. Le livre est donc noté !


Yv 02/10/2010 10:38



J'ai appris que Eric Pessan est un voisin : il habite le vignoble sud-nantais, à quelques kilomètres de chez moi et je me suis laissé dire par très informé que c'était un homme passionné et très
agréable. Donc, je te souhaite une très belle rencontre.



Hélène 29/09/2010 09:46


Il est dans ma pal, à voir...


Yv 29/09/2010 11:33



Je crois qu'il ne te décevra pas. Enfin, j'espère !