Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Gwaz-Ru

gwazru.gifGwaz-Ru, Hervé Jaouen, Presses de la cité, 2013...,

Nicolas Scouarnec, dit Gwaz-Ru, l'homme rouge en rapport avec ses idées politiques naît au début du 20ème siècle. Il quitte tôt la ferme familiale pour tenter sa chance en ville, à Quimper, maçon, encouragé par un maçon communiste qui l'enrôle au parti. Mais Gwaz-Ru est une forte tête et obéir aveuglément lui semble insupportable. Néanmoins, il continue à frayer avec le PC, travaille sur les chantiers et rencontre Tréphine qui deviendra sa femme. Lorsque l'opportunité de retourner travailler la terre se présente, Gwaz-Ru et Tréphine n'hésitent pas, ils partent pour Goarem-Treuz, une ferme dans laquelle ils passeront une partie de l'entre-deux-guerres et le conflit de 39/45. Ils fondent une famille nombreuse et vivent la vie de nombreux paysans de l'époque.

Hervé Jaouen commence cette histoire à la fin de la Première Guerre et la finit (provisoirement, car une suite est prévue) en 1944, à la libération de Quimper et des environs. Comme d'habitude avec lui, ses personnages sont forts, aux caractères bien trempés, totalement ancrés dans leur terre natale. Dire de Gwaz-Ru qu'il est têtu serait un pléonasme, il est Breton, ça devrait suffire pour connaître son entêtement, son côté obtus et rigide et indépendant. C'est un beau personnage, un patriarche qui ne s'en laisse pas compter, mais Hervé Jaouen n'en a pas fait un tyran : il règne sur sa maisonnée, c'est à la fois une réalité et une tromperie ; certes, il dirige, prend des décisions, mais Tréphine est omniprésente, et si dans certains romans ou films, on doit deviner que derrière l'Homme se cache la Femme, là Tréphine n'est absolument pas en retrait. L'auteur en fait une femme douce, travailleuse et aimante pour son mari et ses enfants, mais au caractère assuré et assumé qui ne se prive pas de dire à qui de droit ce qu'elle pense, ce que d'ailleurs Gwaz-Ru accepte et aime aussi chez elle.

Souvent chez Hervé Jaouen, je trouve des portraits jouissifs, ce roman ne fait pas exception :

"Un nommé Fichou, une espèce de gnome, batracien binoclard mâtiné de pécari : une figure plate de crapaud, mais plantée d'un long et gros nez recourbé comme une trompe qui touchait sa lèvre supérieure. [...] Dans le civil, contrôleur des impôts, Fichou, de derrière ses culs de bouteille, fixait sur vous un regard de Méduse, vous écoutait parler..." (p.117)

L'écriture est truculente, tout à fait adaptée au parler franc et direct des paysans de l'époque (enfin, ce que j'en imagine, puisque je n'étais point né), et si elle fait la part belle aux protagonistes, elle n'oublie pas de parler du pays, de la Bretagne, présente dans toutes les pages, à la fois par son paysage, par son climat et sa langue, le breton que parle une grande partie des intervenants, Gwaz-Ru en premier. 

Pour être très franc, ce roman n'est pas mon préféré de l'auteur, le genre saga quand bien même il se passe en Bretagne n'est pas vraiment mon truc, je me suis même demandé plusieurs fois pourquoi je continuais à le lire, mais j'étais bien incapable de m'arrêter et même survoler comme je peux le faire parfois m'était difficile. Je n'ai donc point boudé mon plaisir et ai humé profondément l'air breton qui devait passer entre les pages, dans les mots de Gwaz-Ru et Tréphine et dans l'écriture d'Hervé Jaouen, toujours au diapason des histoires qu'il raconte avec talent.

Voyez ce qu'en pensent d'autres lecteurs, Cécile (des huit plumes), Claude

 

région-copie-1

rentrée 2013

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Oncle Paul 02/11/2013 16:19

Bonjour Yv
J'aime bien les sagas d'Hervé Jaouen, et ses autres romans aussi, mais dans ses sagas il emprunte beaucoup à ses ancêtres et c'est peut-être pour cela qu'il y a tant d'humanisme.
Amitiés

Yv 04/11/2013 07:46



Bonjour Paul


je préfère d'autres romans d'Hervé Jaouen, mais celui-ci reste très bien. C'est vrai que ces personnages sont très humains et les paysages bretons formidablement décrits


Amicalement,



Claude Le Nocher 31/10/2013 17:41

Bonjour Yves
J'avoue que le personnage de Gwaz-Ru et cette ambiance entre-deux-guerres mi-citadine mi-rurale, m'ont bien plu. Hervé Jaouen ne me semble jamais décevant.
Amitiés.

Yv 01/11/2013 08:03



Bonjour Claude, d'accord avec toi, même Gwaz-Ru qui n'est pas mon préféré, je n'ai pas pu le lâcher, c'est la preuve que c'est un bon livre


Amicalement,



zazy 31/10/2013 14:46

Lu un livre ou deux, mais pas envie de continuer

Yv 01/11/2013 08:01



Je trouve qu'il a une belle écriture, des descriptions de paysages et des portraits formidables. Et dans tous les genres, saga, polars, ...



Gwenaelle 31/10/2013 11:20

Ok, noté. Je crois qu'ils sont disponibles dans ma médiathèque. Une occasion de découvrir cet auteur que je n'ai pas encore lu.

Yv 01/11/2013 08:01



Un auteur qui parle très bien de la Bretagne et e ses habitants, je croyais que tous les Bretons l'avaient lu...



Emma 31/10/2013 10:48

Je me régale toujours de ses descriptions de personnages.. Je le lirai certainement un jour juste de me délecter de cela, et les sagas en général me plaisent.

Yv 31/10/2013 11:09



Alors c'est le bon livre pour toi, tout y est



Gwenaelle 31/10/2013 10:29

La question c'est : lequel est ton préféré?

Yv 31/10/2013 11:09



J'ai une petite préférence pour Ceux de Menglazeg et Dans l'oeil du schizo...