Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoire et faux-semblants

Publié le par Yv

Histoire et faux-semblants, Didier Daeninckx, Ed. Verdier 2007 (existe en Ed. Folio)

"Dans ces quatre nouvelles, les apparences s'avèrent toujours trompeuses. L'histoire refuse que l'on assemble trop vite les bribes qui la constituent." (4ème de couverture)

Matin de canicule : un homme roule sur le périphérique parisien en direction de Lille, mais par le malheureux hasard d'un accident de la route dont il est témoin, il se retrouve à arpenter les rues du quartier de sa jeunesse. Il revoit celle qu'il croit être l'un de ses amours adolescentes.

Mères glorieuses, mères angoissées... : un assassinat à Paris occupée en 1942. Une jeune femme est retrouvée morte dans son chic appartement. Les deux inspecteurs découvrent qu'elle est la maîtresse d'un officier de la Wafen SS, ce qui complique considérablement leur tâche.

Sandrina Spice : une jeune fille se suicide lorsqu'elle apprend que son idole, la chanteuse Sandrina Spice vient d'avoir un accident mortel. Le jumeau de la jeune fille, qui la sauve de justesse, tente de lui redonner envie de vivre.

Un petit air mutin : 1931, aux alentours de Craon, Eusèbe et Edmond sont chargés de faire la chasse aux dépouilleurs de cadavres, aux collectionneurs de tous poils qui creusent les tranchées vieilles de 13 ans. Ce matin-là, ils appréhendent un homme qui se dit Sénégalais, fait assez rare dans la région à cette époque.

Les personnes dont on parle et à qui l'on parle sont-elles bien réelles ? Ne se trompe-t-on pas d'individu ? Toute l'ambiguïté des histoires de Didier Daeninckx repose sur ses faux-semblants, sur l'illusion. Comme toujours chez cet auteur, l'enquête, le suspense est là pour tenir en haleine, mais le contexte est le plus fort. L'Histoire avec un grand H, dans laquelle il insère des morceaux de la petite histoire : la nôtre ou celle de ses héros. Elles sont courtes ses quatre nouvelles. Trop courtes. Elles auraient toutes pu faire, séparément, d'excellents romans. La première, Matin de canicule commence fort  : "Les Parisiens lève-tôt, en route pour leur maison de campagne, croisaient les fêtards en quête d'after sur l'anneau presque désert. Je me suis laissé emporter. L'aiguille du compteur flirtait avec le chiffre cent quand un type, tête nue, queue de cheval dressée à l'horizontale par le vent, a débouché sur ma droite. Il avait dû doper le moteur de son scooter, car après s'être maintenu un instant à ma hauteur, une pression sur la manette des gaz lui a fait prendre une dizaine de mètres d'avance. [...] J'étais en train de l'insulter quand la roue avant de son engin a percuté un morceau de pot d'échappement vraisemblablement perdu par une épave au cours de la nuit. [...] ... j'ai ouvert la portière pour aller regarder ce que je croyais être la pièce métallique à l'origine de l'accident. Le café du petit matin m'a cogné à l'intérieur des dents quand j'ai réalisé que c'était un bras humain." (p.13/14) de quoi faire une excellent polar, n'est-il pas ? C'en est presque frustrant, mais bon, D. Daeninckx a préféré une forme plus courte. Respectons son libre choix.

Ces quatre nouvelles sont toutes excellentes, mais j'ai tout de même une petite préférence pour Un petit air mutin : tous les personnages, autant ceux censés faire respecter la loi que ceux qui l'enfreignent sont en piteux état psychique, mais aussi parfois physique, et ils sont aussi très attachants. Et à travers leur courte rencontre Didier Daeninckx lève le voile sur une partie de notre Histoire pas très glorieuse et inhumaine.

 

dialogues croisés

Commenter cet article

Pyrausta 25/02/2011 11:05


j'aime assez son auteur pour lire ses nouvelles,genre que j'ai du mal à appréhender.j'aime avoir le temps de m'installer dans une intrigue et le cote court de la nouvelle me frustre.Mais ton billet
me donne envie d'aller au delà pour une fois.


Yv 25/02/2011 19:22



Lorsqu'elle est bien écrite, la nouvelle permet aussi de ne pas s'ennuyer, à la différence d'un roman. Chez Daeninckx, on entre dans le vif du sujet rapidement.



Fransoaz 24/02/2011 20:58


Le résumé que tu fais d'"un petit air mutin" est particulièrement alléchant. Ça ne m'étonne pas que ce soit ta préférée.


Yv 24/02/2011 21:02



Et malgré le titre un peu léger, la nouvelle ne l'est pas du tout légère !



Alex-Mot-à-Mots 21/02/2011 16:01


C'est ce que j'aime avec cet auteur : sa façon de lever le voile sur des faits pas très glorieux de notre histoire.


Yv 22/02/2011 19:38



C'est une de ses marques de fabrique effectivement.