Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Foutre la paix aux morts

Publié le par Yv

Foutre la paix aux morts, Marie-Claude Tesson-Millet, JC Lattès, 2010

"Une jeune thanatopraticienne relooke les cadavres et fixe des téléphones portables dans leurs cercueils, sous le label "Voix Vivante"...

Une gérontologue accepte l'installation d'un dispositif de communication dans la tombe de son père...

Un charlatan ambigu et frimeur anime un cercle de spiritisme et se croit menacé de concurrence par les téléphones enterrés dans les sépultures voisines..." (4ème de couverture)

Voici un roman qui tourne autour de la mort. Pas drôle me direz-vous. Et bien si ! Pas hilarant certes, mais le ton, tout au long du livre est plutôt au sourire. L'auteure, par ailleurs médecin et directrice de presse qui écrit là son premier roman, fait le tour du commerce de la mort. Des pompes funèbres classiques (relisez mon billet sur la thèse de Julien Bernard à propos de ces entreprises), aux idées les plus farfelues, notamment celles de mettre des portables dans les cercueils. Farfelu ? Totalement impensable ? En surfant, je suis tombé sur des sites qui permettent aux défunts de laisser des messages à ceux qui restent, comme la vie d'après, ou d'autres, comme cimetière virtuel, qui permettent "d'honorer ses morts" ou de se recueillir, mais surtout de recueillir des sous.

Marie-Claude Tesson-Millet pousse le raisonnement commercial très loin, mais finalement est à peine éloignée de ce qui existe déjà. Elle explique très bien, comment les personnes dans la peine peuvent se laisser embobiner par des propositions les réconfortant : "Les entreprises rivalisaient de nouveaux moyens pour séduire la clientèle, et les soins de conservation, parés du nom de thanatopraxie, étaient devenus un des meilleurs produits d'appel parmi les prestations funéraires. Les thanatopracteurs, eux, ne manquaient pas d'arguments de vente : rendre aux défunts leur dignité, les réhumaniser, et, surtout, faciliter pour l'entourage le fameux "travail de deuil" que les modes psy avaient rendu indispensable à tous les affligés." (p.13/14) Quelle vilaine expression d'ailleurs que le "travail de deuil", effectivement directement importée des travaux de Freud et autres psy. "Vivre le deuil" me semble plus adéquat.

Enfin, revenons à notre écrit. Sous des airs de roman léger et drôle, avec parfois des airs de la BD Pierre Tombal (de Hardy et Cauvin), l'auteure réussit à nous faire réfléchir à ce qui fait partie de notre vie, la mort. Pas du tout morbide, ne fuyez pas ! Au contraire, c'est justement une manière d'y penser en la prenant du bon côté. Et puis, ses personnages sont sympathiques, loufoques, un peu barrés pour certains : la thanatopractrice bombesque a peur dans le cimetière et le gardien du-dit cimetière ne veut pas partir en retraite -encore un adepte du travailler plus longtemps. Desproges disait qu'on pouvait rire de tout (mais pas avec n'importe qui) avant d'écrire sa propre épitaphe -même s'il parait qu'elle n'est pas de lui, mais de son compère Jean-Louis Fournier- : "Desproges est mort d'un cancer, étonnant, non ?" Il a donc prouvé s'il en était besoin que l'on peut rire avec sa mort. En attendant la nôtre très longtemps encore j'espère, rions avec celles que nous narre Marie-Claude Tesson-Millet. 

Commenter cet article

Mme Yv 02/01/2011 20:59


le sujet de la mort est triste mais j'ai gardé le sourire tout au long de ce livre. Il est facile à lire. Je penserai à ce livre quand je serai à l'avenir confrontée à la mort pour m'aider à gérer
l'ambiance, pour prendre du recul sur la situation.


Yv 03/01/2011 15:44



Ok, jai compris, je te le laisse. Tu peux le garder de ton côté.



Florinette 01/01/2011 12:03


C'est vrai que la mort est un marché sacrément lucratif pour certains et qui en profite bien. Il me semble bourré d'humour ce livre !
Bonne et heureuse année 2011 Yv !


Yv 01/01/2011 13:22



C'est assez drôle effectivement, une autre manière de voir ces moments pas forcément rigolos.


Bonne année à toi aussi.



Marie 30/12/2010 11:36


Je reviens sur ton billet car je me demandais quels étaient les arguments qui m'avaient rendue moins réticente vis à vis de ce livre. Peut-être est-ce tout simplement ta référence à Desproges et
Fournier ! ;-)


Yv 30/12/2010 14:44



Cette référence assez personnelle, parce que non citée dans le livre, m'est venue en toute fin de lecture.



Marie 30/12/2010 11:29


Plutôt réticente au début de ton billet, je me dis finalement : pourquoi pas ? :-)


Yv 30/12/2010 14:42



Y'a plus qu'à alors.



Dominique 30/12/2010 11:08


Un livre pour terminer l'année dans la joie et la bonne humeur :-) j'aime bien l'humour un peu décalé alors pourquoi pas ?


Yv 30/12/2010 14:40



Ou pour commencer la nouvelle année dans ces mêms dispositions...



Alex-Mot-à-Mots 30/12/2010 11:07


Il vaut parfois mieux en rire que d'en pleurer, je suis d'accord.


Yv 30/12/2010 14:40



C'est sûr. D'autant plus qu'en pleurer ne rend pas la chose plus facile.



mango 28/12/2010 16:50


Pourquoi pas? J'ai bien envie de le lire, ce livre, vu ce que tu en dis!


Yv 30/12/2010 14:39



Si tu franchis le pas, je te souhaite une bonne lecture.



Aifelle 28/12/2010 13:02


Je l'avais repéré dans la presse, ton avis en plus, il est possible que je me laisse tenter.


Yv 28/12/2010 14:17



Je n'en avais pas entendu parler avant de le lire, mais après coup, j'ai lu ce qui s'en disait.



zarline 28/12/2010 12:08


Un livre vers lequel je ne serais pas allée de moi-même mais après ton billet, je pourrais me laisser tentée. Si je tombe dessus...


Yv 28/12/2010 14:17



Le résumé m'avait bien plu, je m'attendais à quelque chose de plus sérieux, mais finalement, tant mieux que ce la soit plutôt drôle.



Hélène 28/12/2010 09:06


Plutôt tentant pour dédramatiser l'évènement. Puisque nous aurons des portables, plus besoin de nous inquiéter..;


Yv 28/12/2010 14:16



Le problème c'est d'y répondre !